Vivre à El Jadida, une très bonne idée !

23 Juil 2014 par Marie-Aude

Vivre à El Jadida, une très bonne idée !

Dans la série « où vivre au Maroc », El Jadida est rarement considérée dans les premiers choix. Pourtant, la ville où j’ai finalement choisi de vivre après avoir quitté Ouarzazate a énormément d’avantages – c’est normal, c’est pour cela que je l’ai choisie.

El Jadida est une « grande banlieue » de Casablanca sans les inconvénients

Le Maroc est, comme la France, très centralisé. Les centres économiques régionaux, à l’exception d’Agadir – et encore – ont peu de poids. Tout se passe à CasablancaRabat, à tel point que même l’agence gouvernementale chargée du développement du Grand Sud (Dakhla, Laayoune et Guelmim) est restée très longtemps à Rabat !

Malheureusement, Casablanca a tous les inconvénients d’une grosse métropole africaine, congestionnée d’embouteillages, polluée, mal gérée par une municipalité très contestée, c’est aussi une ville chère, et l’offre culturelle y reste limitée…

Les rues d'El Jadida

Les rues d’El Jadida, la campagne à la ville !

El Jadida, par contre, est encore une grosse « bourgade », une ville moyenne. Il faut environ une heure et demie en voiture comme en train pour aller de centre ville à centre ville.

Cette proximité me permet de commuter très régulièrement, comme une banlieusarde parisienne le ferait.

L’aller-retour en train coute 70 dirhams en seconde, 100 dirhams en première, et moins avec un abonnement. La gare est excentrée (la ligne de chemin de fer a été construite pour desservir Jorf, le complexe phosphatier). Le trajet en taxi coûte une trentaine de dirhams.

Le trajet par la route est à peine plus cher quand on passe par l’autoroute, avec l’essence et 72 dirhams de péage aller-retour, mais cela permet d’économiser les taxis dans Casablanca et surtout de charger le coffre avec un shopping frénétique !

Car on ne trouve pas tout à El Jadida, bien que de plus en plus de magasins s’ouvrent. Récemment un Marjane, avec tous les magasins qui gravitent autour (donc un ElectroPlanet, bien utile pour la geek que je suis).

Un climat atlantique très agréable

Côté climat, El Jadida est beaucoup plus agréable que Casablanca. La ville bénéficie des mêmes températures océaniques qui lui donnent un hiver doux et un été pas excessivement chaud (n’oubliez pas que je viens du désert, où la clim était indispensable de mai à septembre !). De plus, elle est sous les vents alizés : un double avantage qui garantit une sensation de fraîcheur et, surtout, qui empêche l’installation d’un nuage de pollution comme il y en a si fréquemment à Casablanca.

La différence avec la capitale économique est vraiment sensible : lorsque nous cherchions notre appartement, nous rentrions à Casablanca tous les soirs, nous avions réellement, physiquement, l’impression d’un air plus collant, sale même, alors que nous étions en octobre (donc après les grandes chaleurs qui aggravent la pollution).

Un coût de la vie raisonnable

Bien que les prix de l’immobilier augmentent régulièrement, la vie n’est pas très chère à El Jadida. On est très loin des prix gonflés de Marrakech, même pas rapport à Casablanca, les prix sont moins élevés. Un trajet en taxi en ville, c’est 7 dirhams, 10 dirhams le soir, les prix dans les souks ne sont pas trop gonflés pour les européens, l’ouverture du Marjane, qui est la grande surface avec les prix les plus bas au Maroc fait une bonne concurrence aux autres grandes surfaces.
Le coût de l’immobilier dans les différents quartiers d’El Jadida sera traité dans un article à part, avec le coût de la vie.

La vie économique d’El Jadida

Bien qu’elle soit une station balnéaire bien remplie l’été, El Jadida ne s’est pas bâtie autour du tourisme (qui reste d’ailleurs en grande majorité marocain).

Le site de Jorf

Le site de Jorf

L’exploitation phosphatière de Jorf, à 20 kilomètres au sud, reste le premier employeur, avec plusieurs milliers de salariés et des plans de développement qui prévoient encore des milliers d’embauches. Cette population d’ouvriers, d’ingénieurs et d’employés administratifs vit à El Jadida, soit en ville, soit dans des quartiers qui ont été construits par l’employeur.

La ville est aussi une bonne base pour établir une activité de services qui sera commercialisée à Casablanca ou plus loin (puisque ma petite entreprise a des clients partout dans le monde). Ainsi Intelcia ouvre un centre d’appels qui va employer 250 personnes, et la ville a décidé d’investir près de cent millions de dirhams dans le développement de la zone industrielle.

Comme de plus en plus de Bidaouis (habitants de Casablanca) et d’émigrés européens s’installent à El Jadida, l’offre de commerce et de services se développe, et donc les opportunités pour celui qui veut créer son propre projet. Comme je vous l’ai dit, un Marjane s’est ouvert cet hiver, et bientôt les habituels magasins périphériques (électronique, fast-food, …) et la chaîne « La Grillardière » ouvre un restaurant cet été face à la mer. Ce sont des signaux qui montrent le développement de la ville.

Participants au Moussem de Moulay Abdellah

Participants au Moussem de Moulay Abdellah

Enfin El Jadida est une des villes marocaines où vivre sa passion du cheval. Capitale de la région des Doukkala, elle voit deux des plus grands événements équestres du Maroc chaque année : durant l’été, le Moussem de Moulay Abdellah réunit toutes les sorbas (équipes de fantasia) du Maroc et le Salon International du Cheval, à l’automne, attire des sportifs de tous les pays, avec un concours de saut et de dressage de niveau international.

Distractions et sorties à El Jadida

Les plages

La plage du centre ville reçoit régulièrement le Pavillon Bleu.

Le pavillon bleu d'El Jadida (2013)

Le pavillon bleu d’El Jadida (2013)

Elle est bien aménagée, avec une promenade sur le remblai, très large, doublée d’une terrasse directement sur la plage, où on trouve de nombreux cafés (avec WIFI, j’écris cet article face à la mer !). Au sud, elle se termine au niveau du port de pêche et du chantier naval, avant la cité portugaise. Au nord, elle continue de façon interrompue vers Azemmour et Casablanca,. De quoi faire de beaux footings !

Haouzia est le nom de cette deuxième plage, beaucoup plus sauvage. Elle est bordée par une petite route séparée de la plage par des bosquets de pins, qui dessert les complexes hôteliers du Sofitel et de Mazagan. La plage d’Haouzia est immense, en pente douce, avec des courants d’eau chaude qui permettent de se baigner assez tôt dans la saison, quand on sait où ils se trouvent.

Le Centre Culturel Français et le théâtre municipal

Le Centre Culturel Français organise régulièrement des manifestations, expositions, projections de films, signatures de livres. C’est quasiment la seule offre culturelle de la ville, en dehors des spectacles organisés par Mazagan et de l’animation qui a lieu l’été. En effet, en saison, des concerts sont organisés quasiment tous les soirs, devant le parc Mohamed VI devant la plage.
Le théâtre qui se trouve au bout de l’avenue Mohamed VI est aussi, de temps en temps, le cadre de manifestations.

Le Sport

En dehors du cheval, El Jadida a une très bonne équipe de foot. Le stade accueille très régulièrement des matchs de haut niveau et reçoit des équipes étrangères.
La ville a aussi une association de plongée (même si la configuration de la côte fait que plongées en bouteille ou en tuba ne sont pas aussi passionnants qu’en Méditerranée).
Enfin, port de pêche, El Jadida est un petit paradis pour les amateurs de pêches qui peuvent pratiquer directement sur la plage (vers Haouzia ou Sidi Moussa), en mer ou, à quelques kilomètres, le long des rives de l’Oum Er Bia. Ce site donne les horaires et coefficients de marée et l’activité halieutique pour El Jadida.

Pêcheur à Haouzia

Pêcheur à Haouzia

Restaurants et clubs

Grâce à son activité touristique, la ville propose de nombreux restaurants et clubs, on y mange marocain ou international, à tous les prix. Les restaurants de poisson fleurissent bien sûr autour du port, on peut casser sa tirelire pour bénéficier de la vue panoramique et de la cuisine du Bellevue, ou même aller à Mazagan.
On peut aussi manger un tajine, une grillade, dans un petit restaurant, acheter une shawarma à déguster sur la plage…

En résumé, El Jadida est une ville dynamique, en plein développement. Sa proximité avec Casablanca permet de bénéficier des avantages de la capitale économique sans les inconvénients. Son climat tempéré n’est pas aussi ensoleillé que celui d’Agadir, ce qui lui évite les hordes de touristes, il est très certainement plus agréable que celui de Marrakech, étouffant l’été, ou celui de Tanger, humide et froid l’hiver.

A envisager sans modération.

Plus d'informations

Sur la carte

28 Commentaires
  1. benasciutti

    très intérressant

  2. Tech

    Bonjour,

    Quel est le prix au m² pour un logement (maison ou appartement 3 ou 4 chambres) ?
    Je suis dans l’informatique (en France) et je souhaite m’installer au Maroc ?

    Merci

    • Marie-Aude

      Bonjour

      tout dépend du quartier, de la qualité, etc… les prix sont très différents, mais un appartement à la marocaine, avec un ou deux salons et trois chambres coûtera, vide, dans les 3.500 à 5.000 dirhams par mois.

      Préparez bien votre projet : la clientèle locale n’a rien à voir avec la France, et l’off shoring a du plomb dans l’aile avec la crise.

  3. perrouault

    Lorsque je suis venu en juin 2014 faire une dernière reconnaissance avant de m’installer au Maroc, je suis allé faire un tour à El Djadida. Il faisait beau, quand on vient de Casablanca l’arrivée sur le front de mer est plutôt engageante. J’étais avec des amis , on est allés déjeuner au Marché Central ( je recommande ), langoustines, araignées de mer, délicieuses et pas chères. Ensuite visite de la Citerne portugaise. Je suis reparti enthousiaste. Début décembre après m’être installé à Casablanca avec mon épouse je l’ai emmenée voir El Djadida pour éventuellement envisager une installation ( maison d’hôtes éventuellement ). Et là, grosse déception ( excepté le marché central! ). A part le front de mer et la cité portugaise, la ville est sans intérêt. Passé la cité portugaise et derrière le front de mer on trouve une ville extrêmement banale. Et même l’intérieur de la cité portugaise est mal entretenu et c’est communicatif semble-t-il puisque des vêtements séchaient sur le portail d’entrée du plus bel établissement de la cité!!
    J’en suis revenu perplexe. Y a-t-il des trésors cachés à El Djadida ?

    • Marie-Aude

      Tout dépend de ce que vous cherchez au Maroc… El Jadida (pas Djadida) n’est pas une métropole, c’est ce qui fait son côté agréable à vivre. En France, certains ont besoin d’être en plein centre de Paris, d’autres sont plus heureux en banlieue ou en province. Ce que vous appelez de la banalité, moi je l’appelle une vraie ville, marocaine, pas un conservatoire à touristes comme Essaouira, ou Ouarzazate totalement vide hors saison. Partout au Maroc on fait sécher les vêtement aux fenêtres, sur les murs, la cité portugaise n’est pas un endroit où vivent des gens riches qui peuvent s’offrir des machines à laver séchantes, en hiver l’humidité est présente et on étale comme on peut, au vent, au soleil.

      Casablanca a une vie « trépidante », mais est aussi extrêmement banale. Elle a plus de commerces, un ou deux cinémas, de la pollution, importante, en particulier l’été, où le mélange pollution et humidité est particulièrement étouffant. La lumière est splendide, l’arrière pays aussi. A vous de décider ce qui est important pour vous, en n’oubliant pas que vous êtes au Maroc, et que, peut-être, les vêtements sèchent aux fenêtres à El Jadida, mais les égouts n’y débordent pas comme ils le font à Casa.

      Par contre, ce n’est sans doute pas l’endroit pour ouvrir une maison d’hôtes. Ce n’est d’ailleurs pas le moment, nulle part au Maroc, la crise touristique est profonde, l’offre est très abondante, la concurrence est rude et installée.

  4. Perrouault

    j’ai écrit « des vêtements séchaient sur le portail d’entrée du plus bel établissement de la cité!! » pour illustrer mon propos sur l’absence d’entretien à l’intérieur de la cité portugaise, cela n’a rien à voir avec des considérations le linge qui sèche aux fenêtres…
    Pour le reste je suis d’accord avec vous tout dépend de ce qu’on cherche. J’aime bien la grande diversité des quartiers à Casablanca, l’animation permanente, j’aime moins la pollution…

    • Marie-Aude

      La cité portugaise est avant tout une médina, habitée en général par des gens très pauvres et quelques européens. Vous êtes peut-être tombé sur un mauvais jour, ou alors vous avez un niveau d’attente peu compatible avec le Maroc :D car je la trouve, justement, plutôt propre et bien entretenue.

      Bon établissement au Maroc

  5. Le Meur

    Bonjour,
    Je viens de lire votre article avec beaucoup d’intérêt mais pour avoir fait des recherches il y a quelques mois pour une éventuelle installation à El Jadida, je ne trouve pas de traces de pollution liée à l’activité minière d’extraction de phosphate au sud d’El Jadida. Cette pollution, due aux rejets très importants de phosphogypses en mer, était (selon des rapports internationaux)très importante il y a quelques années interdisant même toute consommation de produits de la mer.
    Pouvez-vous me dire ce qu’il en est actuellement?
    Cordiales salutations.

  6. Le Meur

    Bonjour,
    Je vous ai laissé le dernier commentaire qui en fait est une question. Désireux de nous installer au Maroc en évitant si possible Agadir et Essaouira, nous avons étudié El Jadida. Nous étions très déçus de voir ces écrits sur une éventuelle pollution marine. Si vous n’avez pas d’éléments de réponse fiables sur ce problème, je vous saurai gré de bien vouloir retirer mon commentaire.
    Merci

  7. Christophe

    il est probable que je puisse venir m’installer sur El Jadida. avec un salaire d’environ 23000D par mois et une famille de trois enfants est-ce que cela semble raisonnable? je n’ai pas l’intention de vivre avec des prestations d’Europe, mais en vivant corectement est-ce envisageable?

    meci pour les commentaires

    • Marie-Aude

      Tout dépend de la scolarisation de vos enfants. Si vous voulez les mettre à l’école française et que votre femme ne travaille pas, cela va être serré. Sinon, oui c’est très raisonnable.

  8. Zwolle

    J étais au Maroc et je connais un peu et j envisage m y installer , mon choix est tombé sûr Ouarzazate et El Jadida .vous connaissez bien les deux villes ,pouvez vous me donner les avantages et inconvénients des deux villes ? Merci

    • Marie-Aude

      C’est un peu curieux comme choix, les deux villes sont tellement différentes. Tout dépend de ce que vous voulez faire, de ce que vous recherchez…

  9. Corinna Bianchi

    Bonjour, je lis à propos de la pollution à cause de l’extraction des phosphates, question soulevée par Le Meur et…Marie Aude n’a rien répondu à cette question…
    J’aimerais bien m’y établir, justement à cause des alisés et sans devoir « faire recours » à Essaouira je préfère El Jadida mais….si c’est pollué alors non !
    Dites-en quelque chose sur cette page S.V.P. – voulez-vous bien? Merci!
    lavinia (Corinna)

    • Marie-Aude

      Bonsoir

      El Jadida est à une quinzaine de kilomètres de Jorf, et je crois que les vents vont dans le bon sens. Je n’ai pas de réponse scientifique là dessus, mais au quotidien, je n’ai aucun problème (alors que je suis plutôt sensible), aucune odeur, et pas du tout une pollution agressive comme à Casa.

  10. Isabelle

    Bonjour,

    Nous avons acheté une maison à +/-10 km d’El Jadida près du rond-point « Msawer rasso » . Nous avons 3 enfants (5 , 7 et 9 ans), nous réfléchissons pour s’y installer définitivement , nous sommes de Belgique. Connaissez-vous une bonne école pour les enfants à El Jadida ? privé ou public ? je ne sais pas quoi choisir.

    Avez-vous des enfants scolarisés ?

    Merci pour vos bons conseils.

  11. siham

    Pure Casablancaise , j’ai toujours pensé que tout ce qui n’était pas Casablanca , c’était la campagne , n’ayant jamais envisagé de quitter cette ville pour une plus petite , je suis restée fatalement à survivre des années et des années d’ennui et de lassitude , j’ai coupé contacte avec le monde de casa alors que je me fondais dans la masse , dynamique j’aimais me balader dans ses rues , les grands bd, la corniche, ses restaurants , cafés, pubs ou encore les centres commerciaux, …mais tout ça c’est fini , j’ai eu une sorte de dégoût de tout et puis j’ai constaté que le visage de cette ville a changé petit à petit sans qu’on y prête attention , et c’est devenu comme un petite cité indienne avec sa misère , de la mendicité partout , des gens des banlieues et campagnes ont investi massivement la ville prenant en otage tous les vieux immeubles qu’avaient laissés les français. Aujourd’hui ce ne sont que des vestiges d’architecture helas !
    Il disent qu’il y a un projet de réaménagement ! ah oui ,mais après quoi ?C’est devenu une grande décharge publique , population déprimée désespérée , visages tristes et looks négligés ,femmes presque toutes voilées des locaux commerciaux abandonnés , quartiers pas entretenus où les ivrognes y établissent leurs demeures à même le sol ,insécurité….
    Ici tous les responsables , jettent la faute sur un tel ou une telle et comme bon moutons qui se respectent les habitant ne disent rien du moment qu’ils ont un toit sur la tête Hamdoullah :)
    Je n’en peux plus, il est temps que je déménage mais pour aller où ? Pourquoi pas Eljadida tiens …je réfléchis !

  12. adam

    le seul vrais problème de cette cité sont ses habitants….si cette ville n évolue pas, a eux la faute……demander a n importe quel Marocain: El jadida? et la réponse est simple et juste: pouah les Jdidis…….voila en gros le seul problème et j y suis depuis 8 ans..après le Nord(2 ans) et le Sud(5 ans) et tous les Gaouris(étrangers) vous dirons la meme chose……..je ne suis pas retraiter ….je travaille et c est vraiment dur avec eux…..la région est agréable mais peux sur et ça ne va pas s arranger.concernant la pollution: Jorf est une BOMBE a retardement..attention.

    • Marie-Aude

      Je suis une Gaouria, je travaille à El Jadida depuis 4 ans, je travaille au Maroc depuis douze ans, et je me sens très bien dans cette ville. Quant à la pollution, s’il n’y avait que Jorf.
      Mais si vous êtes si malheureux à El Jadida, il faut aller ailleurs ?

  13. adam

    chacun son ressentit…et son expérience….ai je ecrit que j étais malheureux?…mon épouse Marocaine l est…elle ne va pratiquement jamais en ville….elle travaille aussi et ne les supportes plus..nous n avons aucun amis Jdidi??et les autres ne sont pas chauds pour y venir. nous avons une petite ferme sur Haouzia…et là nous y sommes bien.mais avec l extention Jdida2 prévue…mais je maintiens mon premier commentaire..Adam

    • Marie-Aude

      Vous savez, en changeant « Jdidi » par « Marocains » ou par « Arabes »…. votre discours prend une autre tonalité.

  14. adam

    non là vous allez trop loin et c est bien dommage…acceptez que d autre ne soit pas de votre avis…mais ne tenez pas de tels propos…qui sont a des milliards de km de ma pensée..Marié a une Marocaine depuis des années, d adore ma belle famille des Saharaouis…mon père marié a une Berbère, mon frere….enfin

  15. adam

    Bon Ramadan a vous ….

  16. Moubariz Khadija

    bonjour Marie Aude, j’ai lu tous les commentaires concernant El Jadida et j’ai constaté que vous défendez les marocains chose que j’apprécie beaucoup. Je suis marocaine et fière de l’être . je partage votre avis quand vous dites si on est malheureux quelque part le remède est de partir. Car moi aussi je rencontre beaucoup d’étrangers vivant au Maroc et particulièrement à Marrakech où j’habite qui mènent une vie de pacha chose qu’ils ne peuvent pas se permettre chez eux (grande maison avec jardin, cuisinière, femme de ménage, chauffeur pour enfants) et ils osent critiquer les marocains. A ces personnes je dis s’ils ne sont pas bien chez nous ils peuvent cherchez leur bonheur ailleurs.

    • Marie-Aude

      Bonjour Khadija,
      merci pour votre soutient :)

  17. DENISE GUY ET ANNICK

    nous avions un duplex a sidi-bouzid que nous venons de vendre,sidi s’est transformée agreablement avec les travaux d’amenagement des routes et trottoir,mais si personne n’entretien ces routes et trottoir (verres cassés).
    El jadida est devenue une ville dortoir d’ou les immeubles sociaux poussent comme des champignons(ce n’est plus l’El jadida des années 1990-2000),la ville est sale les trottoirs de l’av Mohammed 5 sont impraticables avec un bagage à roulette,les poubelles remplies de detritus qui puent,les poubelles de sacs plastics remplis pourrissent dans les trous autour des immeubles) cop 22?? il faut que la ville investisse dans une balayeuse-laveuse de sol,les bus sont bondés,jorf une bombe a retardement sur 25 kms

    • Marie-Aude

      Eh oui, le Maroc change. Les logements se construisent pour les gens qui autrefois vivaient à la campagne ou dans les bidonvilles. Les immeubles sociaux ont certes poussé, comme vous dites, mais les lotissements de villas aussi, ainsi que les quartiers de petits immeubles de deux à trois étages qui n’ont strictement rien de sociaux.
      Quant à dire qu’il s’agit d’une ville dortoir, j’avoue ne pas comprendre. A moins que vous ne parliez de Sidi Bouzid, qui est désert hors saison ? Mais s’il y a des appartements et des maisons secondaires à El Jadida, vides en semaine, la ville a une vie réelle et strictement rien de commun avec une ville dortoir…

      Le défaut d’entretien est une plaie partout au Maroc. Là encore, rien de spécifique à El Jadida. Que ce soit Marrakech, Casablanca, Rabat… les trottoirs marocains ne sont pas faits pour les bagages à roulettes ou les poussettes.

  18. yass

    Bonsoir, je compte m’installer pour mon travail a el jadida. J’ai lu tous les commentaires dont le dernier datant d’octobre 2016. Nous sommes fin 2017, la ville s’est elle ameliorée? Ma femme ne travail pas et j’ai peur qu’elle s’y ennuit.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères disponibles (vous êtes en train de faire un commentaire, pas un article de blog, soyez concis pour conserver le plaisir de la lecture)