Le berbère en images : Anougoud – ⴰⵏⵓⴳⵓⴹ

0

Anougoud, c’est le mouton sur ses quatre pattes et la viande de la bête une fois tuée.

C’est un jeune mouton mâle, le mouton de l’Aïd, celui que vous allez entendre bêler dans quelques jours dans la cour ou sur la terrasse de l’immeuble, si vous habitez en ville, donc anougoud n’tfaska, le mouton de la fête.

Homme tirant un mouton par la corne à Casablanca

Le transport du mouton à grosse corne, ou mouton sardi : une “poignée” facile

Les espèces les plus savoureuses sont celles dépourvues de cornes, en tout cas c’est ce qu’on dit dans le sud. Mais le mouton sans corne n’est pas celui qui impressionne le plus les voisins ! Vous verrez donc rapidement ce qui compte le plus pour les familles autour de vous. Et le mouton à cornes a un avantage pratique !

Comme pour la plupart des bêtes, les animaux blancs ont plus de valeur, pour la qualité de la laine.

Il y a donc aussi ⴰⵥⵕⵕⵉⴼ,  azrrif, le mouton à tête blanche, et ⴰⴱⵔⵇⵉ, abrqui, le mouton à tête noire ou marron.

troupeau de moutons abrqui à tête marron sous un rocher dans le Mgoun

Joli troupeau de moutons à têtes blanches ou marron, dans le M’Goun

Dans la vie quotidienne, on parlera plutôt de :

  • Izimmer, ⵉⵣⵉⵎⵎⵔ, qui va plus spécifiquement désigner le bélier
  • Ahulli ⴰⵃⵓⵍⵉ
  • et Akrri ⵓⴽⵔⵔⵉ ou Arrag ⴰⵔⵔⴰⴳ, que j’ai très rarement entendus, en tout cas dans le Moyen-Atlas et la vallée du Draa.

Pour les filles aussi il y a beaucoup de mots :

Tilli, ⵜⵉⵍⵉ est le mot le plus courant, en tout cas pour les Aït Atta.

Comme pour les mâles, on distingue selon les couleurs, avec une petite distinction supplémentaire entre Tabrqiyt ⵜⴰⴱⵔⵇⵉⵢⵜ, la brebis à la tête tachetée de noir, et taɣcwit, ⵜⴰⵖⵛⵡⵉⵜ, la brebis à la tête toute noire.

Brebis à tête marron en train de boire dans le MGoun

Brebis à tête marron (ⵜⴰⵖⵛⵡⵉⵜ) en train de paître dans le MGoun

Ttasqqasbart, ⵜⴰⵙⵇⵇⴰⵙⴱⴰⵔⵜ est la brebis pénible, celle qui s’éloigne du troupeau pour marcher toute seule, et dont l’indépendance fatigue le berger ! En effet, le troupeau peut facilement décider de la suivre, juste parce qu’elle est la première à montrer une nouvelle direction.

On voit aussi Tahruyt ⵜⵀⵔⵓⵢⵜ ou Tahrucht ⵜⴰⵀⵔⵓⵛⵜ et Tikhsi ⵜⵉⵅⵙⵉ . Là aussi, ce sont des mots que j’ai rarement entendus, ils sont sans doute utilisés dans d’autres régions. Tikhsi, par exemple, est utilisé dans au moins deux tribus de la confédération des Aït Yafelman (les grands ennemis historiques des Aït Atta), c’est à dire chez les Aït Moghad (vers Goulmima) et les Aït Hliddou (à ne pas confondre avec les Aït Hadiddou, vers Imilchil).

Enfin, pour les agneaux, on utilisera :

Berger tenant dans ses bras un jeune agneau

Le berger et son tout jeune chevreau, ⵉⵍⵉⴼⵉⵖ

  • Izmer, ⵉⵣⵎⵔ , le petit de Izimmer
  • Ilifiɣ, ⵉⵍⵉⴼⵉⵖ, quand il vient de naître (et qu’on utilise aussi pour les chevreaux)
  • Ala, ⴰⵍⴰ pour l’agnelet (et qui désigne aussi le feuillage de l’année)
  • Aɛlluc, ⴰⵄⵍⵍⵓⵛ (qui désigne aussi le petit veau)
  • Alqqaɣ, ⴰⵍⵇⵇⴰⵖ  qui veut aussi dire “tendre”
  • Ikrou, ⵉⴽⵔⵓ qui veut aussi dire “enfant”

Selon le rite islamique, Anougoud – ⴰⵏⵓⴳⵓⴹ doit avoir six mois et la dentition d’un jeune animal, ou, au pire, être un mouton de l’année. Il est obligatoire qu’il soit sevré.

C’est donc aussi, “techniquement”, un agneau, en tout cas en français puisque l’agneau a moins d’un an, mais au Maroc, le mot n’est pas utilisé avec ce sens là.

Les pluriels

En berbère, les noms féminins sont aussi souvent des noms d’ensemble.

Trois moutons à la laine épaisse dans la montagne

ⵓⵍⵍⵉ, des moutons dans le Djebel Siroua, avec un agneau (ⵉⵣⵎⵔ) à gauche

  • Ulli ⵓⵍⵍⵉ va désigner les brebis, mais aussi l’ensemble des moutons, du troupeau.
  • Tattn ⵜⴰⵜⵜⵏ désigne uniquement les brebis, c’est le pluriel de Tilli, ⵜⵉⵍⵉ. Mais les Aït Moghad, qui parlent de Tilli, utilisent Ulli pour le pluriel, mot aussi utilisé par les Aït Atta.
Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

"Mezgarne", c'est Marie-Aude, mais sous ce pseudonyme sont regroupés les articles qui avaient été publiés à l'origine sur le site de l'Oasis de Mezgarne, une activité touristique gérée de 2004 à 2015 avec son mari.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :