Essaouira, l’image imaginaire

0

Essaouira, l’ancienne Mogador, est la plus célèbre et la plus visitée des cités portugaises.

Essaouira, dont le nom veut dire “la belle image”, ou “la bien dessinée”, en référence aux plans du français Théodore Cornut, est une ville à part au Maroc. A part par son histoire, par son peuplement, qui fut longtemps quasiment étranger, à part par son ambiance, belle recluse calme et tranquille derrière ses murailles épaisses, abritée des vents de l’Atlantique. Contraste entre une ville tranquille et un environnement plus tumultueux.

Essaouira est construite sur une presque île balayée par les alizés en permanence, ce qui en fait un asile de fraîcheur durant l’été marocain, et le paradis des surfeurs.

Comme les autres cités portugaises, elle fut d’abord un comptoir phénicien, dont la présence est attestée dès 630 avant JC. Elle devient célèbre grâce à la fabrication de la pourpre, recherchée par l’Empire Romain, et se développe comme un port port berbère, sous le nom d’Amogdoul (le bien gardé) où transitaient les marchandises du Souss et de tout le sud marocain. Les Portugais l’utilisent comme base commerciale, et déforment son nom en Mogdoura, qui deviendra en espagnol Mogadour, et enfin Mogador en français. Ils construisent en 1506 un château royal à l’entrée du port, et développent l’exploitation intensive de la canne à sucre.

Vue de face l'entrée de la sqala fortifiée d'Essaouira

Imposante, la tour principale de la Sqala fortifiée

Pourtant le monument essentiel d’Essaouira, la Skala, est construite par un français. En effet, en 1764, le sultan alaouitequi voulait punir Agadirde sa fronde, charge de cette construction Théodore Cornut, un prisonnier qui dessinera une ville en carré, aux larges rues, derrières dès fortifications à la Vauban. Essaouira évoque souvent St Malo, c’est une ville nouvelle du XVII° (Comme en France Rochefort bâti de la mêm façon pour punir La Rochelle).

La ville prend alors son nom d’Essaouira (l’image), ou Es-Souira, le lieu fortifié), tous deux faisant référence aux plans de Cornut.

Le sultan assura le développement de sa nouvelle ville en demandant aux consuls européens de s’y installer, comme aux plus riches familles du royaume, les tujjar-el-sultan, les négociants du roi. Elle devint une ville cosmopolite où se côtoyaient arabophones, berbérophones et Gnaouas, les descendants des anciens esclaves noirs (les Guinéens). A la fin du XVIII° on y trouvait près d’un millier d’Européens, pour le commerce, et la ville assurait 40% des échanges maritimes. Sous le protectorat, elle déclinera face à la concurrence de Casablancaet Agadir.

Elle renaît aujourd’hui comme destination touristique et culturelle. Ses remparts offrent de splendides promenades, et son port plein de vie un spectacle exubérant. Lorsque les gros chalutiers rentrent, une armada de dockers en décharge les paniers de poissons, qui sont vidés sur des plateaux et recouverts de glace. Des porteurs en ciré et couvre-chef rembourré transportent ensuite ces plateaux tout dégoulinants sur leur tête jusqu’aux camions. Pendant ce temps, les équipages préparent les bateaux et les filets pour la sortie suivante. Il n’y a jamais de répit. Sur place, marins, dockers et touristes se restaurent de savoureux poissons et fruits de mer grillés en plein air.

Photos d’Essaouira

A visiter à Essaouira et autour :

La Skala et les murailles

La Skala, c’est l’escale, le fort qui abrite les marins ancrés dans le port. La Skala vit le tournage de l’Othello d’Orson Welles et attire encore peintres et photographes. Sa plate-forme encore ornée de canons portugais est le départ pour un tour des remparts. Des murailles épaisses, on a à la fois une vue sur les étroites rues de l’intérieur, et sur la mer, à travers les créneaux. Les maisons souiries sont un peu protégées du vent grâces à ces murs épais. Mais la plupart sont plus hautes que les murailles, ce qui permet d’admirer l’océan depuis les terrasses.

Sidi Kaouki, le paradis des surfeurs

A 20 kms d’Essaouira, par une route bordée d’arganiers, on atteint Sidi Kaouki, autre spot de surfeurs, qui fut célèbre dans les années 60 car Jimi Hendrix y séjourna.

Son marabout directement face à la mer est délabré, mais très séduisant. La grande plage est encore relativement déserte, on peut aussi faire des randonnées équestres.

Les îles

On peut aussi relier en une demi-heure de bateaux les îles purpuraires, qui abritent une réserve ornithologique, et l’île de Mogador où se trouvent les restes d’une grande prison, et où Juba II, roi de Maurétanie Tingitane, avait installé une fabrique de pourpre.

La médina et le mellah sont pittoresques, et les échoppes des nombreux artisans arrêtent longtemps les touristes.

Essaouira : informations pratiques

Venir à Essaouira

Il y a depuis 2008 une liaison aérienne directe à partir de la France (le jeudi), mais le plus simple reste d’atterrir à Marrakech ou à Agadir et de rejoindre Essaouira par la route. Il faut environ deux heures et demie à partir de Marrakech, plus à partir d’Agadir, mais la route côtière, qui passe par le pays de l’arganier, est très belle et vaut largement les kilomètres supplémentaires.

Shopping, restaurants et hôtels à Essaouira

La médina et le mellah sont pittoresques, et les échoppes des nombreux artisans arrêtent longtemps les touristes. Essaouira est connue pour ses marqueteurs, qui travaillent notamment le thuya, le citronnier et le bois de rose, et pour ses orfèvres en argent, héritiers de la tradition juive. On trouve aussi des sculpteurs, qui tournent la loupe en statues grotesques ou en petits animaux.

Les tricots et les vêtements en laine sont aussi bien appréciés. Les mêmes causes (le travail en mer) produisant les mêmes effets, les vestes tissées d’Essaouira, reconnaissables à leurs motifs beiges et marrons et à leurs boutons de corne, sont un peu l’équivalent de nos tricots de marins.

Pour déjeuner de poisson, il y a le restaurant du port, juste à l’entrée. Sa terrasse offre une vue imprenable sur les remparts. Les petits restaurants de poisson sont quant à eux un peu chers. Il y a aussi de nombreux cafés agréables dans la medina.

Les hôtels s’égrènent le long de la plage. Les vrais riadssont rares à Essaouira, où les maisons se pressaient à l’abri des remparts. Dans les maisons traditionnelles, les chambres sont généralement petites, c’est le prix d’une belle vue sur la mer.

Météo et climat d’Essaouira

(C° et mm)TempératurePluies
Janvier1751
Février1838
Mars1841
Avril1836
Mai198
Juin203
Juillet210
Août210
Septembre223
Octobre2125
Novembre1974
Décembre1866

Les alizées inversent de façon curieuse le climat d’Essaouira, qui est souvent plus froide en été, alors que l’automne et le printemps sont particulièrement doux. Il y fait rarement très chaud ou très froid (bien que l’humidité, l’hiver, renforce la sensation de froid). Bien que située sur l’Atlantique, la ville a un climat méditerranéen semi-aride frais qu’on retrouve sur toute la côte de l’Afrique du Nord, du sud de l’Espagne, en Grèce, etc. mais aussi à la pointe du Cap, en Afrique du Sud.

La ville est quasiment toujours parcourue par un vent plus ou moins fort, et comme toute ville côtière, elle est humide.

A éviter au coeur de l’hiver…

Cette humidité peut imprégner les maisons abritées derrière les murailles dans la medina. C’est le seul inconvénient de la ville, dont la fraîcheur, par contre, est merveilleuse au coeur des étés chauds que connait le Maroc.

Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

"Mezgarne", c'est Marie-Aude, mais sous ce pseudonyme sont regroupés les articles qui avaient été publiés à l'origine sur le site de l'Oasis de Mezgarne, une activité touristique gérée de 2004 à 2015 avec son mari.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :