La stratégie du compte-gouttes

1

N’en déplaise à tous les petits-cousins de la grande-tante du jardinier dont la belle-soeur travaille dans un aéroport, malgré les plans de vol déposés par Royal Air Maroc à partir du 11 juillet, et en accord avec l’absence totale d’information affichée sur le site de l’ONDA (les aéroports marocains), les frontières ne rouvriront pas le 11 juillet, mais le 14 juillet à minuit, ou plutôt le 15 juillet, puisque les derniers vols atterrissent avant minuit, selon un communiqué du gouvernement marocain. (Voir la mise à jour en fin d’article : il ne s’agit pas d’une ouverture, même minime, mais d’une opération exceptionnelle).

Une ouverture très limitée

D’abord, elle est réservée aux citoyens Marocains, d’une part, et aux étrangers résidents au Maroc, d’autre part, ainsi qu’à leur famille. Cela comprend donc les MRE titulaires d’une C.N.I., mais pas ceux “d’origine marocaine” mais ne pouvant prouver leur citoyenneté.

Ensuite elle est aussi limitée géographiquement et économiquement : les seuls points d’accès seront les aéroports et les ferrys au départ de Sète et de Gênes uniquement. L’Espagne est hors-jeu, l’opération Marhaba est totalement annulée. Le coût d’une traversée par Sète n’a rien à voir avec une traversée par Algésiras, pour une famille le prix du voyage en avion sera très lourd.

Fermer le passage par l’Espagne est un moyen très efficace de diminuer de façon importante les arrivées au Maroc. L’année dernière, c’était près de 570.000 marocains qui étaient passés par Algésiras, soit 20% de l’ensemble des MRE revenus pour l’été, sans compter les touristes étrangers…

Un contrôle sanitaire en amont pris en charge par le pays de départ

L’embarquement à bord du ferry ou de l’avion sera conditionné par un test PCR et un test sérologique. Cela permet de faire un premier filtre au départ.

Le coût de ces premiers tests ne sera donc pas supporté par le Maroc, qui conservera son stock.

Le coût du test est de 54 € en France, remboursables par la Sécurité Sociale. En vertu de la convention de sécurité sociale entre les deux pays, les dépenses de médicaments et de soins engagées dans un pays par un ressortissant d’un autre pays sont remboursées par l’organisme de sécurité sociale locale (CPAM ou CNSS). Les Marocains coincés à l’étranger seront donc testés par la France.

Un confinement à l’arrivée avec un second test

Comment confiner en hôpital ou en hôtel payé par l’état les nouveaux arrivants, comme c’était le cas jusqu’à maintenant ? Avec des arrivées nombreuses prévues, c’était difficilement faisable.

Le contrôle sanitaire avant l’embarquement permet de filtrer les départs et d’avoir une assurance raisonnable que les voyageurs seront, au pire, des porteurs asymptomatiques très récemment contaminés.

Le Maroc a donc officiellement changé ses procédures de sécurité : désormais, les nouveaux arrivés devront se confiner chez eux, pendant quatorze jours, en faisant un second test à la fin des quatorze jours. Voici la nouvelle procédure d’isolement définie par le Ministère de la Santé.

  • un engagement sur l’honneur pour le voyageur de respecter son auto-confinement à domicile
  • un suivi téléphonique quotidien
  • l’utilisation de l’application de traçage Wiqaytna
  • un second test PCR fait au bout de neuf jours

L’engagement que les voyageurs pourront quitter le Maroc

C’est un message fort : si vous venez au Maroc, vous pourrez en repartir de la même façon. Autrement dit “Nous n’allons pas refermer totalement les frontières”.

En respectant bien sûr les conditions du pays de retour.

Pour l’instant, la France recommande un confinement volontaire, mais ne l’impose pas. Il suffit de se munir d’une attestation de déplacement vers la France depuis un pays tiers, et d’une déclaration sur l’honneur. Vous pouvez voir tous les détails (qui peuvent changer) sur le site du Ministère de l’Intérieur.

D’autres pays, comme l’Allemagne, imposent une quatorzaine eux aussi. Pour la Belgique, ce n’est pas clair, mais le Maroc pourrait être considéré comme une zone orange, avec une zone rouge comme Safi. La “quarantaine” au retour serait donc obligatoire. C’est déjà acté en Flandres, la Wallonie et Bruxelles hésitent… C’est aussi le cas de l’Italie (avec des explications détaillées en plusieurs langues) et des Pays-Bas.

Bref, pour la majorité des pays où résident des MRE, la quatorzaine sera obligatoire au retour, ce qui fait en tout 14+14 = 28 jours d’auto-confinement.

Un trait définitivement tiré sur la saison touristique

Le Maroc a clairement fait le choix de privilégier la sécurité sanitaire aux rentrées de devises liées au tourisme. Les opérateurs touristiques vont très certainement protester, mais ce choix était clairement le seul possible. Il préserve l'avenir, en évitant les problèmes immédiats. De toute façon, étant donné les mesures imposées par les différents pays européens, le nombre de touristes allait être extrêmement limité.

Cette décision, par contre, doit s’accompagner de mesures fortes de soutien. Le Maroc est en discussion avec la BERD, entre autres, pour mettre en place un réel plan de soutien au secteur. Il s’agit de préserver les emplois, mais aussi les infrastructures. Faute de revenus, de nombreux hôteliers pourraient arrêter d’entretenir leur établissement, par exemple.

Une restriction des transports intérieurs à prévoir pour l’Aïd ?

A O-Maroc, c’est notre petit pari personnel : que 3 ou 4 jours avant l’Aïd, une restriction des transports inter-villes soit mise en place.

Elle l’est déjà de fait, avec la limitation du nombre des vols intérieurs, les horaires de trains aménagés, la limitation du nombre de passagers dans les grands taxis et les bus (et la grève des compagnies de bus autres que la CTM et Supratour). En tout, ce sont seulement 470 départs qui ont eu lieu au Maroc entre le 26 juin et le 4 juillet, soit 52 départs / jour.

On pourrait imaginer d’aller plus loin, ce qui limiterait les situations d’exposition au virus (longues heures de voyage avec un port approximatif de la bavette, brassage des populations, etc.) alors que les Marocains sont extrêmement négligents sur l’application des gestes barrière.

Je crois que tout dépend du sérieux du respect des mesures d’auto-confinement. Autant dire que j’ai un gros doute…

Qu’en pensez-vous ?

2 mises à jour :

Précisions importantes

Le compte-gouttes diminue son débit encore plus.

Après de nombreuses interrogations, des communications contradictoires des consulats, l’état marocain a finalement précisé l’étendue de cette “ouverture” : il s’agit uniquement de faciliter le retour dans leurs pays des résidents étrangers au Maroc bloqués à l’extérieur du pays et des Marocains bloqués en dehors de leur pays de résidence.

C’est confirmé par le Ministère des Affaires étrangères marocain :  il s’agit d’une opération exceptionnelle et pas d’une ouverture des frontières.

Autres précisions importantes mais contradictoires !

C’est Yabiladi qui souffle dans l’autre sens, avec un article où les sources bien informées auraient précisé qu’en fait, les étrangers résidents au Maroc peuvent sortir pour leurs vacances, mais pas les Marocains résidents dans le royaume.

Attendons la prochaine mise à jour, plus personne ne pourra sortir !

Plus d'informations

La mise à l’écart des ports espagnols par le Maroc, un symptôme des crispations politiques ?

Yabiladi décrit les tensions politiques internes à l’Espagne et le manque à gagner des opérations “transit”, pour finalement reconnaitre que le facteur essentiel de la décision a été la prudence sanitaire du Maroc.

Accès au territoire national : nouvelles précisions de Nasser Bourita

Tu ne peux pas faire de tests PCR ? Tant pis tu ne viens pas par avion. Tu ne peux pas venir par avion ? Tant pis tu ne viens pas.

10 juillet 15h – Les passeports étrangers pourront partir en vacances, mais pas les Marocains

Finalement, ce seraient les Marocains résidents au Maroc qui ne pourraient pas sortir… on horodate nos liens, maintenant !

RAM reprogramme ses vols
Royal Air Maroc prépare son retour dans les airs – YouTube
Tourisme : 13 millions de visiteurs et 76 milliards de DH de recettes en 2019
CNT : La priorité est “la survie” de 11 000 entreprises opérant dans le tourisme
Opération Marhaba: pourquoi il faut revoir le protocole sanitaire au Maroc

Le Maroc impose un isolement de 9 jours à l’arrivée sur son territoire, l’Allemagne de 14 jours… mais ce serait au Maroc d’alléger son protocole !

5 juillet : Opération Marhaba 2020 : toujours d’actualité au Maroc ?

Pour aller au Maroc en voiture, il faut passer par la Catalogne, la région où deux villes espagnoles sont à nouveau strictement confinées. Une raison de plus pour la suspendre, finalement ?

Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

Bernard Rouget est consultant en management et en gestion de projets informatiques. Il s’est installé en 2010 au Maroc avec une double activité : le lancement d’un riad près de Zagora, avec sa femme (qui n’a pas fonctionné, il vous racontera pourquoi un jour), et une activité de conseil dans son domaine de compétence. Il est derrière le compte Twitter de O-Maroc

Un commentaire

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :