Ma pharmacie pour voyager au Maroc

4

On voit souvent sur les forums des inquiétudes “est-ce que je vais trouver des couches culottes ou des petits pots pour mon bébé ?” “Qu’est-ce qu’il faut emporter comme médicaments ?” “Quelles vaccinations pour le Maroc ?”

Les vaccinations pour le Maroc

Pas de vaccinations particulières à faire. Comme partout il est recommandé d’être à jour de ses vaccins, et particulièrement le tétanos et la rage.

En effet, il traîne pas mal de vieux trucs pourris sur le sol des campagnes marocaines, du fait de l’absence de rammassage des ordures digne de ce nom. De la canette de bière au morceau de verre en passant par le fil de fer rouillé, une blessure au pied peut arriver assez vite.

Par ailleurs, la rage est importante, beaucoup de chiens errants sont agressifs, sans obligatoirement être enragés, mais il est nettement plus prudent d’être à jour.

En dehors de ça, côté hépatites, encéphalites, … pas de risques particuliers.

Il y a un faible risque de paludisme dans les zones marécageuses, notamment du côté de Mohammédia, mais peu virulent (classement zone I)

Disponibilités sur place

Dans les grandes villes, tout est disponible, soit dans les pharmacies, soit, pour le para-médical, dans les grandes surfaces de type Marjane.

Pas besoin donc de se surcharger pour le quotidien, vous pouvez acheter à l’arrivée presque tout le nécessaire pour bébé, pour vous aussi, et les marques françaises sont très bien distribuées.

Pour l’eau minérale, l’équivalent local de l’Evian est la Sidi Ali, aussi vendue par Danone.

Pour la pilule ou d’autres médicaments “de fond” prenez la dose nécessaire pour votre voyage, et votre ordonnance au cas où vous les perdriez, vous pourrez les remplacer sans problème. Les préservatifs sont vendus en grande surface, en pharmacie et para-pharmacie et dans certaines hanouts (petites boutiques). Dans les hanouts, bien vérifier les dates de péremption.

Dans les petites villes, la disponibilité est plus aléatoire. Il y a “le nécessaire” dans les dépôts de médicaments ou les centres de soin, mais pas toujours exactement la marque souhaitée, et beaucoup moins, voir pas d’aliments pour bébés ou de couches. Il suffit de faire un stock avant de quitter la grande ville.

Ce que j’apporte d’Europe et ce que j’achète sur place

J’apporte d’Europe :

  • du Zyrtec, parce que je suis allergique ;
  • une mini-trousse, avec le strict nécessaire pour 2 jours, et notamment mini tube de dentifrice et brosse à dents de voyage, et un gant de toilette ;
  • de la crème solaire hyper-couvrante, curieusement les indices les plus élevés ne se trouvent pas si facilement que cela en grande surface ;
  • une bonne collection de sparadraps, type Urgo ou autre. Ceux qu’on trouve au Maroc ont la mauvaise habitude de ne pas coller, ou d’être en plastique et pas en tissu (donc pas déformable). Les pansements colloïdaux, en revanche, sont faciles à trouver dans les grandes villes ;
  • de l’homéoplasmine, une crème cicatrisante remarquable – on trouve plus facilement au Maroc des crèmes désinfectantes
  • mon nettoyant visage et un baume pour les cheveux, des marques distribuées “à la maison” en Europe, donc impossibles à trouver au Maroc.

Et c’est tout. Au début je prenais beaucoup plus de choses.

J’achète au Maroc :

  • à la place du baume du Tigre, des “massages” locaux, qui chauffent tout autant, sinon plus ;
  • les produits de beauté marocains, la râpe en terre cuite pour les pieds, le savon noir, le ghassoul, la crème de rose et l’huile d’argan cosmétique ;
  • les produits d’entretien pour mes lentilles de contact (un peu moins chers qu’en Europe) et les lentilles de contact, si besoin est (le désert est destructeur), là aussi, un peu moins chères et disponibles en 48 heures ;
  • la béthadine, à mettre sur les petites écorchures, pour décourager les mouches ;
  • les shampoings, gels douche, dentifrices ;
  • les petites fioles de collyre ou de larmes artificielles (là encore, le désert est dur) ;
  • les médicaments anti-tourista, analgésiques, contre la fièvre, etc… y’a tout ce qu’il faut sur place.

Mais toujours dans une pharmacie officielle, ou dans un centre de santé si il n’y a pas de pharmacie.

Liste à adapter par chacun en fonction de ses besoins.

Et la médecine traditionnelle ?

Quand quelque chose ne va pas, en dehors des villes, on vous proposera peut être le “rebouteux” ou la personne qui soigne les villageois qui ne veulent pas / ne peuvent pas aller voir le médecin.

Méfiance…

Ce savoir traditionnel est très efficace, pour ce que j’ai pu en voir, pour tout ce qui est mécanique léger, foulures, etc… Pour les cassures, pour la médication, attention : il s’adresse à des organismes beaucoup plus endurcis que les nôtres, à des estomacs habitués à bien d’autres choses. Il vaut mieux éviter, d’autant plus que sauf cas exceptionnel, les services d’urgence ne sont jamais loin.

Que faire des surplus ?

Il est tentant de les donner, mais dans ce cas préférez les centres de santé ou les associations, qui sauront les conserver dans de bonnes conditions, et les utiliser, plutôt que les habitants. Pour beaucoup d’entre eux, les notices d’utilisation sont incompréhensibles, et la notion de date limite un concept de science fiction… ce qui est normal quand on se soigne grâce aux décoctions sèches de l’herboriste.

1 mise à jour le 06/07/2020 :

Beaucoup plus de produits pharmaceutiques disponibles

Avec l’expérience, en vivant au Maroc, j’ai trouvé d’excellents produits locaux de remplacement pour certains médicaments que je n’arrive pas à trouver.

En antihistaminique, le Zentec remplace avantageusement le Zyrtec (c’est la même molécule de base).

En crème cicatrisante, l’Addax fait des merveilles. Elle est un peu chère, vendue en pharmacie exclusivement, mais “elle le vaut bien”.

Côté pansements aussi, on a fait de grands progrès, les pansements colloïdaux se trouvent partout. Par contre, les “pansements qui collent bien” restent relativement rares.

Enfin, dans les grandes villes, le baume du Tigre se trouve sans difficulté.

Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

"Mezgarne", c'est Marie-Aude, mais sous ce pseudonyme sont regroupés les articles qui avaient été publiés à l'origine sur le site de l'Oasis de Mezgarne, une activité touristique gérée de 2004 à 2015 avec son mari.

4 commentaires

  1. Avatar

    Voici qui répond à bien des questions.
    En fait, il s’agit un peu comme en France de prendre ces précautions dès lors que l’on s’éloigne des grandes agglomérations ou qu’il va être difficile de trouver rapidement l’essentiel.
    Parfois un simple petit pansement (qui colle) en plein désert de pierre peu être bien pratique ;-)

  2. Avatar

    Le petit pansement qui colle… ça te dit quelque chose ??
    Amitiés
    Marianne
    Quel plaisir de te retrouver sur ce site… mis immédiatement dans mes favoris !

  3. Avatar
    Marie-Aude le

    Ca me dit bien quelque chose, mais quoi ? Pourquoi donc aurais-je eu l’idée d’en parler ? :)

  4. Avatar
    Mr Douhi Abdelhamid le

    j’ai le plaisir de porter a votre connaissance mon nom et MR DOUHI ABDELHAMID, je vous salut d’alger, c’est un grand plaisir pour moi de vous transmettre un tout petit commentaire sur cette magnique images qui porte la tradition purement marocain en particulier maghrebine, vraiment c’est magnifique, sinceres votre douhi abdelhamid

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :