Il en a la couleur aussi, me dit-elle…

0

C’était il y a quinze ans, peu de temps après mon mariage. Mon mari et moi étions à Casa, il m’avait “abandonnée” pour garer la voiture pendant que je faisais des courses.

Premier contact

La vendeuse était gentille, elle commence à faire la conversation, et tu es au Maroc, et pourquoi, tu es mariée, oui c’est bien, tu es marocaine maintenant, et comment s’appelle ton mari ?

“Bilal

– Ah c’est un très beau nom, c’est le nom du premier muezzin, tu sais… “

Oui, je sais.

Bilal était un esclave noir

Il était le fils d’un esclave arabe et d’une belle captive d’Abyssinie tenue en esclavage. 

Bilal appartenait à un Umayyah dans une des tribus Quraïsh. Il est l’un des tout premiers convertis à l’islam (le cinquième). Il avait dit-on une voix superbe, et c’est pour cela que le Prophète lui confia la responsabilité de faire l’appel à la prière.

On cite toujours Bilal pour montrer qu’il n’y a pas de racisme en islam, et que chacun est récompensé selon ses mérites, sans que la couleur de la peau ait une quelconque importance.

Toute cette belle histoire s’est écroulée en un instant, quand mon mari est entré dans la boutique.

La vendeuse m’a dit, avec un air pincé

“Ah il en la couleur aussi”.

Association culturelle à Tazzarine

Les membres d’une association de Tazzarine, dans la vallée du Draa, d’où est originaire mon mari

#Blacklivesmatter

Au Maroc, on surnomme les Noirs “azzi”, c’est une injure

Il y a des Marocains descendants d’esclaves, les Harratines ou les Gnaouas. Il y a des Berbères du sud qui se sont bien mélangés avec les populations “encore plus du sud”, soit lors des caravanes qui allaient jusqu’à Tombouctou, qui fut intégré à l’empire saadien, ou tout simplement parce que le berceau de la dynastie almoravide se trouvait en Mauritanie (et la tribu de mon mari appartient aux mêmes Berbères Sanhadja dont sont issus les Almoravides).

Il y a aussi des expatriés, avec une colonie africaine assez importante, à Casablanca en particulier, qui est là pour le business. Beaucoup d’étudiants, aussi, qui retourneront ensuite dans leur pays, diplôme en poche.

Enfin, il y a bien tous les migrants illégaux, les “Subsahariens” comme on dit, qui se concentrent au Maroc dans l’espoir de pouvoir, un jour, passer en Europe. Ils vivent dans des conditions extrêmement difficiles, mendient le long des grandes artères. A Casablanca, les réactions racistes à leur encontre augmentent d’autant plus qu’ils deviennent plus nombreux et plus visibles. Comme partout…

(et quand je dis à un chauffeur de taxi casablancais qu’il a exactement les mêmes mots à l’encontre des Noirs au Maroc que le Front National contre les “Arabes” en France, il bugue sans comprendre).

Ce reportage de Medi1 sur les couples mixtes montre en particulier un Marocain ayant épousé une Sénégalaise. Ce sont des gens aisés, le témoignage de leur fille est sans ambiguïté.

Je vous ai calé la vidéo sur le démarrage de leur témoignage : 

#BlacklivesMatter, ici aussi

Malgré ce racisme incontestable, la violence policière marocaine n’est pas comparable à celle qu’on connait en France, ni d’une manière générale, ni en particulier à l’encontre des noirs.

Le policier marocain est tout sauf tendre, il est craint, mais il n’y a pas ici – je crois – les mêmes histoires de violence et d’oppression institutionnalisée comme en France. Les contrôles d’identité répétés, par exemple, sont inconnus au Maroc car ils n’ont pas de sens.

Le moqqadem, les gardiens, … tout le monde connaît tout le monde en ville. Quant aux derniers bidonvilles ou aux grands quartiers abandonnés comme Lissasfa, ils sont encerclés, peut-être, mais la police n’y pénètre pas, tout simplement. Le contrôle d’identité se fait ici dans des circonstances bien spécifiques (sur la route, quand vous “attentez à la pudeur”, quand on soupçonne l’ami marocain qui vous accompagne d’être un faux guide, etc) mais pas de façon systématique comme en France.

Les arrestations sont brutales. Mais là encore, depuis que je suis au Maroc, je n’ai jamais entendu parler d’une arrestation abusive qui aurait conduit à la mort de l’interpellé. La violence policière s’exerce sans distinction … sur Facebook, récemment, un Fassi s’est plaint d’avoir été tabassé par un policier berbère qui se vengeait sur lui, à cause de la couleur de sa peau, a-t-il précisé. Le problème, c’est qu’au Maroc comme en France, statut social et économique et couleur de peau sont liés.

De plus, au Maroc comme en France, on rencontre les mêmes réactions de déni, comme celle-ci, lors de la campagne anti-raciste “Je ne m’appelle pas négro (azzi)“. Ou celui-ci, qui cherche à changer le sens du mot et rappelle que la musique Gnaoua est valorisée au Maroc (voir plus bas pour la réalité quotidienne).

L’atténuation du racisme par la solidarité musulmane

Le fait que beaucoup des ces migrants soient musulmans joue, je crois, dans cette situation. Plus ou moins acceptés, plus ou moins méprisés, ils n’en restent pas moins des “frères” dans une religion où le racisme n’est pas censé exister. Si je vous parle des côtés sombres du Maroc, cette réalité là existe aussi. Elle joue moins, bien sûr, pour les africains chrétiens, mais elle existe. En témoigne par exemple, les réactions nombreuses à la vidéo de ce caïd dans un quartier de migrants à Casablanca, au début du confinement :

Ceci compense cela :

Racisme ou structures traditionnelles ?

Les Marocains ne se considèrent pas comme racistes. Tous ceux qui sont partis vivre en Afrique Noire reviennent avec la même réaction “mais là-bas on m’a traité en égal, il n’y a pas de racisme”.

La difficulté, c’est que le Maroc est un pays encore très traditionnel, où l’organisation tribale structure encore énormément la société, même si ces structures sont moins visibles de nos jours. Pour certains, on ne parlera pas de “tribu” mais de “famille”, cela revient au même.

Alors le Noir ne fait pas partie de la tribu. Tout simplement. On peut le respecter dans la vie quotidienne, mais il doit vivre dans son cercle.

Une de mes amies, originaire de Tineghir, d’une famille de Gnaouas, m’expliquait que les gens avaient recours aux Gnaouas et les respectaient pour leur baraka (leur pouvoir d’intercession), mais qu’on ne se mariait pas entre Berbères et Gnaouas.

Sidi mbark raïss des gnaouas de Tineghir

Sidi M’Bark, Raïss des Gnaouas de Tineghir

Plus d'informations

Maroc : un migrant camerounais tué après la découverte par la police d’un campement dans la forêt

Pendant le week-end de l’Aïd, un migrant a été tué par une intervention policière trop musclée, près de Tanger. On en a beaucoup moins parlé que des problèmes de moutons…

Azzi, ma fierté – Economie Entreprises
Le camp des migrants d’Ouled Ziane de nouveau en feu – juillet 2018
Migrants. Que se passe-t-il à Ouled Ziane? – juin 2019
Ouled Ziane : un nouvel incendie frappe le camp des migrants – juin 2019
Les étudiants africains, victimes du racisme ordinaire au Maroc
Malika | Qandisha
Je suis contre la campagne bourgeoise de « je ne m’appelle pas Azzi », par Zhor Baki
Vidéos-Diapo. Casablanca: violente bagarre entre Marocains et migrants subsahariens à Ouled Ziane – novembre 2017
Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

Marie-Aude Koiransky est arrivée au Maroc en 2004. Elle s'est installée à Ouarzazate, avec son mari qui travaillait alors dans le tourisme, puis à El Jadida, enfin Casablanca. Pendant 10 ans, elle a parcouru le Maroc dans tous les sens "géographiques et sociaux". Elle gère une agence web qui propose des services de référencement et de création de sites et une société qui aide les lecteurs d'O-Maroc (et d'autres personnes) à s'installer au Maroc ou à y développer un projet professionnel. Elle intervient souvent sur des forums de voyage, et a voulu faire ce site pour centraliser les conseils aux expatriés. Diplômée de Sciences Po Paris en 1985, a a travaillé pendant plus de vingt ans dans des grands groupes internationaux (Apple, Ernst&Young et Bertelsmann) avant de s'installer au Maroc.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :