Casablanca, la "plus pire" des villes marocaines et incontournable centre économique

Casablanca est la capitale économique du pays. Avec plus de trois millions d’habitants c’est la plus grosse ville du Maroc.

Beaucoup décriée, elle est polluée, embouteillée, stressée et stressante, chère, le week-end les casablancais s’échappent vers Dar Bouazza, Bouskoura et Marrakech. Depuis quelques temps, Casablanca investit et se fait belle, rattrape son retard  pour devenir à la hauteur de ses habitants…

Casablanca, une « re-création » du protectorat

L’histoire de Casablanca est beaucoup plus ancienne qu’on ne le croit. Après une grande prospérité au Moyen-Âge, la ville qui s’appelait alors Anfa est détruite par les portugais en 1468, reconstruite en 1760 par le sultan Mohamed III qui lui donne son nom moderne « Dar al Beida ». Port sur l’étranger, elle se développe, accueille de nombreux français mais aussi des allemands, anglais…

En juillet 1907, des émeutes sont réprimées dans le sang, et donneront à la France le prétexte d’une intervention qui se confluera en 1912, par l’établissement du Protectorat.

Lyautey pousse au développement de Casablanca, il crée le quartier des Habbous, développe celui du port, fait construire des belles résidences, le Marché Central, l’hôtel Lincoln. Quand il quitte le Maroc, Casablanca est définitivement devenu le poumon économique du pays. L’expansion continue après la seconde guerre mondiale.

Les ambitions d’une métropole qui se veut moderne et internationale

Puis Casablanca semble s’endormir dans les années 80. Un programme ambitieux de développement, autour de Casablanca Finance City, des rénovations, le développement d’une infrastructure avec le tram, la voirie

La vie est chère à Casablanca

… en particulier pour les expats. C’est une des villes les plus chères d’Afrique, les prix au mètre carré ont explosé. Si l’on veut un mode de vie occidental, il faut de l’argent pour bien vivre à Casablanca. Difficile de trouver à se loger bon marché dans les beaux quartiers d’Anfa ou de Palmiers, plus au centre, vers Gauthier, Racine ou dans le Mâarif.

Une coquille ou une erreur de syntaxe ? Vous pouvez sélectionner le texte et appuyer sur Ctrl+Enter pour nous envoyer un message. Nous vous en remercions ! Si ce billet vous a intéressé, vous pouvez peut-être aussi laisser un commentaire. Nous sommes ravis d'échanger avec vous !

Nouveau venu dans les restaurants de Casablanca, le "Ducasse" du boulevard Mohamed V propose une carte italienne à des prix très raisonnables pour la qualité des plats.

Pendant trois jours, Casablanca accueille l'exposition avant vente des oeuvres qu'Artcurial propose dans sa vente de fin d'année. Majorelle, Hassan El Glaoui et de nombreux artistes marocains et africains à découvrir

Sidi Belyout, saint protecteur de Casablanca a un mausolée "hors les murs", près du port. C'est un lieu historique où une émeute fut le point de départ de la colonisation.

Casablanca est semi-confinée, sous le coup d'un couvre-feu et la circulation avec les autres villes est restreinte. Il est néanmoins possible de se rendre dans la ville la plus importante du pays, en prenant ses précautions.

Casablanca n'est pas aux portes du désert marocain, mais même en bord de mer, un bon chergui peut apporter une tempête de sable, comme il l'a fait lundi. Images impressionnantes de la ville !

Avec des contaminations de plus en plus nombreuses, Casablanca rate sa rentrée scolaire repoussée de 15 jours et replonge dans un état de "pré-confinement" inquiétant pour la reprise de l'activité.