C’est le système qui est comme ça, les plaisirs administratifs au Maroc

2

Le paiement de mes factures Lydec de ces deux derniers mois a été l’occasion d’une discussion digne de Père Ubu avec l’employé du call center de la Lydec – au demeurant très gentil et conscient de l’absurdité du mode opératoire qu’il m’imposait.

Tout est parti d’un avoir. Lydec revoit ses factures estimatives, je bénéficie donc d’un avoir de 280 dirhams sur ma facture d’électricité, et j’ai une facture d’eau de 38 dirhams, montant net “à payer” : -242 dirhams.

Je range donc tout ça, quand je reçois un SMS de rappel de la Lydec m’enjoignant de payer ma facture. Mais je n’ai rien à payer…

Prudente, j’appelle quand même le service client, qui m’apprend que je dois me déplacer en agence avec une carte d’identité pour demander l’utilisation d’un avoir, et que, en attendant, je dois bien payer mes factures (donc mes 38 dirhams) sous peine de coupure.

C’est le système qui veut ça.

Comme je n’avais absolument pas le temps d’aller en agence, je vais sur le site internet pour “payer”, mais le total était bien de -242 dirhams.

Il a donc fallu décocher l’avoir, pour arriver à avoir un montant correct à payer, de 38 dirhams.

 

Ce mois ci, j’ai une facture en tout légèrement supérieure à mon avoir.

Chic, je vais sur le site.

Et là… impossible de “sélectionner” l’avoir pour l’inclure dans le montant à payer.

Donc la Lydec m’oblige à aller en agence pour bénéficier d’un avoir qu’elle a comptabilisé sur mon compte, et dont elle me refuse l’imputation sur une facture qu’elle émet à mon ordre…

Lydec mon amour, mon très cher amour (oui, très cher, parce que la Lydec ça coute cher, article en préparation).

 

Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

Bernard Rouget est consultant en management et en gestion de projets informatiques. Il s’est installé en 2010 au Maroc avec une double activité : le lancement d’un riad près de Zagora, avec sa femme (qui n’a pas fonctionné, il vous racontera pourquoi un jour), et une activité de conseil dans son domaine de compétence. Il est derrière le compte Twitter de O-Maroc

2 commentaires

  1. Avatar
    jean-luc LETU le

    Bonjour,
    nous sommes mariés, (elle Ivoirienne, moi Français), résidant tous les 2 au Maroc. Moi retraité, elle chanteuse (interprète). Nous souhaitons créer une Société pour qu’elle puisse se produire dans différents endroits au Maroc ou ailleurs. Y a t il un statut spécial “artiste” pour être dans une bonne légalité Marocaine? Lequel?
    Je viens de consulter votre site, qui me permet de comprendre très facilement les rouages du Maroc. Merci à vous

  2. Avatar
    Marie-Aude le

    Bonjour Jean-Luc,
    le statut “artiste” n’est pas obligatoire, mais il apporte des avantages. Vous pouvez commencer par créer une société, comme une SARL d’AU, ou même démarrer en auto-entrepreneur.
    Vous pouvez aussi demander une carte d’artiste auprès du ministère de la culture, je ne connais pas les critères.
    https://www.minculture.gov.ma/fr/?p=1371

    Merci pour le retour sur notre site :)

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :