Le coronavirus au Maroc, une gestion exemplaire ?

Le Maroc a réagi extrêmement rapidement à la crise du coronavirus.

A peine les premiers cas enregistrés, il a commencé à fermé ses frontières aériennes, mis en place un confinement très strict (en tout cas à la mode marocaine), pris des mesures économiques d’aides aux plus démunis, développé la fabrication locale de masques et de gels hydroalcooliques, ouvert des lits dans les hôpitaux. Enfin il a mis en place le « protocole Raoult » (hydroxichloroquine et azt) pour les cas précoces.

Si certaines choses ont mis du temps à se mettre en place, fautes de moyens (notamment les tests, qui commencent enfin à se généraliser alors que la fin du confinement s’approche), globalement, le pays « a fait le job » et a été loué pour sa gestion de la crise dans le monde entier.

Reste un dernier défi, de taille et essentiel : protéger l’économie. Si le Maroc y arrive, alors sa gestion de la crise aura effectivement été exemplaire, et il pourra donner des leçons au monde.

Un déconfinement difficile et risqué

Depuis le déconfinement, comme partout dans le monde, je crois, les Marocains ont arrêté de faire preuve de responsabilité. Le masque n’est presque plus porté, alors qu’il est toujours obligatoire, et les gens se rassemblent… de façon très proche !

Une coquille ou une erreur de syntaxe ? Vous pouvez sélectionner le texte et appuyer sur Ctrl+Enter pour nous envoyer un message. Nous vous en remercions ! Si ce billet vous a intéressé, vous pouvez peut-être aussi laisser un commentaire. Nous sommes ravis d'échanger avec vous !

Le Maroc n'est pas un pays sûr vis-à-vis de la Covid, ce qui rend les voyages avec les principaux pays européens difficiles, et la circulation à l'intérieur du pays limitée.

L'augmentation des cas de coronavirus pousse à des mesures sévères à Casablanca, alors que le reste du Maroc s'ouvre (un peu) aux touristes et aux voyageurs professionnels. C'est difficile à comprendre.

L'épidémie de Covid va sans doute changer profondément la "vie normale" que nous connaîtrons à nouveau, quand elle sera finie.

L'épidémie est relativement maîtrisée mais pas arrêtée au Maroc. Le confinement de Safi prouve que les risques sont toujours là, et le Maroc ne rouvre que très étroitement ses liaisons internationales, à ses nationaux et résidents.