Bartholdi, la statue de la Liberté et les bijoux berbères

13

Depuis quelques jours, on voit ressortir un texte expliquant que la Statue de la Liberté est marocaine, puisque, lors d’un voyage dans le sud du Maroc, en 1871, Auguste Bartholdi aurait appris que la traduction de “Amazigh” était “homme libre / femme libre” et il aurait décidé de coiffer la statue de la Liberté d’une couronne amazigh en hommage à ces hommes libres et surtout ces femmes libres.

Très jolie histoire, totalement fausse, autant vous le dire tout de suite.

Tete statue de la liberte

La tête de la Statue de la Liberté, exposée à Paris avant son départ pour les États-Unis

Par contre, elle est intéressante, car elle montre bien l’existence d’un substrat culturel méditerranéen, avec des pratiques et des mythes qui ont circulé, tellement qu’il est difficile de dire avec certitude quel pays, quelle culture en est réellement à l’origine. Si on connaît bien l’histoire gréco-romaine, on a déjà moins de notions de première main sur les Phéniciens et les Carthaginois, ainsi que sur les croyances et coutumes amazigh, faute d’écrits.

Jeune fille ait baamrane

Jeune fille portant une coiffe “statue de la Liberté”

Les Berbères ne sont pas les premiers à avoir peuplé l’Afrique du Nord, mais ils y sont établis depuis très longtemps, “depuis l’Histoire” et même avant. La culture amazigh a son originalité, mais elle n’est pas née dans une bulle isolée de tout contact avec l’extérieur. On retrouve dans les rituels d’Achoura des pratiques des carnavals romains et même celtes, dans la “magie du plomb”, qu’on dit ici être arabe, les rites chtoniens pratiqués par les Romains. On sait peu de choses des dieux amazigh dont le souvenir a été effacé par des siècles de monothéismes.

Tout ceci pour dire que, même si on peut trouver des correspondances, comme certains l’ont fait, entre un certain type de bijoux de tête berbère et la statue de la Liberté, il ne s’agit, dans ce cas précis, aucunement d’une “inspiration” comme on le prétend, tout au plus d’une évolution parallèle d’un symbolisme commun, très certainement d’une simple coïncidence. La ligne droite et le carré se retrouvent partout, les motifs de tatouage au henné marocains sont proches de ceux dessinés en Inde, sans que les uns aient inspiré les autres…

Mais rentrons dans le vif du sujet avec les photos qui “prouveraient” cette jolie histoire.

Une série de photos de femmes berbères portant un accessoire à pointes

 

La dernière photo est la plus intéressante, je trouve. Comme les deux précédentes, elle a été prise en 2010, à Dakhla, dans le cadre d’une journée culturelle dans une école, par un photographe marocain, ofbado dont vous pouvez voir le blog ici.

2010 ?

La toute première mention de la légende de Bartholdi et de la femme amazigh apparait en 2012. Je pense donc que c’est Abderrahmane Ouali Alami (Ofbado) qui est involontairement à l’origine de cette histoire avec sa photographie. Car il y a une ressemblance, certes… mais juste une coïncidence !

C’est grâce à sa photo, donc, qu’une légende s’est créée.

Maintenant, revenons à l’histoire, la vraie…

Bartholdi s’est peu inspiré de ses voyages en Orient

Une femme nue joue de la lyre devant un homme nue, statue de Bartholdi

“La Lyre chez les Berbères” par Bartholdi

Bartholdi est allé deux fois en Orient, une première fois en Égypte, puis en Mer Rouge et au Yémen, une seconde fois en Egypte seulement, pour présenter son projet de statue. “Rembarqué à Alexandrie le 24 avril 1867, Bartholdi ne devait jamais retourner en Orient“.

Sous le pseudonyme d’Amilcar Hasenfratz, il produit quelques tableaux orientalisant, qu’on peut voir aujourd’hui au musée Bartholdi, à Colmar.  On ne connait qu’une statue de Bartholdi inspirée de son voyage en Égypte et au Yémen : “La Lyre chez les Berbères”.

Cette statue prouve trois choses :

  • comme tous les gens de son époque, Bartholdi parlait de berbères, et certainement pas d’imazighen ou d’amazighs.
  • comme la plupart des gens de son époque, Bartholdi était la proie d’un orientalisme lascif qui n’avait rien à voir avec la réalité
  • s’il représente correctement la lyre éthiopienne (kissar), il la lie à une culture autre (pas de berbères en Éthiopie) et il n’est absolument pas frappé par ce fameux bandeau à pointes d’argent

L’histoire de la statue de la liberté et de ses inspirations est bien connue

Un premier projet pour l’Égypte

Projet canal de suez

Esquisse du projet de Bartholdi pour le canal de Suez

Lors de son premier voyage en Egypte, en 1855-1856, Bartholdi est frappé par les travaux pour l’ouverture du canal de Suez. Il propose un projet gigantesque, inspiré des statues antiques de la Liberté et du colosse de Rhodes, d’une statue de femme, vêtue en paysanne égyptienne et coiffée d’un bandeau, qui porterait une torche et symboliserait “l’Égypte apportant la lumière à l’Asie” ou “la liberté éclairant l’Orient“. Le projet est refusé par l’Égypte, à cause de son coût, en 1867 et 1869. Il sera une des sources d’inspiration pour la statue de la Liberté.

La guerre de 1870 et l’exil dans le sud de la France

Alsacien, Bartholdi abandonne provisoirement sa carrière de sculpteur et se bat contre les Prussiens, il est même l’aide de camp de Garibaldi, venu au secours de la France avec un corps de volontaires. Une fois la défaite entérinée, il s’exile en Aquitaine, puis part pour un voyage de plusieurs mois aux États-Unis.

Les voyages aux États-Unis

Le 8 juin 1871, Bartholdi embarque pour New-York, il va passer cinq mois à parcourir le pays pour lever des fonds pour son projet, la statue de la Liberté éclairant le Monde. Il fera en tout cinq voyages en Amérique, le dernier en 1893.

Columbia, la “Marianne” américaine

Columbia est une femme, originellement une princesse indienne, souvent représentée coiffée d’une couronne de plumes, qui en est venu à symboliser les États-Unis. On la trouve aussi coiffée de la couronne de lauriers.

L’abandon du bonnet phrygien pour la couronne à sept branches

La couronne de lauriers radiée à sept pointes est celle du Grand Sceau de France, créé par Jacques-Jean Barre en septembre 1848. Le bonnet phrygien, qui coiffait la statue égyptienne projetée par Bartholdi, avait deux inconvénients :

  • dans les Etats-Unis à peine remis de la guerre de Sécession, il pouvait être perçu comme un symbole abolitionniste, puisque c’était le chapeau porté par les esclaves affranchis à Rome. Les Etats-Unis ne voulaient pas d’une symbolique clivante.
  • Il était définitivement associé à la République Française.
Monnaie sol invictus

“Sol Invictus” le dieu romain du “Soleil Invaincu” portant la même couronne

Le symbole de la couronne à sept branches était bien connu de Bartholdi, il symbolisait à la fois :

  • le soleil (et donc la lumière, renforçant la torche pour éclairer le monde)
  • les sept continents et les sept mers
Grand sceau france

Le grand Sceau de la II° République Française montre la même couronne que la statue de la Liberté… en 1848

Il est adopté, en accord avec les Américains, sans que jamais aucune allusion ne soit faite à la “liberté amazigh” dans les échanges entre les différents intéressés.

Il reste à rechercher si, malgré tout, cette histoire est même plausible ?

Un bijou de tête amazigh, certes, mais atypique

La variété des bijoux de tête amazigh est impressionnante. Néanmoins, la plupart des photos, même anciennes, montrent le même type d’ornements, avec des variations par tribu ou région, certes. Globalement, les bijoux de texte sont des bandeaux, des pendeloques, mais ils ne dépassent pas en largeur. Une des raisons, je pense, est de pouvoir facilement mettre le voile … ou charger les bottes de foin ou les lourds fardeaux que les femmes portent sur la tête.

 

Le bandeau orné de cinq pointes argentées n’est porté que dans une tribu au Maroc, les Aït Baâmrane. Dans toutes les recherches que j’ai pu faire, je ne l’ai trouvé que sur une photo ancienne.

Troupe fatima tabaamrant

Chanteuse de la troupe de Fatima Tabaamrant, portant le fameux accessoire, dont les pointes ont beaucoup grandi.

Les Aït Baâmrane sont une tribu guerrière. Ils sont célèbres pour avoir résisté particulièrement vigoureusement au colonisateur espagnol, jusqu’en 1934. Ils ont même reconquis leur indépendance, lors de la guerre d’Ifni, réduisant l’occupation espagnole à la seule ville de Sidi Ifni et libérant leur territoire (avec l’aide de l’armée marocaine). Comme les Aït Atta, de l’autre côté du Maroc. Comme les femmes Aït Atta, les femmes Aït Baâmrane se battent aux côtés des hommes.

Les femmes Aït Atta en ont hérité des tatouages représentant des barbes. Peut-être que ce bandeau de tête symbolise aussi des femmes guerrières ?

A supposer donc que l’inspiration amazigh de Bartholdi soit réelle, il aurait fallu qu’il voit ce bandeau, suffisamment souvent pour le considérer comme typique de la culture amazigh. Autrement dit qu’il aille en territoire Baâmrane, donc à Sidi Ifni.

Un voyage à Sidi Ifni Maroc en 1871 ?

C’est impossible.

D’abord, je vous l’ai dit, on connaît l’emploi du temps de Bartholdi et il n’est jamais allé au Maroc.

Ensuite, à cette époque là, le sud du Maroc était un pays siba. S’y rendre n’était pas aussi simple que monter dans l’avion pour un week-end à Marrakech. C’était un voyage de plusieurs mois, qui se préparait longtemps à l’avance. Comme l’ont fait Charles de Foucauld, qui s’arrêtera beaucoup plus au Nord, à Tissint, douze ans après, ou Vieuchange qui ira jusqu'à Smara en 1930 – soixante ans après le supposé voyage de Bartholdi – il fallait s’entourer de guides locaux, se déguiser pour passer pour un local. Toutes ces choses laissent des traces dans une correspondance, dans une vie, là, avec Auguste Bartholdi, nous n’avons rien.

Le territoire des Aït Baamrane en 1871 n’est pas colonisé, une seule exception, une petite enclave concédée à l’Espagne pour la pêche, Sidi Ifni.

Quel besoin, quel intérêt Bartholdi aurait-il eu à aller à Sidi Ifni, alors que ses seuls voyages étaient liés à ses projets de sculpteurs, pour trouver des fonds et des acheteurs pour ses statues gigantesques ?

Le dernier argument

Representation colosse de rhodes

Le Colosse de Rhodes tel qu’on se le représentait au XIX° siècle avec “la” couronne

Enfin, le dernier argument pour réfuter de conte, c’est l’absence totale de résultats sur le web quand on cherche en anglais “Bartholdi amazigh Statue of Liberty” ou “Statue of Liberty Berber”, ou n’importe quelle autre combinaison.

On peut faire confiance à nos amis d’Outre-Atlantique pour bien connaître leur statue et son histoire. S’il y avait la moindre once de vérité dans cette histoire, elle aurait fait son chemin chez les érudits anglophones… D’autant plus que Madonna récemment fait parler de cette coiffure en la portant au MTV Video Music Awards de 2018, à New York. Le débat sur l’appropriation culturelle fut intense, mais personne, encore une fois, ne parla de Bartholdi.

Mais les berbères ne sont pas seulement des imazighens, ils sont aussi particulièrement têtus, et la chèvre de l’inspiration marocaine de la statue de la Liberté continuera à voler

Au fait… c’est une très belle statue !

Madonna portant le Machbouh des Aït Baâmranes

Madonna portant le Machbouh des Aït Baâmranes aux MTVA (2018)

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Plus d'informations

La statue de liberté, une femme amazigh – Bladi.net

Un exemple de discussion au sujet de la “légende” avec beaucoup d’opinions… pas très “historiques”.

L’histoire fascinante du bijou de tête amazigh porté par Madonna aux VMAs (en anglais)

Le bijou de tête [de Madonna] est porté par les femmes de la communauté berbère des Aït Baâmarane, une confédération du Maroc composée de six tribus. Ce sont parmi les plus courageux guerriers de la communauté et ils ont participé à toutes sortes de conflits armés. C’est la raison pour laquelle les femmes portent ce type de bijou, qui indique leur statut. Le plus fascinant dans tout cela est que les femmes Aït Baâmrane sont les seules à porter un accessoire avec des cornes. Aucun autre groupe Berbère au Maroc ou en Afrique du Nord ne porte ce type de bandeau.”

Initiation aux musiques et danses amazighes (vidéo)

Dounia Benjelloun-Meziane montre l’ahidous des Aït Baâmrane de Sidi Ifni. Les femmes y portent le poignard (comme les femmes Aït Atta)

Festival Aknari première édition, Mlle Sarah EL Asri couronnée Miss Aknari 2014

Encore un exemple d’une jeune fille Aït Baâmrane portant le bijou de tête en argent à cinq cornes

Coiffure amazighe – Photo sur Flickr

Une superbe photo qui montre le détail complexe de la coiffure Aït Baâmarane

Fatima Tabaamrant : Izem Ghobrid – 2015 (Lamant Izigizen)

Une vidéo de la grande artiste amazighe Fatima Tabaamrant et de sa troupe en concert, avec l’habit traditionnel et donc, bien sûr, le machbouh

Partager.

13 commentaires

  1. Avatar

    ‘Les Berbères ne sont pas les premiers à avoir peuplé l’Afrique du Nord’ source s’il vous plait, Qui était avant les Berberes, les Lézards ????

    • Avatar
      Marie-Aude le

      Cher Rachid, vous devriez vous documenter un peu avant de croire faire l’intelligent avec une ironie qui prouve simplement que vous ne connaissez pas l’histoire de votre pays.

      Je vais vous la faire courte, en vous laissant le soin de chercher ailleurs, de façon détaillée, des sources scientifiques variées, toutes d’accord.

      Les Berbères sont, comme leur langue le prouve, un peuple sémitique (chamito-sémite exactement), donc originaire du Moyen-Orient, et pas de l’Afrique du Nord. On pense qu’ils sont arrivés en Afrique du Nord en Tunisie, près de Gafsa, qui a donné son nom à la civilisation capsienne, ancêtre des Berbères actuels. Toutes les études faites sur les ossements prouvent la “proximité” des Capsiens, avec les populations Berbères actuelles et les Guanches.

      Par contre, avant les Capsiens, il y avait une autre civilisation, celle de l’ibéromaurusien. Celui là est beaucoup plus ancien, et les savants sont assez partagés, origine “locale”, “européenne” ou à nouveau moyen-orientale.

      Les plus anciennes traces d’homo-sapiens connues au Maroc remontent à 300.000 ans, ce qui est énorme. Et pourtant bien plus récent que les lézards ^^

      Après vous avez le choix : ou bien vous dites

      • “population locale = population berbère” et les premiers homo erectus qu’on trouve au Maroc seraient des Berbères, mais en termes de civilisation, d’archéologie génétique, ça n’a aucun sens.
      • “berbère = groupe génétiquement et linguistiquement identifié, venant du Moyen Orient” et non, les Berbères ne sont pas les premiers habitants du Maroc

      Bien cordialement

  2. Avatar

    Je tiens à vous dire que vous ne savez rien sur les amazighs qui sont originaires du Nord africain, contrairement à ce vous essayez de nier. L’histoire existe il faut faire vos re cherches et apprendre mais il ne faut pas induire les gens en erreur ou essayer de jouer l’hisorienne sachant que vous n’avez même pas 70 ans sachant que le peuple amazighs existe depuis des millions d’années, ça c’est une.
    À propos de dire que l’architecte Auguste Bartholdi s’est déjà inspiré “La Lyre chez les Berbères” et vous dite qu’il ne parle pas des amazighs ! Le jour ou vous allez savoir que le mot berbère est dérivé du grec barbaroi et retenu par les Romains dans barbarus, puis récupéré par les Arabes en barbar et enfin par les Français avec berbère. Ce terme désignait avant tout les «gens dont on ne comprend pas la langue», c’est-à-dire les étrangers. Une petite contradiction de votre part, vous dite qu’il s’est peu inspiré de son voyage qui parler des berbères, c’est une preuve qu’il a du respect et de l’amour pour ce peuple libre et peut être que c’est à partir de la qu’il a rendu hommage à l’homme libre qui es amazigh et qu’il a créé la statue de la liberté.

    Je vous invite à lire et découvrir au lieu de dire vos bêtises.
    Bref,en tout les cas si je reste à cité vos erreurs je risque passer des heures.

    • Avatar
      Marie-Aude le

      Cher Amazigh,

      vous ne faites pas honneur à votre pseudonyme, et je ne serais pas permis de parler de vos “bêtises” ou même des contresens de votre commentaire, si vous n’aviez pas ouvert le ban.

      “vous n’avez même pas 70 ans alors que le peuple amazigh existe depuis des millions d’années” … euh ? Donc en fait il faut avoir plusieurs millions d’années et la seule “histoire” acceptable est celle qu’on a vécu soi-même.

      “le peuple amazigh existe depuis des millions d’années”, et comment fait-il alors qu’homo sapiens remonte à environ 300.000 ans ?

      Auguste Bartholdi ne s’est pas “inspiré” de “la lyre chez les Berbères”, il a fait une sculpture où il a représenté deux personnes nues, dont une femme jouant d’une lyre éthiopienne qui n’a rien à voir avec la culture amazigh. En ce qui concerne l’orientalisme et la vision fausse que beaucoup d’artistes occidentaux ont donné de l’Orient, je vous renvoie, par exemple, à Edward Saïd.

      Quant à la leçon de vocabulaire, elle est un peu inutile.

      Mais je ne comprends même pas ce que vous voulez dire par “vous dite qu’il s’est peu inspiré de son voyage qui parler des berbères c’est une preuve qu’il a du respect et de l’amour pour ce peuple libre”… non, il n’a presque rien produit inspiré des berbères, ce qu’il a appelé “berbère” est totalement imaginaire, et il ne peut pas avoir vu en Egypte ou au Yémen les coiffes des Baamarane de Sidi Ifni.

      “Peut être” ? Comme vous dites, je vous invite à lire et à découvrir. Et à ne pas vous draper dans un orgueil absurde. La culture amazigh est suffisamment riche et intéressante, quel besoin avez vous d’imaginer des contes ridicules ? Croyez vous vous grandir avec ça ? Au contraire, vous vous rapetissez. Et pendant que vous racontez des idioties, vous perdez la connaissance réelle de votre culture. Au lieu de “rester à citer mes erreurs”, donnez des sources, des faits, des preuves, des textes, bref faites l’historien et pas le berbère têtu qui prétend que la chèvre vole…

  3. Avatar

    Article intéressant mais qui manque un peu de sources. Je n’ai pas les connaissances pour savoir si ce que vous dites est vrai ou non, mais au fond… Est ce important de savoir si Bartholdi s’est inspiré des berbères pour la statue de la liberté ?
    Moi je ne crois pas.
    En tant que rifains vivant en Alsace, je garde un lien avec cette statue: si elle n’est pas berbère, elle reste alsacienne

    • Avatar
      Marie-Aude le

      Bonjour Zov,

      qu’est ce qui vous manque comme source ? Toutes les affirmations de cet article sont sourcées, soit par un lien dans le texte, soit dans la dernière partie, “plus d’informations”

      Je crois que la vérité historique est importante. Je crois que notre histoire, ou nos histoires, expliquent ce que nous sommes, et que si on se ment sur son passé, on se ment sur ce qu’on est aujourd’hui.

      Je crois que beaucoup de berbères n’ont pas de véritable connaissance de leur histoire et de leur culture, qu’ils postent à l’infini les mêmes photos sur Facebook, sans être capables d’expliquer les symboles, d’identifier les tribus, ou même de connaître l’histoire de ces tribus.

      Je crois qu’il est beaucoup plus important et flatteur pour la culture amazigh de savoir réellement qui sont les femmes Baamrane, et ce que symbolise leur coiffure, qui est unique dans le Maroc, que de prétendre avoir inspiré une statue qui n’a strictement rien à voir avec les amazighs. Que le courage des Baamarane, qui ont été les seuls, avec les Rifains, à repousser victorieusement le colonisateur – au moins pendant un temps – est beaucoup plus important qu’une jolie légende.
      Je crois que célébrer la réalité des femmes amazigh guerrières, Aït Baamrane et Aït Atta, avec leurs tatouages de barbes, est plus juste qu’une jolie légende.

      Je crois, pour avoir été à l’origine d’une “légende” marocaine, qu’internet raconte n’importe quoi, en permanence, et que c’est grave, parce qu’on ne sait plus rien de vrai.

      Je crois que le colonisateur puis le gouvernement marocain jusqu’à il y a une dizaine d’années ont créés des “mythes” et que la véritable histoire n’est pas en noir et blanc, ni simpliste, comme les mythes, mais beaucoup plus complexe et beaucoup plus intéressante.

      Je crois qu’il y a les gens qui aiment les mythes, quels qu’ils soient, et ceux qui, en les lisant, réagissent par “what the fuck, c’est quoi encore cette connerie” et méprisent ceux qui ont besoin de ces légendes pour avoir de l’estime d’eux-mêmes.

      Voilà pourquoi, pour moi, il est important de savoir “si” c’est vrai, et de mettre la vérité quelque part.
      Merci pour votre passage.

      • Avatar
        MAROCAIN PURE le

        SACHEZ QUE LES PREMIERS HABITANTS DU MAROC SONT LES IBÉROMAURISIEN ANCETRE DIRECT DES BERBÈRES MAURES, VOUS CONNAISSEZ ABSOLUMENT RIEN AU SUJET !!!!!!

        • Avatar
          Marie-Aude le

          Sachez que :
          1- on n’écrit pas en majuscules comme ça, c’est l’équivalent de hurler
          2- on n’écrit pas ibéromaurisien, mais ibéromaurusien
          3- les premiers habitants du Maroc sont bien antérieurs aux Ibéromaurusiens, qui remontent à 25.000 ans, avant il y avait les atériens, qui remontent à 300.000 ans
          4- que les études génétiques montrent que les populations nord-africaines et amazigh actuelles sont très métissées (significativement différentes) par rapport aux ibéromaurusiens, donc si les ibéromaurusiens sont certainement “des” ancêtres des berbères, ils sont loin d’être les seuls, et que cela correspond à la possible origine moyen-orientale des langues afro-asiatiques ou chamito-sémitiques, dont fait partie l’amazigh. Un peu de lecture (attention ce n’est pas simpliste ! https://fr.wikipedia.org/wiki/Berb%C3%A8res#Origines )

          … donc déjà pour le fait de ne rien connaître au sujet, comment dire… (en tout cas par rapport à vous).

          Et sur le fond, quel est le rapport avec l’article ? C’est quoi cette gueulante ? Juste à cause d’une toute petite phrase qui dit que

          Les Berbères ne sont pas les premiers à avoir peuplé l’Afrique du Nord, mais ils y sont établis depuis très longtemps, “depuis l’Histoire” et même avant.

          Les populations qu’on peut identifier comme berbères datent d’environ -18.000 (au mieux). Avant, pendant très longtemps, c’était “des gens”, dont un certain nombre ont donné naissance à d’autres gens qui, un jour, se définiront comme berbères.

          Et sinon, votre pseudo, il veut dire quoi ? C’est quoi, “pur” ? Par rapport aux ibéromaurusiens ? Permettez-moi de douter qu’un marocain habitant en France soit durablement “pur”

  4. Avatar

    Je voudrais faire un bref aperçu sur la répartition géographique actuelle des Imazighen depuis les origines historiquement connues.
    De l’actuel désert du Sahara à leur expansion dans toute l’Afrique du Nord.
    De la même population Amazigh de départ trois branches se sont constituées très lentement au gré des différentes migrations successives partant du Sahara sous la pression du changement climatique il y a environ 10000 ans .
    Les Masmouda installés depuis très longtemps au sud-ouest du Maroc et à l’extrême Ouest de Tamazgha , suivis par les Zénètes venus progressivement du Sud puis ensuite de l’Est
    Enfin les Sanhaja, dont font partie les Touaregs qui constituent la dernière fournée migratoire, ont progressivement migré du Sud-est en progressant vers le Nord-ouest en s’étalant du Sud-est du Sahara Marocain jusqu’au Moyen-Atlas qu’ ils occupent en grande partie ainsi qu’une zone du Haut-Atlas .Dans leur migration tardive ils s’installèrent entre les Masmouda et les Zénètes.
    En Algérie les Kabyles constituent un îlot de Sanhaja installés il y a très longtemps ; toutes les autres tribus dont les Chaouis ( qui existent aussi au Maroc mais qui se sont arabisés ) sont des Zénètes qui ont migré du voisinage des Égyptiens , c.à.d du Sud-est au Nord-ouest jusqu’à leur dernière arrivée finale au Maroc en suivant la voie des Merinides leurs cousins qui eux-mêmes ont migré en suivant la trace des Maghraoua et des Aït Ifren ( bani Ifren )
    Il y a des tribus amazigh issues de la même branche qui vont du Maroc jusqu’en Tunisie et même jusqu’en Égypte. On pourra citer les Houara par exemple.
    A retenir que les Imazighen sont les cousins des Égyptiens anciens qui eux se sont installés le long du Nil .
    Imazighen ont occupé un immense territoire mais tous ont progressivement migré du Sud vers le Nord avec la désertification du Sahara .

    Ceci est un bref survol bien sûr , et il faut noter que toutes ces pérégrinations se sont étalées sur des milliers d’années. Le premières migrations qui ont donné les Dynasties égyptiennes ont commencé il y a 7000 ans d’années d’après des études récentes.
    ⴰⵣⵓⵍ ⵣⵉ ⵍⴰⵟⵍⴰⵚ ⵓⵏⴰⵎⵎⵙ

    TOUT CELA POUR DIRE QUE IL Y A UNE SEULE CIVILISATION AMAZIGH EST LA THÈSE YÉMÉNITE EST A ENTERRER DÉFINITIVEMENT
    TANEMMIRT.

    * les sources sont disponibles à la demande…

  5. Avatar
    bitchplease le

    La couronne est supposée être une couronne solaire, appelée aussi Tamazghat.
    http://mougadir7.unblog.fr/2013/09/14/la-couronne-solaire-tamazghat-du-sud-du-maroc/
    Votre article mentionne le fait que la couronne à 7 branches de Lady Liberty représente le soleil….
    L’auteur n’a même pas pris la peine de faire une recherche sur internet pour trouver le nom de la couronne en tamazight, ou encore sa signification. Et non c’est pas pour porter des meules de foins, non mais quoi encore?
    Comme le rédacteur de cet article l’a mentionné, aucune culture n’existe dans une bulle. S’il y a des influences celtiques ou autre sur la culture amazighe, alors pourquoi ne peut on pas parler d’une influence amazighe ou autre sur Bartholdi? Je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est parce que la culture amazighe est vue comme “inférieure” à la culture européenne “supérieure”.

    Il est facile d’imaginer que Bartholdi, un sculpteur, ai pu trouver des photos de femmes vêtues de ces couronnes, sans avoir à se déplacer à Sidi Ifni ou au Sud du Maroc. A l’époque ces photos qui prisent dans le cadre l’Orientalisme circulaient assez facilement. Donc on ne peut entièrement écarter la possibilité qu’ils s’en soient inspiré.
    Et si c’est vraiment le cas, pourquoi ça dérange tant? Camille Saint Saens c’est bien inspiré de la musique orientale, en particulier algérienne. Et ce que ça fait de lui un mauvais compositeur?

    Et ce qui est encore pire c’est les stéréotypes sur les “Berbères”. Qu’ils sont têtus, et l’auteur va même jusqu’à faire une comparaison à la chèvre….C’est vraiment d’une bassesse et reflète un certain racisme latent.

    • Avatar
      Marie-Aude le

      Cher Monsieur

      1- je vous prierais d’être courtois, et d’éviter des mots comme “bassesse” comme j’éviterai celui de “connerie”.
      2- Amazigh/Imazighen, “un berbère, des berbères”, “Tamazgha”, la Berbérie, Tamazghat “Une berbère”, féminin régulier de Amazigh. Le lien que vous donnez est celui d’un blog qui utilise régulièrement l’adjectif Tamazghat. Le soleil, c’est Tafoukt (c’est d’ailleurs écrit dans la page dont vous donnez le lien), et donc Tamazghat ne peut pas vouloir dire “Couronne solaire”, ni être le nom d’un bijou de tête spécifique. L’auteur (moi) n’a pas vraiment eu besoin de chercher le nom de la coiffe sur le net, il a fait un peu plus sérieux, il a demandé au photographe qui a fait les portraits de ces jeunes Aït Bâamranes, le photographe les a contactées pour vérifier, le la coiffe s’appelle “Machbouh” (c’est en légende d’une photo).
      3- Non, il n’est pas facile d’imaginer que Bartholdi ait pu trouver des photos de femmes portant ces couronnes.

      Aucune photo de cette coiffe antérieure aux années 1930 n’existe, ni dessin
      Pour avoir des photos, il faudrait avoir des photographes, or, je vous le répète, la région était à l’époque totalement inaccessible aux Européens, et le sera pendant longtemps quand ils ne seront pas accompagnés par une armée
      le projet de construction de la statue a commencé en 1871, on a déjà à cette époque des dessins du projet avec la couronne à sept pointes faits en 1870. C’est en 1871 qu’on invente le chauffage du collodion, qui permettra enfin de prendre des “instantanés” et donc de faire des portraits sans obliger les gens à poser un long moment sans bouger. Mais il fallait développer et fixer la photo en une demi-heure, dans une chambre noire. Ce n’est que vers 1880 qu’on invente des techniques plus rapides et plus simples. Je ne sais pas si vous visualiser ce que cela impliquerait de faire des portraits dans ces conditions avant 1870, en plein territoire siba ?
      Donc oui, on peut “imaginer”, si on y tient vraiment, qu’un photographe, transporté miraculeusement la nuit par un dromadaire, soit arrivé en territoire Bâamarane, ait été accueilli à bras ouvert par la population qui l’aurait laissé regarder et photographier ses femmes, qu’il ait rapporté des clichés en Europe et que Bartholdi les ait vues, sans que personne, jamais n’en parle nulle part, et que seul Bartholdi ait vu ses clichés… on peut
      les photos auxquelles vous faites allusion sont largement postérieures. Allez voir la littérature coloniale sur Gallica, ça regorge de photos, ça vous permettra de dater les choses correctement
      l’histoire n’imagine pas, elle se base sur des faits, des sources, des documents. L’histoire n’est pas un conte, c’est une réalité

      4- Je n’ai pas dit que cette coiffure était faite pour porter des meules de foin, au contraire, qu’elle rendrait ce genre de travaux impossibles, et qu’elle était totalement unique dans le monde amazigh, entre autres à cause de cela. Les femmes amazighs, comme ma belle-mère, portaient leurs bijoux tous les jours, les pointes des bracelets, par exemple, pouvaient leur servir à se défendre.

      5- Vous pouvez penser ce que vous voulez sur ce que je pense de la culture amazigh, m’accuser de bassesse, de racisme latent, mais vous êtes totalement à côté de la plaque, rempli de préjugés, et incapable, manifestement, de rechercher un peu dans ce site ce que je pense réellement. J’ai épousé un Aït Atta, et j’admire la culture berbère. https://o-maroc.com/theme/pays_berbere

      6- Si c’était vrai, ça ne me dérangerait absolument pas que Bartholdi se soit inspiré d’une coiffe berbère. Ce qui me gêne, c’est que c’est faux, et que pendant qu’on raconte ce mensonge, on oublie la réalité des Aït Bâamrane, leur courage, leur vaillance, et même les Marocains oublient qu’ils ont mis les Européens dehors bien avant Abdelkrim. Se mentir sur sa propre histoire, c’est grave. Comment peut-on être fier d’un mensonge qui vous cache les vraies raisons d’être fier ? Est-ce que vous préférez Bartholdi ou que les Aït Bâamaranes aient réussi à chasser des Espagnols bien armés avec leurs vieux fusils du XVIII° siècle ?

      7- Oui, j’ai dit que les Berbères sont têtus et j’en connais suffisamment pour le savoir :) Mais ce n’est pas un défaut, ou alors je le partage. Et surtout, je ne les ai pas “comparés” à des chèvres vous lisez de travers. Ou bien peut-être vous ignorez ce conte berbère que mon mari Aït Atta me racontait avec fierté ?

      Un jour deux amis sont assis et voient un point noir en haut d’une dune (ou d’une colline… ça dépend, on était dans le désert). Le premier dit à l’autre : “Tu as vu la chèvre là-bas ? ” “Mais non, ce n’est pas une chèvre c’est un aigle – Non une chèvre – Non un aigle, etc. ” Finalement, le point noir s’envole, et le second dit au premier “Tu vois bien que c’était un aigle ?” et l’autre lui répond “mais enfin, tu n’as jamais vu une chèvre voler ?”

      Bref…. on peut imaginer que la chèvre vole, on peut imaginer que Bartholdi a vu des photos de jeunes filles Bâamrane, et, plus sérieusement, on peut aussi imaginer que “l’autre” n’est pas obligatoirement un raciste rempli de bassesse simplement parce qu’il dit quelque chose qui ne vous plait pas.
      Don’t bitch, use your brain.

      • Avatar
        bitchplease le

        1- Donc vous ne prenez pas la peine de rechercher le nom ni la fonction de la couronne avant d’écrire votre article, et vous décidez de complétement ignorer ce détail important pour contrer la théorie de l’origine amazighe? Alors là chapeau.

        2- Vous ne cessez de confler l’origine de la couronne entre Ait Atta et Ait Baamrane, qui sont deux tribus différentes. La vérité c’est que vous ne savez pas non plus avec certitude l’origine de la couronne, ni sa fonction d’ailleurs. Pourquoi vous poser en spécialiste de la culture amazighe, alors qu’une grande partie de l’histoire amazighe a été perdue, pour plusieurs raisons, et non il ne s’agit pas seulement du fait que les amazighes ont oublié leur histoire. Il y a un facteur important qui a joué, et qui s’appelle le colonialisme, qui a oeuvré à effacer la culture de plusieurs ethnies, dont les Amazighes pour mieux le contrôler, mais je ne vous apprend rien. Cela aussi fait partie de l’Histoire. Le panarabisme est aussi passé par là. Donc il serait injuste de poser le blâme sur les Amazighes eux mêmes, lorsqu’il y a un manque de ressources sur le sujet, sinon nous n’aurions pas ce débat.

        5-Quand bien même ce que vous dites est vrai, rien ne peut être dit avec certitudes, en particulier lorsque des détails font surface plusieurs centaines d’années après les faits. En réalité cela m’importe peu si l’influence est égyptienne, ou amazighe, ou voire même sami, mais je ne peux m’empêcher de penser que dans ce domaine qu’est l’art et l’histoire, il y a beaucoup de zones d’ombres. Je pense qu’au delà des vérités absolues (qui n’existent pas d’ailleurs) la place des mythes est importante pour les peuples. Doit on se moquer de tout ceux qui croient à des mythes juste parce que cela ne correspond pas à l’idée que l’on se fait de la “Vérité”. Doit on se moquer de Rome car elle aurait été fondée par Remus et Romulus, tous deux ayant eu une louve pour mère? S’il y a une minorité de gens (et c’est bien le cas de le dire) qui pensent que la statue a été inspiré par les Amazighes, en quoi est ce un tel crime?

        4- J’ai trouvé l’imagerie assez maladroite, et qui plus est il s’agit d’une généralisation. Est ce que les Amazighes sont plus têtus que les Arabes ou n’importe quelle autre ethnie? Pas si sur, puisque ma généalogie est moitié arabe moitié amazighe, et je peux dire que les deux peuvent être aussi têtu l’un que l’autre. Je pense que votre article passerait mieux si le ton n’était pas aussi condescendant, et cela encore plus dans les commentaires.

        Ditto.

        • Avatar
          Marie-Aude le

          1- Pardon ? J’ai passé plus de cinq semaines à faire des recherches avant d’écrire cet article. Les recherches, pour information, ça existait avant internet, et s’adresser directement aux personnes qui portent elles-mêmes la couronne au lieu de ressortir des articles d’autres personnes, c’est plus sûr, et ça permet d’éviter de faire des erreurs de vocabulaire de base :D (et pour info, il n’existe RIEN de sérieux sur cette coiffe, ni dans les articles récents, ni dans la littérature… juste des photos et la légende de Bartholdi. Il m’a fallu plus d’une journée pour identifier la tribu, et trois jours pour arriver à mettre la main sur le photographe).
          2- Non, je ne confonds pas, vous ne comprenez rien à ce que j’écris manifestement (ou bien vous ne voulez pas, pour pouvoir continuer à me reprocher des choses que je n’ai pas écrites). La couronne est Aït Bâamrane. Point barre. Les Aït Bâamrane sont une tribu guerrière dont les femmes ont combattu, “comme” les Aït Atta. Les femmes Aït Atta portaient des tatouages en forme de barbe, les femmes Aït Bâamrane portent cette couronne. Ce sont, à ma connaissance, les deux seules tribus dans ce cas dans une histoire récente. (Ce qui ne veut pas dire, non plus, que des femmes d’autres tribus n’ont pas combattu, juste qu’il n’y a pas eu de signe distinctif pour elles dans ce cas).
          5- “Plusieurs centaines d’années” ? Même pas 150 ans. On est justement dans un cas où on a suffisamment d’histoire écrite pour pouvoir être sûr de certaines choses. Et même si l’histoire Amazigh est en grande partie orale, elle est extrêmement bien conservée. Je me souviens d’un ami qui pouvait réciter sa généalogie sur dix siècles. On a des sources (je vous renvoie à la Bibliothèque Nationale du Maroc, à Gutemberg, Archives.org, Gallica, pour des sources en anglais, espagnol, français et arabe). Et, dans ce cas particulier, on a une histoire écrite et extrêmement détaillée en ce qui concerne Bartholdi. Je ne me moque pas de ceux qui croient à des mythes, quand ils reconnaissent que ce sont des mythes. Je ne me moque pas de Rome, mais je regarderais avec ahurissement quelqu’un qui, aujourd’hui, me dirait que l’histoire de Romulus et Remus est historiquement vraie. Je n’aime pas que l’on transforme des mythes en histoire vraie, parce que l’histoire est plus intéressante, plus riche, et parce qu’on utilise les mythes souvent à mauvais escient (… par exemple, le mythe de la “Terre Promise”, basé sur une histoire qui a autant de réalité historique que notre Bartholdi inspiré par la couronne Bâamrane).
          4- (mais en fait 7, non ?) je transmettrai votre commentaire à mon mari. On m’a souvent dit que j’étais aussi têtue qu’un Berbère ou qu’un Saharaoui, peut-être est-ce réservé aux Berbères du Sud ? :D en tout cas, cette généralisation est partagée par beaucoup de gens, ici, et vous savez très bien, puisque vous y vivez, que les stéréotypes sont légions. Cette histoire ne vous plait pas, je la trouve drôle, et notre échange prouve quand même qu’elle est assez réaliste.

          Croyez aux mythes qui vous plaisent, tant que vous savez que ce sont des mythes. Il y a tant de “belles histoires” dans ce pays qui ont été inventées, souvent pour les touristes. Encore une fois, qu’elle soit flatteuse ou pas, je préfère l’histoire et l’histoire des mythes.
          Mais je prépare un article qui devrait vous plaire… comment un art spécifiquement berbère s’est répandu dans le monde entier, sans qu’on le reconnaisse aujourd’hui. Là aussi, il faut beaucoup de recherches pour vérifier ce qu’on dit, avant de sortir un article.

          Quant au ton et aux réponses aux commentaires, cela fait plus de quinze ans que j’écris sur le net. J’ai exactement le même ton dans cet article que dans d’autres, qui ont été recopiés des centaines de fois sur le web amazigh. Ce n’est pas le ton des articles qui pose problème, c’est le fond. Et mes réponses sont courtoises quand on l’est avec moi. J’en ai juste assez de me faire plaquer des préjugés faux par des gens qui m’accusent de bassesse, de racisme, d’ignorance, voire bien pire, etc. sans même prendre la peine de chercher un peu et de regarder trois ou quatre articles ici, pour se faire une idée plus juste.

          Si vous voulez continuer cette discussion, passez par le formulaire de contact. Je ferme définitivement les commentaires sur cet article.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :