Comment faire trainer l’ouverture des frontières jusqu’à l’Aïd ?

1

… ou même un peu plus tard.

J’aime énormément la diplomatie marocaine. Si je voulais tomber dans le cliché, je dirais que le Maroc déploie une finesse toute orientale dans sa façon de faire, un art de la manipulation dans les coulisses tout à son honneur – et beaucoup plus efficace que les rodomontades de nombreux dirigeants occidentaux, à commencer par Donald Trump, notre ex-président Nicolas Sarkozy et l’actuel.

Pour l’instant, le Maroc, j’en suis persuadée, ne veut pas rouvrir ses frontières autrement qu’au compte-gouttes. Le premier signal avait été la communication sur l’opération Marhaba de cette année, qui serait organisée “autrement” (Marhaba, c’est la gestion de la déferlante touristique MRE de l’été).

Les risques liés à la ré-ouverture des frontières

Le Maroc a à peu près réussi à circonscrire correctement l’épidémie, ce qui est un exploit quand on voit ce qui s’est passé chez les voisins.

Les gens se comportent comme si le virus avait disparu mais les contaminations continuent

Partout, absolument partout, que ce soit chez nous ou en Europe, la levée du confinement a donné lieu à une explosion des pratiques à risques. C’est “fini”, donc on ne porte plus le masque, on s’agglutine dans des soirées, etc. A tel point qu’on commence à craindre une reprise du confinement (à laquelle je ne crois pas). Autour de moi, en quelques jours, les restaurants ont levé le pied sur les mesures sanitaires, les petits restaurants ne respectent pas les distances (comment pourraient-ils quand leur salle contient à peine trois tables), quant aux magasins et supermarchés… n’en parlons pas.

Chaque jour, de nouveaux “clusters” se révèlent, que ce soit au Maroc avec les ouvrières de Kenitra, en France, en Allemagne (sans parler des pays devenus parias, comme les États-Unis ou le Brésil).

Et chaque pays qui a rapatrié ses ressortissants a connu de nouvelles contaminations.

Le rapatriement des marocains coincés à l’étranger à tout juste commencé

Avec un protocole strict, un test à l’arrivée, une “quarantaine” de neuf jours, et un autre test à la sortie. On ne sait pas encore ce que cela donne, si tous ces retours sont tous en bonne santé ou pas, il faut attendre un peu.

Un protocole impossible à appliquer à des touristes

Parce que si on vient passer deux semaines de vacances au Maroc et que plus de la moitié est passée en isolement, que reste-t-il ? De plus, les tests coûtent cher, et même si on en fait supporter le coût aux touristes, il faut en avoir assez en stock.

Sur la durée, le taux de nouveau cas quotidien est un indicateur essentiel

C’est celui qui a été choisi par l’Europe pour décider de la réouverture de principe des frontières avec un pays ou pas. La bonne gestion actuelle a permis au Maroc d’être inscrit sur cette liste au niveau européen, chaque pays étant libre de faire ce qu’il veut ensuite. Mais, par contre, s’il n’est pas inscrit, il peut être certain que les frontières européennes seront fermées.

Les avantages ?

A part les rentrées de devise liées au tourisme, aujourd’hui, aucun. Le business continue, les importations et les exportations n’ont jamais cessé, la video-conférence permet la prestation de service à distance, les call-centers n’ont jamais autant travaillé.

Et ces rentrées touristiques seront faibles. Je comprends parfaitement les professionnels du tourisme qui s’inquiètent. Je les comprends moins quand ils expliquent qu’on devrait leur laisser ouvrir les restaurants jusqu’à deux heures du matin, parce qu’il y a des gens sans masque dans la rue (l’argument étant que c’est moins risqué).

Mais il ne faut pas rêver, la majorité des “touristes” qui ont envie de venir au Maroc sont des MRE, c’est-à-dire justement ceux qui font le moins bien marcher l’économie du tourisme. D’après ce que je vois autour de moi, sur Facebook et sur les réseaux sociaux, les gens qui n’ont pas d’attaches personnelles au Maroc ont peur de se faire coincer à nouveau, et préfèrent rester dans un espace géographique “sûr”.

Donc, pour résumer, la manne touristique ne tombera pas cet été. Qu’on ouvre les frontières ou pas.

Comment gérer la transhumance de l’Aïd ?

La grande migration de l’Aïd El Kebir, c’est une semaine en général. Tout le Maroc parcourt le Maroc dans tous les sens, plutôt des grandes villes (les zones les plus à risque) vers le bled (les zones les plus épargnées), et puis revient. 

Avec des voyages par tous les moyens, y compris en bus et en grands taxis où, croyez-moi, les Marocains à branchies (ceux qui portent la bavette sur le menton puisque c’est par là qu’ils respirent) vont se multiplier.

Et la distanciation sociale, au bled, tu oublies ! On mange tous dans le même plat, on boit dans le même verre, on embrasse la main des parents et on ne leur fait aucune remarque sur la bavette ou le lavage des mains, on les respecte trop pour ça… C’est juste totalement impossible. Et puis il y a la grande prière de l’Aïd, tout le monde collé-serré.

Foule sur le terre-plein de la gare d'Ouled Ziane

A Casablanca, la zone de la gare routière d’Ouled Ziane est réquisitionnée pour la prière publique. C’est la fête pour notre ami coronavirus, non ?

Pour mémoire, le premier “cluster” en France était lié à un rassemblement religieux…

Donc, en gros, tu as réussi à calmer l’épidémie en enfermant tout le monde chez soi, et tu lâches la population pour un grand mélange. En serrant les fesses pour que le virus ne fasse pas l’Aïd lui aussi !

La solution ? L’ouverture quantique des frontières

En mode chat de Schrödinger (celui qui est là et pas là à la fois, un chat normal, en gros).

On dit qu’on ouvre, parce qu’on ne peut pas faire autrement.

Mais on n’ouvre pas à certains pays, et pas tout de suite. Et on ouvre seulement via Gibraltar, en remerciant bien l’Espagne et en lui disant, discrètement, de renvoyer où elle veut les quarante couillons qui se sont précipités trop tôt. Et cela au moment même où Ceuta en a assez de payer pour les Marocains bloqués chez elle (400.000 euros, quand même, depuis le début de la crise) et voudrait donc bien les voir ailleurs.

On dit qu’on va rouvrir le trafic aérien, mais chouïa chouïa, sans trop dire à quelle date, 10 juillet, 11 juillet, 15 juillet, et puis pas toutes les lignes, pas tous les vols.

Tous les “bien autorisés” qui sont dans la confidence parce que la petite-fille de la grand-tante de leur professeur de lycée a une amie qui est mariée à un retraité de la DGAC et qui affirment chaque jour que les vols vont rouvrir à telle ou telle date sont obligés de décaler leurs prévisions, comme une astrologue décatie sur le retour.

Beaucoup de ceux qui achètent des billets d’avions sans attendre l’annonce officielle de la réouverture reçoivent des mails “oui pour des raisons techniques, votre vol a été annulé et il est remboursé”.

La fermeture de Ceuta et Mellila jusqu’au 31 juillet veut dire qu’on ne pourra venir au Maroc que :

  • par bateau, via Gibraltar / Algésiras via Sète et Gênes, avec un protocole strict de contrôle
  • par avion, ce qui a un coût “certain” pour les familles nombreuses.

On ne ferme pas, mais on rétrécit le goulot d’étranglement.

Sans rien dire de précis, comme ça les gens restent dans l’attente, achètent-achètent pas et ont moins de chances de trouver un billet dans leurs moyens quand “l’annonce que tout le monde attend” va arriver.

Ils sont forts ! C’est un peu comme l’Arabie Saoudite qui a réussi à ne pas annuler le pèlerinage tout en fermant ses frontières.

Et mon conseil à tous ceux qui veulent venir au Maroc :
En mars, on pouvait se méfier, mais on pouvait aussi dire qu’on ne savait pas.

Cette fois-ci, on sait : les frontières peuvent se fermer, l’épidémie peut repartir.

N’achetez pas de billets avant d’être certains que les frontières sont ouvertes, ne voyagez pas trop, ce n’est pas fini.

PS : je peux être un peu ironique dans ma façon d’écrire, mais ne vous y trompez pas : je suis sincèrement impressionnée par le gouvernement marocain et sa façon d’arriver à gérer ce problème.

 

2 mises à jour :

Le Maroc n’ouvre pas ses frontières

La mesure permettant aux résidents étrangers et aux Marocains bloqués à l’extérieur de leur pays de résidence n’est pas une “ouverture” mais une “opération exceptionnelle”.

Il n’y aura donc pas de véritable ouverture des frontières avant l’Aïd, les MRE qui se trouvent dans leur pays de résidence ne peuvent pas rentrer pour l’Aïd.

Tanger reconfinée

Aujourd’hui 13 juillet, le territoire de la ville de Tanger a été reconfiné, et toute la ville est placée en quarantaine.

Soit deux jours avant le début des opérations “ferry” et donc de l’arrivée des MRE.

Il ne reste plus que l’avion pour revenir au Maroc.

Plus d'informations

La mise à l’écart des ports espagnols par le Maroc, un symptôme des crispations politiques ?

Yabiladi décrit les tensions politiques internes à l’Espagne et le manque à gagner des opérations “transit”, pour finalement reconnaitre que le facteur essentiel de la décision a été la prudence sanitaire du Maroc.

Redémarrage de l’épidémie en France : les vols avec le Maroc en cause ?

L’infectiologue Eric Caumes donne raison au Maroc qui n’a pas ouvert ses frontières car craignant une recrudescence des cas de contamination au covid-19.

5 juillet : Opération Marhaba 2020 : toujours d’actualité au Maroc ?

Pour aller au Maroc en voiture, il faut passer par la Catalogne, la région où deux villes espagnoles sont à nouveau strictement confinées. Une raison de plus pour la suspendre, finalement ?

5 juillet – Maroc : la frontière de Ceuta fermée jusqu’au 10 septembre ?

Suite à l’annonce de la fermeture de Ceuta – Mellila, les bruits “fuitent” en Espagne, d’une fermeture au premier septembre.

5 Juillet : Foyer épidémiologique: Les autorités verrouillent la ville de Safi

Beaucoup de gens craignent un reconfinement, étant donné le manque de respect des gestes barrières. Sans aller jusque là, Safi décroche le pompon du premier reconfinement partiel. Comment ouvrir les frontières dans ces conditions ?

4 juillet : Los rumores de una apertura del Tarajal aceleran una OPE encubierta

Les rumeurs d’une ouverture à Ceuta le 10 juillet et l’arrivée régulière de voitures de MRE accélèrent la mise en place d’une opération espagnole visant à les empêcher d’arriver jusqu’à Ceuta

Enquête exclusive : 54% des MRE ont l’intention de rentrer au Maroc cet été

… au lieu de 80%. En clair, 21% des MRE ont peur de voyager au Maroc, ou pas les moyens de le faire.

Sebta et Melilla resteront fermées pour le Maroc jusqu’au 31 juillet
Opération Marhaba: Nasser Bourita s’expliquera, ce lundi 6 juillet, devant le Parlement
3 Juillet – L’Espagne annonce garder ses frontières fermées avec le Maroc

Si le Maroc n’ouvre pas ses frontières aux Espagnols, les vacanciers ne pourront pas passer par l’Espagne pour se rendre au Maroc, et, surtout, pour en revenir.

3 juillet : Des MRE arrivent à Ceuta, en attendant une éventuelle ouverture des frontières avec le Maroc

Ils ne sont qu’une quarantaine, mais la vue de ces voitures arrivées devant la frontière et décidées à attendre aussi longtemps qu’il le faut a certainement pesé dans la décision de l’Espagne de fermer Ceuta et Mellila jusqu’au 31 juillet.

3 Juillet – Contaminations : Un relâchement qui pourrait coûter cher

Le Maroc ne peut pas se permettre un deuxième choc épidémique. Peut-il se permettre d’ouvrir les frontières ?

2 juillet : Ouverture des frontières : le Maroc ne s’est toujours pas décidé
29 juin : Opération Marhaba: l’Espagne a “préparé une série de protocoles” pour ceux qui décident de faire le voyage
14 juin : L’Opération Marhaba 2020 se prépare à démarrer … pour le 15 juillet
Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

Marie-Aude Koiransky est arrivée au Maroc en 2004. Elle s'est installée à Ouarzazate, avec son mari qui travaillait alors dans le tourisme, puis à El Jadida, enfin Casablanca. Pendant 10 ans, elle a parcouru le Maroc dans tous les sens "géographiques et sociaux". Elle gère une agence web qui propose des services de référencement et de création de sites et une société qui aide les lecteurs d'O-Maroc (et d'autres personnes) à s'installer au Maroc ou à y développer un projet professionnel. Elle intervient souvent sur des forums de voyage, et a voulu faire ce site pour centraliser les conseils aux expatriés. Diplômée de Sciences Po Paris en 1985, a a travaillé pendant plus de vingt ans dans des grands groupes internationaux (Apple, Ernst&Young et Bertelsmann) avant de s'installer au Maroc.

Un commentaire

  1. Avatar

    Merci pour l’article.
    Bonne analyse de situation.
    Le ministre des affaires étrangères s’expliquera demain du Lundi-6-Juillet au parlement sur ce sujet.
    A suivre.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :