Coronavirus, les communications du week-end !

0

La communication du dimanche soir pour le lendemain matin commence à devenir une habitude. Ce week-end, elle souffle le chaud et le froid.

Ça y est, les frontières du Maroc s’ouvrent… un peu

Juste après la rentrée scolaire, qui bloque dans leur pays les MRE. A croire que le gouvernement à tout fait pour ne pas les accueillir !

Quoi qu’il en soit, et sous réserve, bien sûr, de disposer d’un moyen de transport, avion ou bateau, les frontières sont quasiment ouvertes.

Pour les touristes

Il suffit désormais  :

  • d’avoir une réservation confirmée d’un hôtel
  • d’être titulaire d’un passeport pour lequel il n’y a pas besoin de visa
  • de venir d’un pays pour lequel il y a des vols spéciaux
  • et d’avoir les résultats des tests demandés à tous les étrangers entrant au Maroc.

Pour les déplacements professionnels

Il a toujours été possible de demander un laisser-passer pour entrer au Maroc quand on n’était ni résident, ni Marocain, ni conjoint de Marocain. La possibilité existait pour les urgences professionnelles, pour les responsables de sociétés marocaines et pour les gens ayant un bien au Maroc. Elle vient d’être élargie et surtout simplifiée.

Voici le communiqué de la CGEM :

Ainsi, à partir du 10 septembre 2020, les visiteurs professionnels étrangers pourront se déplacer chez les entreprises marocaines sur simple invitation de ces dernières. Les invitations doivent être imprimées sur du papier à en-tête de l’entreprise qui invite (comprenant ses identifiants, notamment son ICE, son n° de RC et son adresse). Elles doivent également être signées et cachetées par une personne habilitée de l’entreprise, et inclure l’objet de la visite, les noms complets et numéros de passeports des visiteurs, leur date d’entrée au territoire marocain ainsi que leur lieu de résidence pendant leur séjour au Maroc.

Reste une question pratique : comment obtenir à distance cette invitation cachetée et signée (ah les joies du cachet…), faut-il l’envoyer par courrier ou une copie numérique suffit-elle ?

Ça n’y est plus, la rentrée scolaire est annulée à Casablanca

La nouvelle est donc tombée à 22h, alors que tout le monde s’attendait à une rentrée scolaire “normale” (sous réserve des mesures imposées par le gouvernement) lundi. C’est à 22h (ou peut-être demain matin, pour ceux qui se couchent tôt) que les parents ont appris devoir s’organiser en urgence, que les directeurs d’écoles ont dû contacter tous leurs professeurs pour tenter d’organiser aussi vite que possible un enseignement à distance (ou pas, car certaines écoles maternelles sur Casablanca avaient décidé de ne pas faire de distanciel, celui ci n’étant pas du tout adapté aux tout-petits).

Les 773 cas de Covid enregistrés ce dimanche à Casablanca (alors que les remontées de cas sont traditionnellement plus faibles le week-end) y sont certainement pour quelque chose. Ainsi que le communiqué de l’OMS, il y a quelques jours, recommandant de ne pas faire de cours en présentiel, en particulier si le taux de contamination est important et/ou que le pays n’a pas les moyens de faire face à une importante augmentation des cas de Covid.

La ville est quasiment reconfinée pour 14 jours, avec un couvre-feu à 22h, une fermeture des cafés à 20h, des restaurants à 21h et des souks à 15 heures, et, surtout, une interdiction stricte d’entrer ou de sortir, sauf dérogation (dérogations qui ont été accordées au compte-goutte ces temps derniers).

Essayons d’être logiques…

Un étranger peut venir au Maroc, sur la base d’un document qui lui sera fourni par l’entreprise qui l’invite. Dans la plupart des cas, il devrait aller à Casablanca, centre économique du pays. Où on ne peut pas entrer en provenance d’une autre ville du Maroc.

Sauf bien sûr, si l’entreprise en question se trouve dans un quartier ou une ville confinée.

Un étranger peut venir au Maroc (presque) n’importe où sur la base d’une réservation d’hôtel.

Donc pourquoi aurait-il besoin d’une invitation d’une entreprise ?

Un étranger qui dispose de plusieurs réservations d’hôtel peut-il faire un circuit au Maroc ? Et donc, par exemple, aller de Fès à Rabat, alors qu’un Marocain qui habite Rabat mais n’a pas eu le temps de mettre sa CNI à jour quand il a déménagé ne peut pas entrer dans le Marjane de la même ville.

Les professionnels du tourisme ont pleuré tout l’été pour qu’on les laisse travailler. On leur en redonne la possibilité quand la saison est terminée.

Va-t-on en profiter pour leur supprimer le versement des 2.000 dirhams / salarié et par mois ? Puisque maintenant ils peuvent accueillir les touristes étrangers (qui n’ont sans doute pas vraiment envie de venir, enfin pas tout de suite).

A l’instar des écoles de Casablanca qui devaient ouvrir demain, l’espace aérien sera-t-il ouvert le 10 septembre, quand l’état d’urgence va être prolongé, ou bien au contraire, son ouverture sera-t-elle repoussée de 14 jours ?

Si vous avez trouvé une erreur de frappe ou d’orthographe, vous pouvez nous la signaler simplement en sélectionnant le texte en question et en appuyant à la fois sur les touches Ctrl+Entrée. Pour faire un commentaire sur l’article c’est ici que cela se passe.

Plus d'informations

L’École : un casse-tête universel

Quelques jours avant, on parlait encore de choix pour tout le pays. Casablanca n’est pas le centre du Maroc.

Covid-19 : report de la rentrée scolaire en présentiel et instauration d’un couvre-feu nocturne à Casablanca

Report de la rentrée scolaire, couvre-feu à 22h, fermeture des cafés à 21h (pour avoir le temps de rentrer chez soi ?)

Partager.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :