Tous les articles qui parlent de Tan Tan

Aller à la liste complète des articles

Avec Tan Tan, on s’enfonce dans le désert et le grand sud, celui qui se perd dans le Sahara, aux confins de la Mauritanie.

La ville est établie dans une région où on a trouvé parmi les plus vielles statues façonnées par la main de l’homme (la Vénus de Tan-Tan , vieille de plus de 300.000 ans, a été trouvée sur les berges asséchées du Draa).

Aujourd’hui, Tan-Tan (et son port, à vingt-cinq kilomètres), concentre plus de 90% de la population de la province de Tan-Tan ; elle est la deuxième ville en importance de la province de Guelmim-Es Smara.

La ville est très connue pour son moussem, qui se tient chaque année, à l’été, classé au patrimoine mondial de l’humanité. Elle est assez proche du port de Tarfaya (d’où on peut partir pour les Canaries), et vit de la pêche, un peu du tourisme, et de l’industrie (on y construit un réacteur nucléaire et le Maroc a des plans pour développer l’énergie éolienne). L’armée y a aussi une présence très importante, ce qui apporte des revenus à la ville. Enfin, dans le cadre de la politique de développement du Sahara, les entreprises installées à Tan-Tan et autour bénéficient de nombreuses exonérations (par exemple, TVA).

Vivre ici Photo en noir et blancs de Marocains avec un Coran devant eux
0

En même temps que les 40 ans de la Marche Verte

Hier, le Maroc a donc célébré le quarantième anniversaire de la Marche Verte. Il est difficile, quand on ne vit pas ici, d’imaginer ce que représente la Marche Verte, Al Massira Al Khadra, pour les marocains. Cette annexion (presque) pacifique du Sahara arraché aux espagnols n’a pas d’équivalent dans notre histoire.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :