Vivre une histoire d’amour avec une Marocaine

11

Comme le disait Pierre en commentaire sur l’article “Vivre son histoire d’amour avec un Marocain”,

en tant qu’homme, les problèmes ne se posent pas de la même façon

… et je suis tellement d’accord que j’avais commencé à préparer cet article, pour parler des couples mixtes quand c’est l’homme qui est un étranger.

Je vous renvoie à l’article que j’ai publié hier pour les “préambules et explications”, mais je rappelle encore une fois que je parle plutôt des couples mixtes avec une Marocaine “du Maroc”, n’ayant peu ou pas vécu ou même voyagé à l’étranger. Pas d’une Leïla Slimani ou d’une de mes amies qui a vécu 15 ans indépendante, en Belgique, en faisant une belle carrière médicale, avant de rentrer au Maroc. Et que “la Marocaine” en tant que cliché n’existe pas plus que “le Marocain” et que chaque personne est un cas particulier.

Une femme seule au Maroc est mal vue

La pression sociale et familiale qui pèse sur les filles pour qu’elles réalisent leur destin d’épouse et de mère est hallucinante. Le résultat, c’est qu’une Marocaine est encore plus obsédée par la bague au doigt qu’une Carrie Bradshaw et ses copines. Si l’âge moyen du mariage augmente, surtout dans les grandes villes et surtout pour les hommes, pour les filles, quand elles ont dépassé les 25 ans et qu’elles sont toujours célibataires, ça commence à être hachouma (la honte), pour elle et pour la famille.

Et pourquoi elle est pas mariée, ta fille ? Elle a une tare ? Tu n’as pas su l’élever ? Et ses petites soeurs c’est pareil ?

Quand c’est la mère qui reçoit la pression de sa propre mère, de son mari, et qui retransmet…

De plus, la vie d’une femme seule est plutôt compliquée. Supposée “libre” elle est vue comme une concurrente potentielle par les autres femmes, donc évincée du cercle amical des femmes mariées. Se retrouver entre célibataires anxieuses n’est pas très joyeux.

Enfin, la Marocaine de bonne famille ne vit pas seule. Elle reste chez ses parents tant qu’elle n’est pas mariée. Raison de plus pour vouloir rapidement conquérir “sa liberté”.

Le risque des relations hors mariage

Les relations sexuelles hors mariage sont interdites au Maroc. Elles sont beaucoup beaucoup beaucoup plus interdites quand elles ont lieu entre une Marocaine et un étranger qu’entre un Marocain et une étrangère.

J’ai rencontré au consulat un homme qui avait été arrêté, à la demande de la famille de sa compagne. Le juge lui avait confisqué son passeport, et il avait eu le choix entre la prison et le mariage. Il était manifestement amoureux, sa compagne avait un enfant qui pouvait bien être de lui, il remplissait donc son dossier pour se marier.

Un couple, en toute discrétion

Sur une plage, un couple se fait très discret

Des relations amoureuses bien matérielles

J’ai été témoin de suffisamment d’histoires sordides, de femmes abandonnées, d’enfants pas entretenus, de pensions alimentaires pas payées pour comprendre que les femmes marocaines soient intéressées.

N’oubliez pas, si cela vous indigne, que beaucoup de mariages sont encore arrangés par les familles, que la “nouvelle moudawana” (code de la famille) qui a interdit la répudiation, ne date que de 2004, et que beaucoup d’hommes continuent à ne pas la respecter. N’oubliez pas non plus que si la séparation de biens est la règle en islam, il faut que la femme ait des biens, ce qui est rarement le cas. Seules les femmes éduquées peuvent avoir un travail et le taux de chômage chez les femmes est beaucoup plus élevé que chez les hommes.

N’oubliez pas non plus que la dot est obligatoire en islam. Au Maroc, elle n’atteint pas les proportions délirantes qu’on peut voir dans d’autres pays comme l’Inde, par exemple, mais elle reste importante. C’est à la fois un signe de considération du fiancé envers sa future épouse, et une assurance pour l’avenir, puisque c’était tout ce qui lui restait en cas de séparation, avant la nouvelle moudawana.

Cette nécessité de tirer le plus d’argent possible de l’homme fait donc partie d’un “logiciel” qui se transmet de mère en fille depuis des générations. Et qui n’est pas incompatible avec l’amour conjugal.

Même les Marocains s’en moquent, avec beaucoup d’autodérision :

Il faut se convertir pour épouser une Marocaine

Il est impossible d’épouser légalement au Maroc une musulmane sans être soi-même musulman. Tout simplement parce que la notion de mariage civil n’existe pas. La conversion est donc un passage obligé (mais pas la circoncision, qui peut être évitée quand on se convertit à l’âge adulte).

Cette conversion n’est pas un acte anodin. Même si vous la faites uniquement pour des raisons pratiques (pouvoir vous marier), cela va avoir un impact sur votre statut au Maroc. Vous devrez pratiquer Ramadan en public, vous ne pourrez plus léguer vos biens aux enfants non-musulmans que vous auriez eu d’un premier mariage et, d’une manière générale, votre entourage attendra de vous que vous vous comportiez comme un bon converti. On tolère des étrangers des choses qu’on ne tolère pas des musulmans…

On épouse la mère en même temps que la fille

Théoriquement, dans la société traditionnelle, la jeune fille quitte sa famille pour celle de son mari. Quand on épouse un Marocain, on épouse clairement toute sa famille. Mais dans votre cas, les liens de votre femme avec sa famille, particulièrement sa mère, vont rester d’autant plus forts qu’il n’y a rien pour compenser de votre côté.

Les relations avec la belle-famille peuvent être un problème dans n’importe quel couple, ici, préparez-vous à une présence d’autant plus envahissante que, par respect, votre femme ne fera rien pour la limiter.

Cela a des côtés sympathiques et pratiques, mais cela veut aussi dire que votre femme sera régulièrement coachée par sa mère, et que vous aurez beaucoup de mal à imposer vos vues sur l’éducation des enfants, si par hasard elles ne sont pas en phase. Du moins tant que vous restez au Maroc.

Les signaux d’alarme

Comme dans le cas de la relation avec un Marocain, si elle arrêté ses études plutôt jeune, vit dans une petite ville, ne parle pas très bien le français et que vous n’avez pas envie de vous transformer en Pygmalion, il faut vous poser les bonnes questions rapidement.

Elle vous donne son numéro tout de suite

… son Whatsapp, son Facebook, elle vous les a même proposés.

Bref, elle vous drague. Si c’est dans les deux heures qui suivent votre premier contact, méfiez-vous. Le Maroc n’est pas un pays moderne où il est bien vu que les filles draguent les garçons.

Elle s’affiche avec vous en public

En public, ou dans sa famille, sans que vous soyez mariés ni même officiellement fiancés. Je parle bien de s’afficher. Se tenir discrètement par la main, quand on est un peu isolé n’est pas un problème. Se serrer contre vous, vous embrasser c’est autre chose. C’est même dangereux, vous risquez de vous faire contrôler par la police.

C’est peut-être ce qu’elle cherche.

Elle s’affiche avec vous devant ses parents

Vous cohabitez peut-être déjà, vous êtes invité chez les parents, elle n’en fait pas mystère, les parents vous laissent même dormir ensemble ?

Triple signal d’alarme.

J’ai connu des filles dont la famille gérait la relation avec l’étranger, en profitait même directement. Je pense en particulier à un cas où l’homme a offert à son amie un 4×4 et une villa à Marrakech. Quand ils se sont séparés, parce qu’il ne voulait pas épouser, elle a tout gardé, et la famille a expliqué à l’amoureux éconduit qu’il pouvait être content qu’on ne porte pas plainte contre lui.

Il y a un mot pour cela. Et oui, la famille peut pratiquer un proxénétisme discret.

En gros, en rouge, jamais une fille marocaine n’invitera son petit ami à la maison sans que les projets de mariage ne soient en route, et jamais, jamais elle ne partagera sa chambre avec lui sans être mariée, ni n’en parlera à ses parents ouvertement.

Si vous êtes dans ce cas, au mieux, on attend de vous que vous épousiez très rapidement. Au pire…

Elle vous demande de l’argent

Pour elle c’est totalement normal, c’est comme cela que ça se passe. Et vous, vous avez tellement envie de lui faire plaisir, et puis elle est “tellement pauvre” par rapport à vous, c’est normal, vous voulez la gâter, la protéger.

Tout est une question de limites. Au delà de la limite, ça ne s’appelle plus de l’amour. Normalement, la fiancée ne demande rien, elle accepte les cadeaux avec plaisir, c’est tout.

C’est son père ou son responsable légal qui doit négocier la dot avec vous.

Il faut payer la dot

La dot doit être inscrite sur le contrat de mariage, mais on peut parfaitement ne pas la payer tout de suite (c’est aussi mentionné sur le contrat). Si le montant est important, c’est même la pratique habituelle. La dot devra être versée plus tard, peut-être jamais, ou au pire, en cas de divorce (son paiement est obligatoire à ce moment-là). Vous demander de payer tout de suite est contraire aux habitudes marocaines.

Boucles d'oreille et broche marocaines beldi

Une paire de boucles d’oreilles en or et une broche assortie, les bijoux beldi font partie de la dot !

La famille vous propose des affaires

On est (bientôt) en famille, on vous propose donc des affaires exceptionnelles, de vous faire entrer dans des associations pour acheter des terrains, des maisons, on ne va pas faire un papier devant notaire, on est en famille, non vous n’avez pas le droit d’acheter des terres agricoles mais ce n’est pas grave, entre nous on saura que vous avez participé à l’achat…

Dois-je vraiment préciser ?

Elle est d’accord pour ne pas avoir d’enfants

Elle vous ment.

Je ne connais pas une seule Marocaine qui ne veuille réellement pas avoir d’enfants.

Si vous ne voulez pas en avoir, et que vous arrivez à ne pas en avoir “par surprise”, soyez sûr et certain que votre couple ne va pas durer. C’est un cas de divorce. 

Donc, si dans les discussions prénuptiales, elle vous dit que “ce n’est pas grave, moi non plus”, soyez sûr et certain qu’elle n’est pas sincère, au mieux pour vous hameçonner et vous faire changer d’avis, au pire parce qu’elle n’a pas prévu de rester avec vous trop longtemps.

Elle est très, très jalouse

C’est normal. Les Marocains et les Marocaines sont jaloux, possessifs. La jalousie est une qualité. Dans le cas de la femme marocaine, cela va assez loin, avec une surveillance permanente, des questions, des inspections de portable et un téléguidage pour faire en sorte de ne jamais laisser son mari avec une autre femme, sans surveillance.

Et je la comprends…

C’est juste à vous de voir si ce mode relationnel peut vous convenir.

Il y a des mariages heureux, bien sûr

Et je crois qu’entre deux personnes honnêtes, avec une belle-famille respectueuse, les relations de couple entre un gaouri et une Marocaine sont plus faciles qu’entre un Marocain et une étrangère.

Si vous avez bien fait attention aux signaux d’alarme, votre mariage sera ce que peut être un mariage traditionnel un peu à l’ancienne, où la femme règne sur la maison et la sphère familiale, et où l’homme gagne l’argent de la maison.

Beaucoup de Marocaines cherchent à se marier avec des étrangers parce qu’elles les trouvent meilleurs maris, plus gentils, moins macho en clair, que les Marocains. C’est le paradoxe de ce pays, où beaucoup de gens veulent épouser un ou une étrangère pour échapper à un mode de relations dans le couple qu’ils n’apprécient plus, mais qu’ils ont du mal à changer en restant entre eux car chacun s’attend à ce que l’autre se comporte d’une façon précise.

Si vous avez trouvé une erreur de frappe ou d’orthographe, vous pouvez nous la signaler simplement en sélectionnant le texte en question et en appuyant à la fois sur les touches Ctrl+Entrée. Pour faire un commentaire sur l’article c’est ici que cela se passe.

Plus d'informations

Dating in Morocco : Total Taboo or Totally Typical ?

Le témoignage (en anglais) d’une convertie à l’islam et épouse d’un marocain, qui parle de façon détaillée du “tabou ultime” consistant à inviter sa fiancée sous le toit des parents et du fait que certaines familles préfèrent cela et ferment les yeux, ignorant “officiellement” la relation amoureuse.

11 commentaires

  1. Avatar

    Chère Marie Aude, je parle aux noms de beaucoup de marocaines qui ne font pas partie de votre cliché de (toutes les marocaines veulent avoir un enfant! )
    Mon mari de 10 ans (d’origine française) va peut être douter du sérieux de notre mariage en lisant cet article!
    Je porte donc mon témoignage en s’appuyant sur mon exemple et celui de quelques de marocaines (de mon entourage), des femmes sans fibre maternelle et carriéristes espérants trouver de la compassion de ce monde occidental acceptant les différences et ne portant pas de jugement sur un style de vie non-conformiste. 10 ans de mariage et 10 belles années en France, un pays que je considère mon 2ème chez moi ou j’ai rencontré des personnes formidables et j’ai lié des amitiés sincères, je n’ai pas rencontré une seule française qui ne voulait pas être maman et j’ai rencontré 4 marocaines qui ne veulent pas avoir d’enfants! Et malgré je ne me suis jamais permise de définir les françaises comme des piégeurs d’hommes avec le simple objectif de se reproduire. Le stéréotype marocaine, française, canadienne, ou…etc ne rentre pas dans l’équation de vouloir ou ne pas vouloir d’enfants! Mais votre article (parmi d’autres) ne fait que confirmer qu’une marocaine ne sera toujours pas libre de ses choix de vie ni vis à vis de ses compatriotes ni par une culture occidentale et (moderne)!

  2. Avatar
    Marie-Aude le

    Chère Sanaa,

    je vous remercie de votre témoignage. J’aurais aimé que vous me lisiez mieux (et donc que vous lisiez les deux articles) où je précise bien que ce dont je parle sont des généralités, d’une part, et d’autre part des Marocaines qui n’ont pas vécu à l’étranger du tout.

    Je crois donc que vous n’en faites pas partie.

    Quant à la problématique du désir d’enfants, je ne dois pas croiser les bonnes personnes, mais je n’ai jamais rencontré de Marocaine qui ne soit par fortement occidentalisée, pour une raison ou pour une autre, et qui affirme ne pas vouloir d’enfants, d’une part.

    Je connais trois Marocaines vivant au Maroc et qui ne veulent pas d’enfants, sincèrement. Elles souffrent énormément du rappel permanent autour d’elles et des commentaires quotidiens que leur font leurs familles à ce sujet.

    Enfin, non, nous ne sommes jamais totalement libres de nos choix. Nous sommes formatées, toutes et tous, par notre culture, notre éducation. Nous pouvons nous en éloigner, mais ce n’est pas toujours simple, et il faut beaucoup de temps et d’efforts pour cela.

    Je n’ai pas défini “les” Marocaines comme des piégeuses d’homme. J’ai dit qu’un certain nombre d’entre elles le sont, et comment identifier les éléments qui peuvent le montrer. Comme j’ai dit dans l’article précédents qu’un certain nombre de Marocains piègent les femmes naïves.
    Un certain nombre, ce n’est pas “tous”. Je suis mariée à un Marocain depuis plus longtemps que vous à un Français.

    En vous souhaitant une excellente journée.

  3. Avatar

    Je vous remercie de votre retour et cette opportunité d’échange.

    Vous l’avez dit vous même, être une femme indépendante ou une femme qui ne veut pas être définie par seulement le rôle de mère au Maroc est un choix de vie très contrariant et la souffrance qui découle du jugement que ça soit au niveau personnel ou professionnel est vraiment pesante, en rajouter un jugement extérieur basé sur quelques expériences decevantes ne rend pas service à ces femmes qui ont envie de changer la situation au Maroc, bien au contraire!

    Certes, un pays pauvre, que ça soit le Maroc, la Russie ou le Vietnam.. on fantasme sur un prince charmant qui vient de l’occident et une vie plus confortable, je suis aussi d’accord sur le fait que la prostitution au Maroc se présente sous différentes formes, mais on relisant votre article, je reçois tout simplement ce message: que si une famille marocaine est ouverte d’esprit et a accepté de recevoir le copain de leur fille = proxénètes, que si une marocaine parle mal le français (et a peut être envie d’ apprendre car sa famille ne lui a pas permis) et qu’elle vit dans un petit village, il faut la fuir. Je ne dis pas qu’il n’y a pas une part de la réalité, je dis tout simplement que ce n’est pas toute la réalité!

    Je ne parlais pas bien le français et je n’ai pas toujours vécu en France, mais reconnaissante qu’on m’a donné l’opportunité de vivre la vie que je voulais et non celle qu’on m’a imposé, c’est ce que je souhaite pour chacun et chacune d’entre nous.

    Pour le besoin du témoignage j’ai précisé que mon mari est français, mais ce que je vois tous les jours, c’est que je partage ma vie avec une personne que j’aime et avec qui je partage la même vision des choses et la même philosophie. Et si on s’est arrêté sur mes lacunes en français et du village d’ou je viens, on serait passé à côté de cette belle histoire!

    Je rajouterai: par ce témoignage que je n’invite personne à faire confiance rapidement, mais évidement de prendre le temps de connaitre la personne / la nouvelle culture pour juger les différence et les intenions, au Maroc comme partout dans le monde, les gens doivent apprendre à se connaitre avant de planifier une vie ensemble, se regarder dans les yeux avant de croire en ‘je t’aime’ et croire en leur 6 ème sens. Se tromper de personne, se faire arnaquer c’est international!

  4. Avatar

    Et aussi, mon mari n’est pas le seul a gagné l’argent de la maison :)

  5. Avatar
    Marie-Aude le

    Moi aussi je suis ravie de cette opportunité d’échange.

    L’objectif de cet article n’est pas de changer la société marocaine. D’ailleurs, en tant qu’étrangère vivant au Maroc, je n’ai aucune légitimité à le faire, et je l’ai dit souvent : c’est aux Marocains à faire évoluer le Maroc, comme ils le souhaitent.

    L’objectif de cet article est d’avertir les étrangers qui s’enflamment pour une relation avec une Marocaine sur un certain nombre de choses qui doivent attirer leur attention et les faire réfléchir avant de plonger tête baissée.

    Encore une fois, je parle de familles traditionnelles… pas des familles de marocains occidentalisés, upper class, passés par la mission, en gros (et qui, sur pas mal de choses ne sont pas si ouverts que cela). Et oui, je suis désolée, je sais que cela choque, mais héberger sous le même toit et dans une même chambre un couple non marié, c’est absolument “anormal” (ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas d’exceptions qui confirment la règle) et cela veut dire, au mieux, que la famille attend de pied ferme un mariage extrêmement rapide, au pire qu’elle tire avantage de la situation. Ce qui, dans ce dernier cas, s’appelle tirer un avantage financier des relations amoureuses de sa fille…

    J’ajouterais que la “prostitution conjugale” est très répandue dans le monde, même en France où des femmes ne quittent pas leur mari pour des raisons financières, etc. Mais que, les choses étant ce qu’elles sont au Maroc, il existe des risques qui n’existent pas ailleurs. J’ai un certain nombre de cas vécus, en particulier, récemment, un ami qui s’est fait gentiment dépouillé jour après jour et mois après mois.

    Je n’ai pas dit de “fuir”, j’ai dit de faire attention et de se poser les bonnes questions. Et “statistiquement” je le maintiens :)

    Je suis mariée depuis 2004 avec un marocain du bled, et j’ai donc eu une expérience différente de nombreuses Marcellines… ça ne m’empêche pas de lister les signaux d’alarme pour les femmes.

    Vous le dites vous-même, il faut prendre le temps de connaître et de juger les intentions. Pour quelqu’un qui ne connaît pas le Maroc, ni l’impact de l’Islam, cela peut être d’autant plus difficile que les mots sont trompeurs.
    j’ai aussi vécu en Belgique, où on parle français, et là-bas aussi, certains mots n’ont pas le même sens que le “français de France”. Faut-il ne rien dire et ne pas décoder pour ne pas froisser ? Est-ce que le paragraphe final de cet article ne dit pas exactement la même chose que vous ?

  6. Avatar
    Marie-Aude le

    :) il y a plein de femmes qui travaillent au Maroc oui :)
    Relisez l’autre article (sur la relation avec un Marocain) les deux se complètent.

    Je viens de vous whitelister pour les commentaires, pour qu’ils soient automatiquement approuvés.

  7. Avatar

    Bien que je comprenne l’intention derrière l’article, je dois avouer qu’il reste assez extrême et blessant pour les marocaines, qu’elles soient du monde rurale ou bien « occidentale ».

    Ce genre d’article contribue à renforcer l’image de la femme marocaine prédatrice dont il faut se méfier. Nos amis des Emirates ne cessent de nous le rappeler d’ailleurs.

    Et puis, ces fameux étrangers qui ont besoin de lire ce genre d’article pour couvrir leurs arrières ne sont pas des gamins en bas âge. Je l’espère pour eux en tout cas car il se trouve que la corruption et la duperie n’existent pas qu’au Maroc.

    En lisant l’article, je me suis surprise à penser qu’il faut absolument fuir ces marocaines qui ne pensent qu’à prendre au piège ces anges venus de l’Occident!

    L’article m’a également appris que toutes les marocaines veulent avoir des enfants. Une pensée assez prétentieuse si vous me demandez mon avis. J’aurai préféré de l’objectivité sur ce point et non un argument supplémentaire pour alimenter le sujet.

    Le Maroc a beaucoup de chemin à faire en terme d’éducation et de libertés individuelles – entre autres. Je ne peux qu’espérer que ces étrangers désirant épouser des marocaines soient conscients de cela ainsi que des différences culturelles avant de s’engager dans ce genre de projets de vie dont l’échec pourrait être blâmé sur ces marocaines dont il fallait se méfier dès le départ.

    Enfin, je tenais à préciser qu’il y’a bien sûr une part de réalité dans cet article mais c’est l’idée d’en faire une sorte de « guide » condensé de stéréotypes qui me semble de mauvais goût et qui ne m’a pas laissé indifférente.

    Bien à vous

  8. Avatar
    Marie-Aude le

    Bonjour Houda,

    je suis désolée que vous vous soyez sentie blessée, mais je voudrais savoir si vous avez lu l’autre article, celui qui est mentionné au début, “Vivre une histoire d’amour avec un Marocain” ? Et s’il vous blesse autant ?

    Vous espérez que ces fameux étrangers ne sont pas des gamins en bas âge ? Dit comme cela, c’est, je vous renvoie la balle, très blessant pour ceux qui viennent ici en toute innocence, et qui n’ont que le tort de ne pas maîtriser totalement les codes de la société marocaine… J’en ai connu un certain nombre, qui étaient simplement des gentils garçons, comme j’ai connu un certain nombre de gentilles filles, qui se sont fait totalement avoir.

    J’ajoute que j’ai aussi connu un certain nombres de “d’anges marocains” qui se sont aussi fait piéger.

    Vous dites que ma pensée est prétentieuse ? J’ai pourtant précisé que

    Et que “la Marocaine” en tant que cliché n’existe pas plus que “le Marocain” et que chaque personne est un cas particulier.

    Néanmoins, pour connaître de rares Marocaines qui ne veulent pas d’enfants, je sais à quel point elles souffrent de la pression sociale et familiale. Et à quelles point celles qui ne peuvent pas en avoir sont mal considérées.

    Mon article n’est qu’un guide sur “les signaux auxquels il faut faire attention”, parce que ce ne sont pas les mêmes qu’en Europe. Sur le fond, nous sommes d’accord : il y a une part de réalité dans cet article. Mais vous et vous seule croyez que je considère décrire toutes les Marocaines.

    La duperie et la corruption n’existent pas qu’au Maroc, nous sommes d’accord.
    Mais en Europe, jamais une fille de trente ans n’aura l’idée de dire

    “Je ne suis pas mariée parce que j’ai toujours refusé les propositions des garçons qui voulaient coucher avec moi avant le mariage, je suis une bonne musulmane”

    tout en étant seule à 23 heures dans un appartement avec un homme déjà marié avec une autre… et il faut peut-être connaître un peu l’Islam et la culture marocaine pour voir ce que cela a d’incongru ?
    Et cela existe, sous différentes formes, dans d’autres pays, malheureusement, moi je ne parle que de celui où je vis.

    Mon mauvais goût m’a pourtant fait écrire

    >Et je crois qu’entre deux personnes honnêtes, avec une belle-famille respectueuse, les relations de couple entre un gaouri et une Marocaine sont plus faciles qu’entre un Marocain et une étrangère

    Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit. Il y a aussi des couples mixtes heureux, qui durent aussi longtemps, sinon plus, qu’un couple “non mixte”.

    Ces deux articles ont été écrits en réaction à certaines discussions que j’ai vu passer sur Facebook. Pour faire un condensé, effectivement, de ce qu’on peut ne pas voir ou ne pas comprendre.

    Vous êtes une personne sage, équilibrée, vous n’avez manifestement jamais perdu la tête pour la mauvaise personne par amour. Je vous en félicite, laissez-moi continuer à avertir ceux qui n’ont ni votre sagesse, ni votre sérénité.

    Et, finalement, ne prenez pas pour vous ce qui ne vous concerne pas. Vous n’avez, personnellement, aucune raison d’être blessée, sinon de vous sentir solidaire, par défaut de toutes les Marocaines. Ce qui est, justement très “Marocain”, on s’écharpe entre soi, mais on ne supporte pas qu’un autre dise la même chose (et je ne serais pas capable de dire “la même chose”, car ce que les Marocains peuvent dire entre eux sur certaines Marocaines est bien pire…)

    Bien à vous aussi

  9. Avatar

    Bonjour !
    Merci pour votre article. Je souhaiterais vous partager un épisode que j’ai vécu dans ce domaine et vous demander comment vous l’interpréteriez ?

    J’ai eu une relation de quelques mois avec une jeune fille Marocaine, issue d’un quartier populaire de Ouarzazate et qui faisait ses études à Marrakech à l’époque. C’était très court, nous n’avons jamais dépassé les limites du convenable selon les traditions marocaines et nous avons vite décidé d’un commun accord de prendre des chemins séparés, sans aucune animosité, parce que nos mondes étaient trop incompatibles.
    Pendant notre relation, je suis allé à Ouarzazate pour faire connaissance avec sa famille. Nous avions convenu qu’elle m’invite d’abord comme “un ami de passage”, évidemment sans leur révéler notre relation parce que ça aurait été beaucoup trop tôt, mais nous espérions que cela faciliterait les choses par la suite s’ils me connaissaient déjà et que j’avais fait une bonne impression à la première rencontre. Comme c’était pendant le Ramadan, elle m’a invité pour le ftour dans sa famille. J’ai aussi acheté un gâteau pour le ftour. Ce qui m’a surpris : quand je suis arrivé, elle m’a présenté à ses parents, je les ai salués brièvement, ai serré la main à son père… puis je ne les ai plus revus de la soirée. J’ai fait le ftour avec tous ses frères et soeurs (qui savaient qui j’étais et pourquoi je venais), mais sans les parents. Je suppose qu’ils ont mangé de leur côté. Cette façon de faire m’a surpris, parce que je n’avais encore jamais vu les jeunes d’une famille prendre le ftour séparément, il me semble qu’en général ça se fait toujours avec toute la famille réunie. A l’époque, ça ne m’avait pas plus affecté que ça, mais maintenant, avec le recul, je me demande pourquoi… surtout, je me demande évidemment si ce n’était pas à cause de moi. Peut-être savaient-ils implicitement pourquoi j’étais là, mais ne voulaient-ils pas le montrer tant que l’annonce n’aurait pas été faite officiellement… ou peut-être était-ce une manière de marquer leur désapprobation sans le dire ouvertement. Qu’en pensez-vous ?

  10. Avatar
    Marie-Aude le

    Bonjour,

    je pense qu’effectivement ils savaient pourquoi vous étiez là. Ils ne désapprouvaient sans doute pas totalement, peut-être un peu. Ou bien ils voulaient tout simplement vous laisser plus libres de parler entre vous – sous le chaperonnage de la fratrie bien évidemment. J’aime bien la notion de “ami de passage” …. :D :D

  11. Avatar

    Bonjour!
    De nos jours, dans bien des familles (nombreuses), voir un étranger, ou une étrangère, “s’intéresser” à l’un de ses enfants est considéré comme une véritable bénédiction… :D

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :