La grande peur de l’Aïd a frappé, un quart de la population interdite de circulation

0
  • Berrechid : 136.000 habitants
  • Casablanca : 3,5 millions d’habitants
  • Fès : 888.000 habitants
  • Marrakech : 1,330 millions d’habitants
  • Meknès :1,08 millions d’habitants
  • Settat : 141.700 habitants
  • Tanger : 1 million d’habitants
  • Tétouan : 381.000 habitants
  • Safi, déjà en quarantaine : 300.000 habitants

Au total, 8,8 millions d’habitants, sans doute un peu plus de 9 millions si on inclut tous ceux qui ne font pas leur “changement de carte” (comme dans les dortoirs de Lissasfa). Les deux seules grandes villes qui échappent à l’interdiction de transport sont Rabat et Salé. 

Neuf villes suffisent à bloquer un quart de la population marocaine.

Ou on essaye…

Le Marocain a la tête dure, et il fait ce qu’il veut.

Dès l’annonce (tardive, vers 19h je crois), les Marocains se sont précipités en masse sur les routes, créant des bouchons monstres – relayés sur Facebook – et des accidents graves.

Certains pour rentrer dans leur ville d’origine avant que ça ferme. Tous ceux qui étaient partis malgré les demandes insistantes du gouvernement de ne pas voyager.

D’autres, sans doute, pour partir malgré tout, sauver leur réservation dans le Sud pour leurs vacances, faite il y a plus de deux mois, ne se demandant même pas s’ils allaient pouvoir rentrer.

D’autres, enfin, considèrent que cela ne s’applique pas à eux :

Revenir ou Partir dans l’urgence ?

J’en discutais avec un ami à l’instant. Pour lui, les embouteillages et la cohue étaient créés par les gens qui voulaient revenir chez eux (donc des vacanciers ou des week-endistes éloignés de leur résidence).

Mais “que nenni”, les embouteillages, la cohue dans les gares de bus, les ouvriers faisant du stop à la sortie de Casablanca le prouvent bien : les gens se sont précipités pour partir, malgré tout, pour l’Aïd.

Autrement dit, prouvent qu’ils n’avaient aucune intention d’écouter les recommandations du gouvernement, de respecter strictement etc. et qu’ils se torchaient allégrement, il n’y a pas d’autre mot, des demandes supplications de ne pas voyager.

On a les gouvernements qu’on mérite !

Le gouvernement ne pouvait donc pas prévenir

Prévenir plus à l’avance, comme beaucoup le demandent, aurait simplement vidé la mesure de son sens, en laissant plus de temps pour partir malgré tout.

De plus, le gouvernement a prévenu, avec des communiqués de plus en plus menaçants, avec des alertes de plus en plus dures sur le non-respect des mesures recommandées, sur la reprise des cas, sur les conséquences que les Marocains encourraient en ne respectant pas le port du masque.

Mais personne n’a voulu l’entendre. Et les photos publiées par le Desk ce soir, avec de nombreux Marocains “à branchies” sans masque ou avec un masque sous le nez dans les cohues des gares le montrent bien.

La méthode marocaine en accéléré

La bonne vieille méthode marocaine,

“je préviens, je menace, je te donne la possibilité de régulariser, je menace encore, je te donne encore la possibilité de régulariser et finalement je mets enfin mes menaces à exécution”

s’étale d’habitude sur plusieurs années.

Je l’ai vu dans la régularisation des informels du tourisme, on le voit pour l’amnistie des avoirs détenus à l’étranger, qui est reconduite encore une fois cette année.

Elle est efficace quand on a le temps, ce qui n’est pas le cas ici. Elle a donc été contractée sur une semaine.

Ne sait quand reviendra

Pour ceux qui ont réussi à partir, le retour s’inscrit dans un espace-temps incertain.

Le communiqué gouvernemental ne parle pas de la fin de cette mesure. Il dit juste “à partir du 26 juillet à minuit”.

En mode optimiste, une fois que l’Aïd est passé, on laisse les gens revenir.

En mode raisonnable, on teste, on voit comment le nombre de cas évolue, les éventuelles nécessités de confinement de quartiers, et ensuite, seulement ensuite, on rouvre les possibilités de déplacement.

Sachant que la “quarantaine” est de 14 jours, ça nous met au 10 août au plus tôt. Ce fameux 10 août qui aurait dû être le jour de la réouverture des frontières.

Si vous avez trouvé une erreur de frappe ou d’orthographe, vous pouvez nous la signaler simplement en sélectionnant le texte en question et en appuyant à la fois sur les touches Ctrl+Entrée. Pour faire un commentaire sur l’article c’est ici que cela se passe.

Plus d'informations

Villes fermées. Pr. Marhoum: « La décision du gouvernement était nécessaire »

Analyse factuelle des risques actuels

Appauvri par virus et sécheresse, le Maroc rural table sur Aid Al-Adha

Pour les éleveurs de moutons – et donc le monde rural – la vente de l’AId est vitale

Vidéo. Interdiction de circuler entre les villes: les explications de Saâd-Eddine El Othmani

Explications du premier ministre sur les choix des villes bloquées et la décision prise.

Safi, la ville de la sardine, en quarantaine

Première ville totalement reconfinée, Safi a vu une explosion des cas de Covid à cause du non-respect des mesures sanitaires dans des usines de sardine et de l’insouciance de des habitants

Covid-19: vers un retour au confinement au Maroc ?

On a d’abord dit non, pas de retour au confinement. On dit maintenant “oui, sans doute, de façon précise”.

Algérie. Covid-19: fermeture de tous les accès menant à Alger

Confrontée aux mêmes problèmes et risques que le Maroc, l’Algérie fait le même choix, de bloquer les déplacements pour l’Aïd

Covid19 – Fès: Les autorités veulent maîtriser la recrudescence des cas, mais…

Une montée inquiétante des cas de contamination à Fès (70 ces derniers jours), sans que la population se plie aux mesures de protection, en particulier le port du masque.

Covid-19 : découverte d’un foyer industriel de contamination à Berrechid

Dans une usine de 2.700 employés, les tests de dépistage débutés le 21 juillet ont décelé 20 cas d’infection sur un échantillon de 45 travailleurs, soit un risque statistique de 1.200 cas.

Coronavirus: Le ministère de la Santé n’exclut pas une hausse des cas après l’Aid Al Adha

Pour l’instant, interdiction de circulation entre différentes villes. Après l’Aïd ? Risques de reconfinement…

Urgent. Coronavirus au Maroc: Interdiction de se déplacer de ou vers ces villes à partir du 26 juillet
Partager.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :