Vivre en couple avec un(e) Marocain(e) sans être mariés

0

Touriste ou résident au Maroc, la loi est la même  : les relations hors-mariage et donc la cohabitation est interdite.

La loi marocaine

Dans un pays musulman comme le Maroc, même s’il est très tolérant, les relations entre hommes et femmes sont régies par le code du statut personnel, lequel met en place une législation religieuse, la charia (même si celle ci n’a rien à voir avec la charia extrêmement dure qu’on peut voir dans d’autres pays).

A partir du moment où une des deux personnes dans le couple est de nationalité marocaine (même si elle fait partie de la minorité juive), cette loi s’applique dans son intégralité.

Et pour les couples de touristes, une partie moindre de la loi s’applique aussi, celle qui interdit toute démonstration à connotation amoureuse en public.

S’embrasser en public est un délit au Maroc.

Et en plus de cela, c’est surtout une pratique qui va choquer ceux qui vous voient faire. Si vous êtes attentifs, vous remarquerez que même se tenir la main est assez rare, et cela même dans les grandes villes. Bien sûr, des pratiques comme les seins nus sur la plage sont inimaginables, en dehors des enclaves des clubs privés (et sont de la même façon à éviter sur les terrasses des hôtels, qui ne sont pas à l’abri des regards).

A partir du moment où vous êtes en couple avec un marocain, la loi qui interdit la cohabitation en dehors du mariage s’applique.

Cela veut dire que de nombreux hôtels refuseront de louer une chambre double sans acte de mariage. En théorie les loueurs d’appartement devraient faire le même contrôle, mais en pratique, ils sont un havre de tranquillité pour les couples non officiels.

D’autres hôtels vous demanderont de payer un extra pour avoir droit à une chambre double. C’est le prix du risque, puisqu’ils peuvent être en toute théorie contrôlés tous les soirs par la police, qui ramasse les fiches d’hôtels. En cas d’infraction constatée, ils sont aussi coupables, et encourent, au pire, la fermeture de leur activité et la prison.

Enfin, dans les hôtels de catégorie supérieure, cette règle est rarement, voir jamais appliquée.

Avec un(e) marocain(e) vivant au Maroc

La loi s’applique dans toute sa rigueur.

Le risque en cas de contrôle est réel : amende, tribunal, peine de prison pour le marocain, et l’étranger (surtout si c’est un étranger et une marocaine), au mieux confiscation des passeports durant l’enquête de police.

Et croyez-nous, la police marocaine n’est pas très agréable, quand on est en faute ! Si vous êtes contrôlés (ce qui peut aussi se faire sur dénonciation), il n’y a légalement pas grand chose à faire, sinon obtenir la clémence du tribunal en promettant de régulariser (et en le faisant).

Moins légalement, il reste souvent la possibilité d’arranger les choses avec de l’argent. Attention, cela doit impérativement être fait par un marocain, qui sait comment gérer cela (souvent ce sera pris en charge par la famille marocaine). Bref, évitez de vous mettre dans le pétrin, il n’y a pas de bonne façon d’en sortir.

Et faites attention avec qui vous sortez, car il y a aussi des marocaines qui pourront prévenir elle-même la police, pour vous forcer la main, ou, au pire, se partager ensuite le bakchich avec le policier.

Avec un(e) Marocain(e) vivant à l’étranger

Vis-à-vis du Maroc, il/ellle sera toujours marocain, même vivant à l’étranger, même ayant la double nationalité. Et donc soumis aux mêmes lois.

Tout dépend donc de la façon dont il sera entré au Maroc : avec un passeport étranger, sans problème, avec un numéro d’entrée au Maroc ? Personne ne peut prouver qu’il est marocain, il est donc considéré comme étranger. Vous pouvez louer une chambre d’hôtel commune, il vous reste simplement à respecter les convenances.

Mais si au moment du passage de la douane, il a été identifié comme marocain, et a dû donner sa carte d’identité marocaine au lieu d’un passeport étranger… on est revenu au cas de figure précédent.

Se marier avec un(e) Marocain(e)

Nous avons fait sur notre blog une série d’articles sur le mariage franco-marocain. C’est le fruit de notre expérience, puisque ce site est né de l’aventure d’un couple franco-marocain, et aussi de recherches que nous avons faites.

Les risques encourus ?

La fornication, qui est le nom légal des relations entre un homme et une femme en dehors du mariage, est punie de prison.

Pour un couple résidant à l’étranger, cela peut commencer par une amende, et la confiscation des passeports. Cela peut ensuite effectivement aller jusqu’à la prison, mais en général on s’arrange avant.
Si cela vous arrive, sachez qu’il faut intervenir vite, avant d’entrer dans le processus judiciaire. Et que les juges seront plus indulgents si vous aviez l’intention de vous marier, ce qui répare la faute…

1 mise à jour le 24/07/2020 :

Des pratiques en dent de scie

La liberté de vivre comme on l’entend est un sujet de plus en plus important au Maroc. Cet article a été écrit avant l’arrivée au pouvoir du PJD.

Paradoxalement, ce dernier a mis en place des limites qui sont relativement claires est presque protectrices pour les couples non-mariés qui vivent discrètement :

  • la loi ne change pas
  • sauf en cas de plainte auprès de la police (donc généralement, adultère ou détournement de mineure), la police ne viendra jamais à votre domicile

Dans les grandes villes, les démonstrations publiques restent discrètes, mais se font plus fréquentes. Se tenir par la main n’est plus un tabou, s’enlacer est habituel dans quelques espaces, mais doit être évité en général.

Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

"Mezgarne", c'est Marie-Aude, mais sous ce pseudonyme sont regroupés les articles qui avaient été publiés à l'origine sur le site de l'Oasis de Mezgarne, une activité touristique gérée de 2004 à 2015 avec son mari.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :