Le rêve d’une salle de bains marocaine

0

Parfois l’inspiration marocaine donne des résultats moins heureux que dans cet appartement New-Yorkais que je vous ai récemment montré. Cette villa californienne montre qu’on ne peut pas “tout faire” ou tout mélanger. Enfin, à mon avis !

J’ai peut-être tort, car ma culture marocaine m’impose aussi une certaine vision de la salle de bain. Les variations sur ce thème qu’on trouve dans des riads comme Mena and Beyond sont une variation sur une une base que j’ai connu, enfant, en allant au hammam. Ici, on est dans une vision hollywoodienne de la salle de bains à la marocaine, dont les harmonies de couleurs ne sont pas marocaines, pas plus que l’aménagement.

La villa “Mi Sueño” est une grande demeure aux inspirations méditerranéennes

Située près du fleuve Pasadena, en Californie, la villa, construite en 1915, à l’occasion d’une grande exposition (Panama-California Exposition, pour les curieux). L’architect, Bertram Goodhue, connaît le succès depuis longtemps, avec un style néo-gothique dont on trouve de nombreux exemples dans tous les Etats-Unis. Arrivé en Californie, il change complètement de style, passant du gothique à l’Espagne, créant un style “Renouveau colonial espagnol”, qui est à l’ancienne architecture espagnole ce que Disney est au véritable Moyen-Âge.

Ce style mélange les traditions espagnoles anciennes, avec des bases arabo-andalouses (et donc marocaines) et des éléments de la colonisation espagnole, de grandes haciendas, des murs blanchis à la chaux, bois sombres, meubles en cuir décorés et cloutés.

Cela fonctionne parfaitement dans le grand salon de réception, où le toit à caissons de bois peint rappelle les boiseries de la Bahia et se marie parfaitement au mobilier colonial espagnol.

L'immense salon de réception au carrelage blanc et noir et aux caissons de bois peints

Une immense pièce meublée à l’espagnol, avec un plafond aux boiseries marocaines

Une salle de bains en zellige faite par des maalems marocains

La salle de bains a été une création complète lors de la rénovation de la villa, dans les années 2005. Il a fallu trois mois à des artisans marocains venus de Fès pour réaliser cette immense pièce attenante à la suite principale.

Les mêmes artisans qui ont travaillé à l’aménagement de la Villa Majorelle pour Yves Saint-Laurent. Tout est donc dans le goût du décorateur et du donneur d’ordre.

Salle de bains de face

La baignoire est surmontée d’un baldaquin en moucharabieh

Avec son baldaquin de bois sombre, ses deux tables de bois sculpté et le grand tapis, la baignoire a plus l’air d’un lit que d’un hammam marocain !

Salle de bains salon

Une commode, des fauteuils, ce n’est pas une salle de bains !

J’aime qu’on respecte la logique des pièces et le côté pratique. Ces boiseries sont très certainement vitrifiées. Ce qui est justifié pour un parquet ne l’est pas pour un meuble. On perd le toucher et l’odeur du bois. L’eau et le bois ne font pas bon ménage. Je trouve qu’on est dans une mise en scène trop kitch pour mon goût.

Impossible d’imaginer dans cette pièce les moiteurs et les buées du hammam !

Les couloirs d’accès à la pièce sont entièrement recouverts de zelliges, avec des motifs très traditionnels.

Couloir acces salle de bains

L’accès à la salle de bain montre dans le fond des motifs traditionnels

Seule la mosaïque du mur du fond renoue avec les harmonies de couleurs moins “agressives” qu’on trouve au Maroc.

Au final, une impression mitigée

Sur le site de l’architecte d’intérieur, on trouve cette phrase :

Et la suite principale, totalement réinventée, avec son lit à baldaquin et des mosaïques marocaines élaborées et faites à la main est … eh bien … comme un rêve

J’y lis une petite difficulté à qualifier réellement la “chose” faite sur commande. Cela nous arrive parfois de devoir céder à un client dont les goûts ne sont pas les nôtres. Ce sont des “erreurs de casting” que nous essayons de ne pas renouveler trop souvent !

Si vous avez trouvé une erreur de frappe ou d’orthographe, vous pouvez nous la signaler simplement en sélectionnant le texte en question et en appuyant à la fois sur les touches Ctrl+Entrée. Pour faire un commentaire sur l’article c’est ici que cela se passe.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :