Le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres, vrai news ou liens payés pour un référencement ?

8

C’est un buzz très drôle qui a envahi en quarante-huit heures la “weboma”, plus particulièrement les sites d’information (et là, honnêtement, ça fait un peu mal d’appeler ça un site d’information), repris en boucle sur Facebook, sans doute Twitter.

C’est drôle, et en même temps triste, car cela montre à quel point l’information dont on dispose est peu fiable, pas vérifiée, à quel point il est facile de répandre une fake news – involontaire je pense, dans ce cas précis – surtout quand elle flatte nos sentiments. Ici, l’envie désespérée pour beaucoup de gens de pouvoir à nouveau vivre du tourisme, et l’orgueil chauvin de ceux qui aiment le PlusBôPaysDuMonde.

Mais c’est grave, car cela prouve aussi la fragilité de nos connaissances et donc des décisions politiques que nous prenons. Bref…

La reprise surprenante d’un article américain

Site info

L’article du site info, avec un titre exact

L’histoire commence, pour moi, chez lesiteinfo, qui a eu au moins la décence d’éviter un titre trop racoleur, qui est aussi le seul, je crois, à donner la source vers l’article d’origine au lieu de simplement copier.

Bref, lesiteinfo nous annonce qu’

un magazine recommande de partir en vacances au Maroc après le Covid-19

c’est le titre, qui est exact,

puis dans son premier paragraphe

Le Maroc arrive en tête des destinations touristiques mondiales sûres pour partir en vacances une fois la pandémie de coronavirus terminée, affirme ce jeudi le magazine spécialisé Travel Daily News.

Ce qui est totalement faux, d’une part, et qui va être repris en coeur par de nombreux sites, groupes, etc…

Le premier paragraphe de l’article du siteinfo est transformé en titre, par exemple chez l’infomediaire “Alerte : TDN place le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l’après Covid

Il suffit de faire une recherche exacte sur cette expression sur Google pour voir la traînée de poudre… et qu’elle part d’une “information” de la map…

La map origine

Le communiqué de presse de la MAP avec un surprenant “Athènes”

Je me suis demandé d’où venait le “Athènes” étant donné que le site est américain… au moment où j’y suis passée, il affichait une publicité pour un voyage à Athènes. Ceci expliquerait cela ?

En tête des destinations mondiales sûres, vraiment ?

Comment dire… j’apprécie beaucoup le Maroc, je suis extrêmement admirative de la façon dont la pandémie a été gérée, de là à dire que c’est la destination la plus sûre, j’ai comme un doute.

Donc je vais à la source. Lesiteinfo avait eu la bonne idée de la donner (ce qui est très rare dans la presse marocaine), de toute façon, avec le nom du journal, pas difficile de trouver.  Voici donc l’article original, que je vous conseille de lire, avec l’aide d’un traducteur si vous ne parlez pas l’anglais.

Le titre, donc “Where to head to on holidays post the COVID-19 pandemic”, “Où partir en vacances à la fin de la pandémie COVID-19”

Le début de l’article (la suite n’est qu’une liste des choses à voir au Maroc) :

The tourism industry has taken a big hit due to the corona virus pandemic also known as the COVID19 pandemic. Every industry has been hit but tourism has taken a bigger hit because people have to stay indoors due to lockdown measures kicking in. Nobody knows when they can travel safely, if at all, but the tourism industry is optimistic that people will start travelling once the initial scare of the pandemic wears off, or if vaccines are manufactured soon. I have had many private conversations with my friends and colleagues and the majority of them told me that they would take off on holidays and head to exotic locations as soon as they can. I asked them where they would most likely head to and I was surprised to know that Morocco vacations topped the list. The following are the places in Morocco which most people are likely to head to on holidays once the pandemic is over.

Morocco:
Let me be honest, I never in my life thought that Morocco vacations would top the list of places that people would want to head to. I did not know that it was so popular. I knew that Morocco is a top tourist destination but people are having it on their bucket list. I researched the Internet only to learn that the country is blessed by nature. It has a wonderful coast line, it has mountains and it is the gateway to the Sahara desert. 

Premier paragraphe où on délaye le sujet…. typique des articles vendus, parce qu’on a un certain nombre de mots à faire. Et la traduction

J’ai eu beaucoup de conversations privées avec mes amis et mes collègues, et la majorité d’entre eux m’a dit qu’ils voulaient partir en vacances, dans des destinations exotiques, aussitôt qu’ils le pouvaient. Je leur ai demandé où ils avaient le plus de chances d’aller et j’ai été surprise de découvrir que des vacances au Maroc étaient en haut de leur liste. [Moi aussi, je suis surprise !] Les endroits suivants sont les lieux au Maroc où les gens sont le plus susceptibles d’aller en vacances quand la pandémie sera finie.

Maroc :

Soyons honnête, je n’avais jamais de ma vie pensé que des vacances au Maroc serait en tête de liste des lieux où les gens veulent aller. Je ne savais pas que c’était si populaire. Je savais que le Maroc est une destination touristique très recherchée, mais des gens l’ont dans la liste de leurs choses à faire avant de mourir. J’ai fait des recherches sur Internet, seulement pour apprendre que le pays est béni par la nature […]

J’ai respecté la mise en forme de l’article, et mis en rouge les mots sur lesquels le premier lien était placé. C’est en observant cette répétition du “mot clé”, en voyant que le second lien de l’article était aussi une expression clé, “Morocco Tours” et que les deux liens pointaient deux pages appartenant à la même agence de voyage, que j’ai compris que l’article avait été écrit pour vendre du lien.

J’ai aussi respecté dans ma traduction le “mauvais anglais” utilisé pour arriver à placer les mots clés. En résumé, des “vacances au Maroc” ne sont pas un lieu, mais une activité. Il aurait fallu dire “je n’avais jamais de ma vie pensé que le Maroc serait en tête de liste etc”

Moi aussi, je suis surprise, très surprise

Parce que le journal est américain, et que le Maroc n’est vraiment pas, vraiment vraiment pas du tout dans le top des destinations touristiques.

Les arrivées nord-américaines (dont Etats-Unis et Canada) représentent environ 370.000 touristes en 2017, si la tendance à la hausse s’est poursuivie, cela devait avoisiner les 390.000 touristes en 2019.

En 2018, selon le Guardian, les américains ont été 81 millions à aller à l’étranger, dont 42 millions sont allés ailleurs qu’au Canada et au Mexique. La même année, 7 millions de canadiens sont allés à l’étranger (ailleurs qu’aux Etats-Unis).

Donc la “top destination”, c’est 390.000 / 49.000.000 = même pas 0.8% des voyageurs !

Super “top destination”. A côté de l’échantillon de la journaliste (des amis et des collègues), l’étude controversée du Lancet sur l‘hydroxychloroquine (maintenant retiré) mériterait d’entrer au Guiness des records du sérieux scientifique !

C’est donc de la vente de liens

Vendre un lien“, c’est faire payer à une entreprise (ici Memphis Tour) la publication d’un texte sur votre site, faisant des liens vers le sien. Ca sert à manipuler l’algorithme de Google pour faire monter son site en haut de la page de recherche. Et c’est donc totalement “interdit” par Google, donc on se cache quand on fait ça.

J’ai suffisamment travaillé dans le référencement, écrit des articles pour faire des liens, pour savoir en reconnaitre un quand il passe. Il y a des constantes dans la rédaction, y compris les phrases un peu tordues pour introduire le mot clé. J’en vois des dizaines, intégrés dans les “actualités” sur des sites qui se gardent bien de mentionner que l’article est sponsorisé. J’ai aussi géré pour un client les articles publiés sur son site. Comme c’était un site d’information médicale, il m’avait demandé de tout passer au peigne fin, d’accord pour vendre des liens, mais pas pour dire des mensonges dans un domaine où c’est important.

Cela m’a donné le réflexe de vérifier la source, et la source de la source…

Bref, faites-moi confiance, cet article-là n’est pas spontané. Étant donné la taille du site, il a dû être vendu assez cher, 150 à 300 €, voire plus.

Pourquoi ça compte finalement ?

Quand j’ai signalé dans un groupe Facebook, qu’il s’agissait d’une fake news, on m’a reproché en vrac, de ne rien comprendre, de confondre fake news et info, de ne pas aimer le Maroc, d’être une française arrogante qui ne supporte pas qu’on dise du bien du Maroc, on m’a incitée à ne pas venir au Maroc (alors que j’y vis depuis longtemps). C’est vrai que j’aurais pu tout simplement me taire… mais non.

Parce que ça montre à quel point on se laisse manipuler.

A quel point les “medias en ligne” ne sont pas fiables.

A quel point tant de gens préfèrent simplement partager, sans lire avant, sans vérifier. Pas besoin, dans ces conditions, de Cambridge Analytica pour fausser une élection !

Parce que, dans un cas aussi anodin que celui-ci, et aussi évident, malgré tout, la contradiction est insoutenable, mes commentaires ont été supprimés du groupe dans lequel ils ont été publiés, pour ne laisser que les “mercis, merveilleux pays, vous aimez bien notre Maroc on va vous récompenser en recommandant votre restaurant…”

Parce que, pris entre chauvinisme exacerbé et haine d’eux-mêmes, beaucoup de marocains n’admettent aucune remarque sur leur pays, qu’ils dézinguent à tour de bras par ailleurs, tapant sur les mendiants qui sentent mauvais, le manque d’hygiène, le manque de civisme, les marocains qui ne portent pas de masques, qui ne respectent pas les distances de sécurité, sans se rendre compte que ces défauts qu’ils soulignent sont incompatibles avec la “destination la plus sûre après le Covid”.

Parce que répandre ce genre d’informations ne les pousse pas à s’améliorer et que le tourisme souffre de cela.

Parce que la base du journalisme, c’est le fact-checking. Et que le journalisme est une des bases de la “démocratie”, ou du moins de l’absence de dictature. Evidemment, ça prend du temps. Cet article, avec la vérification, la recherche d’informations, c’est 4 heures de travail.

Bien sûr, ça existe ailleurs, bien sûr ça existe en France. Il y a quelques années, l’AFP avait, de la même façon, incorporé un article sur la façon de faire ses bagages, qui faisait du lien vers … un vendeur de valises ! Mais j’ai quitté la France il y a vingt ans, je vis au Maroc depuis quinze ans. Alors je parle de ma vie quotidienne… au Maroc. Cela ne fait pas de moi ou d’autres des néo-colons racistes, et ce n’est pas la peine de nous jeter à la figure ce qui se passe en France. Je n’y ai aucune part depuis vingt ans…

Si vous avez eu le courage de lire cet article jusqu’au bout, c’est aussi une expérience ! J’ai volontairement choisi, pour Facebook, un titre “putaclic”, et j’attends de voir combien de personnes vont le partager et le liker sans le lire…

1 mise à jour le 11/06/2020 :

Ajout d’un lien vers un article de Marianne sur le “bâtonnage” (le copier / coller industriel dans les rédactions)

Plus d'informations

Copier/coller : comment le “bâtonnage” est en train de détruire le journalisme
The Daily — Travel between Canada and other countries, June 2019
• Travel: overseas tourism US 2019 | Statista
Global tourism hits record highs – but who goes where on holiday?
Fiche sur le marché nord américain – Observatoire du tourisme – 2019
70+ U.S. Tourism & Travel Statistics (2020)
Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

Marie-Aude Koiransky est arrivée au Maroc en 2004. Elle s'est installée à Ouarzazate, avec son mari qui travaillait alors dans le tourisme, puis à El Jadida, enfin Casablanca. Pendant 10 ans, elle a parcouru le Maroc dans tous les sens "géographiques et sociaux". Elle gère une agence web qui propose des services de référencement et de création de sites et une société qui aide les lecteurs d'O-Maroc (et d'autres personnes) à s'installer au Maroc ou à y développer un projet professionnel. Elle intervient souvent sur des forums de voyage, et a voulu faire ce site pour centraliser les conseils aux expatriés. Diplômée de Sciences Po Paris en 1985, a a travaillé pendant plus de vingt ans dans des grands groupes internationaux (Apple, Ernst&Young et Bertelsmann) avant de s'installer au Maroc.

8 commentaires

  1. Avatar

    L’homme est ainsi fait. Il s’enflamme sur un sujet sans en connaître le fond. De là toute les manipulations et les violences. Bravo pour votre article.

  2. Avatar

    au usa, sur 1000 personnes qui ont reçu une fakenews. il n’y a qu’environs 160 qui vérifient la source.
    pire encore plus que la moitié partage cette info !

    cela dit : pour plus que 80% la terre est plate, donc, la mission est accomplie ! et ca marche la grande preuve vivante c’est le siteinfo, le champion pas du maroc mais en afrique en faks news sponsorisé, desmilliers de partages, et Mr monsef belkhiat (ancien ministre de la jeunesse ) est content de voir le chiffre d’affaire se multiplie fois 2.

    Je vous invite à faire une petite expérience, passez une fake news et vous verrez le nombre de partage de votre, ensuite rédigez un article dans lequel, vous corrigez l’ancienne information.
    et laissez nous les résultats, je suis persuadé qu’ils seront spectaculaires.

    merci pour L’article

  3. Avatar

    Bonjour,
    Merci pour ce “Fact checking”, bien salutaire!

    Je parcours quotidiennement la ” weboma” et je suis effaré du nombre d’ “infos” de deuxième ou troisième main, non sourcées, et même pas nécessairement données au conditionnel.

    Un exemple aujourd’hui:

    Gros titre, indiscutable, tout prêt à être “liké” puis à “forwardé”. :
    Coronavirus au Maroc: l’état d’urgence sanitaire et le confinement seront prolongés au-delà du 10 juin

    Premier paragraphe :
    Une troisième prolongation de l’état d’urgence sanitaire et du confinement sera annoncée (In cha’ Allah), a appris XXXXX de sources concordantes.

    Il serait intéressant d’établir un palmarès de fiabilité des sites média de la weboma…

  4. Avatar
    Marie-Aude le

    Merci :)

    160 sur 1.000 ça ne fait effectivement pas beaucoup.
    Cet article lui-même est une expérience :) sur facebook, il a un titre “putaclic” (à la différence des autres réseaux sociaux). J’attends de voir le résultat

  5. Avatar
    Marie-Aude le

    Oui c’est marrant cette montée de stress sur le confinement.
    En même temps, à leur décharge, s’ils nous la font comme pour le changement d’heure, confine, déconfine, change d’avis…

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :