Les boiseries de la Bahia

0

Le Palais de la Bahia, à Marrakech, est un merveilleux exemple de la décoration marocaine, et de l’utilisation des stucs, des bois et des zelliges. Construit au XIX° siècle pour Si Moussa, chambellan de Hassan I°, étendu et enrichi par son fils Ahmed Ben Moussa, chambellan et régent du Sultan Abd-El-Aziz, puis pillé sur l’ordre du même Abd-El-Aziz qui voulait effacer la trace de sa puissance.

Si l’essentiel du mobilier luxueux a disparu, emporté dans la vengeance du Sultan, il reste les bâtiments eux-mêmes, le Palais reste l’un des plus magnifiques de Marrakech. Le Sultan le donne au Général Lyautey pour qu’il y établisse la Résidence Générale.

 

Lyautey y fait ajouter des cheminées et choisit la chambre de la Favorite pour établir son bureau.

Débarrassée une seconde fois de son mobilier, cette pièce aujourd’hui vide se visite et permet de voir comment étaient bâtis les riches salons marocains d’autrefois.

Un sol mêlant le marbre et la mosaïque

Les grands carreaux de marbre de Carrare apportés à grand prix d’Italie sont entourés de mosaïques réalisées par des artisans de Meknès, les meilleurs du Maroc, dit-on. L’ensemble donne l’impression visuelle d’un grand tapis. Autrefois, il devait disparaître sous plusieurs couches de précieux tapis de Rabat, d’Azemmour ou même persans.

Des murs bordés de mosaïques

Pieces bahia

Les portes qui donnent sur d’autres pièces de la Bahia

Le bas des murs et les angles sont recouverts de mosaïques. Très finement réalisées par des artisans de Meknès, elles sont beaucoup plus complexes que les petits alignements de carreaux au sol. Il vous faudra faire une visite de la Bahia pour pouvoir les admirer, en écoutant le guide vous expliquer ce que symbolise chaque motif, chaque couleur…

Leur rôle est double : en bas, protéger le mur lorsqu’on asperge le sol d’eau, l’été, pour rafraîchir la pièce, et éviter les remontées d’humidité. Le long des portes, elles servent simplement à continuer la décoration, là où s’arrêtaient les riches tentures.

Des murs extrêmement épais

L’épaisseur des murs, visible au niveau de la porte, est impressionnante. Elle n’est pas liée seulement à l’habitude de faire des murs épais pour isoler de la chaleur, mais surtout au mode de construction du palais, qui s’est étendu peu à peu, sans plan véritable. De tels murs étaient d’abord des murs externes, devant lesquels on a, plus tard, rajouté une pièce.

Cette épaisseur permettait aussi de loger une alcôve, comme celle qui a été détournée pour la cheminée, ou de poster à l’entrée un gardien.

La décoration de ces murs est faite aussi avec des zelliges, qui montent très haut, quasiment à hauteur d’homme.

Palais bahia decoration fenetre

Les alcôves au dessus des fenêtres

De l’autre côté de la pièce, invisibles sur la photo, les fenêtres sont creusées dans un mur très épais, décorées de demi-alcôves en stuc peint.

Une frise de stuc

Ensuite commence la décoration du plafond. Une frise délicate aux motifs ouvragés, de stuc moulé fait le tour de la pièce. Comme pour les zelliges, elle est plus importante au niveau de la porte, dont l’arcade s’orne de motifs de stuc. Au fond de la pièce, elle s’élargit à nouveau, pour l’alcôve qui abrite la cheminée.

On aperçoit encore des traces de couleur. Ces frises étaient délicatement peintes à la main, de couleurs vives et contrastées.

Le plafond de cèdre peint

Enfin vient la merveille de cette pièce : les panneaux de cèdre de l’Atlas, décorés de motifs peints avec de l’indigo, de la garance, du safran… Les premiers panneaux sont fixés sur les murs, ils habillent ensuite tout le plafond, percé de deux ouvertures pour laisser passer la lumière. Le plafond est pentu, comme un toit de tente.

Plafond ouvert bahia

Le Magnifique plafond peint de la Bahia

 

Partager.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :