Le luxe adapté au nomadisme, cela donne la décoration marocaine

0

Salons marocains, zelliges, théières en argent ou en cuivre martelés, kilims berbères, objets en tadelakt… les codes de la décoration marocaine se sont invité au coeur des maisons européennes. Les touristes rapportent, heureux, quelques objets qui leurs permettent de se sentir un peu en vacances.

La décoration marocaine tire son originalité de ses origines, des multiples influences qui se sont fondues dans la nation marocaine : berbères et arabes, andalouses, juives… décoration de ville, adaptées aux riads luxueux, décoration du Sud, où les maisons sont conçues pour protéger des chaleurs harassantes, tandis que les meubles doivent pouvoir être transportés sous la tente, dans le désert…

Nomadisme, car on bouge dans la maison marocaine. Pendant longtemps, elle n’a pas eue, comme en France, des pièces adaptées à un usage particulier, mais des pièces adaptées à des saisons, salons d’été ou salon d’hiver sont laissés vides ou remeublés au gré du temps qui passe. Rustique ou ouvragé, le coffre est le premier meuble.

On bouge aussi beaucoup, le Sultan parcourt son royaume, les grands cheikhs vont entre les villes impériales et leurs kasbahs, les pèlerinages envoient les familles sur les routes pour vénérer un marabout.

Les familles du Sud sont réellement nomades. Vivre sous la tente n’exclut pas le luxe. Les tapis épais, les coffres de bois ouvragés qui contiennent orfèvreries et services à thé, les coussins constituent un ameublement complet dont on retrouve les codes dans la décoration marocaine actuelle.

Enfin, bien entendu, la décoration marocaine est née dans un pays musulman. Les espaces féminins et masculins sont séparés, ces séparations elles-mêmes sont un décor, précieux moucharabiehs des riads ou grillages des villes du sud, l’organisation des pièces est faite pour accentuer cette séparation.

Fontaine dans le patio d'un riad

Patio de riad, pavé de zelliges, orné d’une fontaine, avec ses grandes portes de cèdre ouvragé

Quand la décoration marocaine s’installe dans une maison, celle-ci est adaptée au pays. Les constructions de terre sont idéales dans un pays sec où le bois est de plus en plus rare. Pendant longtemps, les maisons des villes sont toutes constituées de ces pans de terre sèche élevés par des maalems, avec des toîts qui les protègent de la pluie. Dans les zones humides du nord, le chaulage régulier protège les murs, donnant ces teintes intenses, bleues et blanches, qui font des medina d’Essaouira ou de Chefchaouen, des espaces incroyablement séduisants.

Les sols sont couverts de zelliges et pas de planchers : on peut ainsi facilement les arroser l’été pour chasser la chaleur. Le bois, précieux, qu’il soit cèdre de l’Atlas ou thuya d’Essaouira, est réservé aux portes, aux somptueux panneaux décorés qui ornent les toîts de la Bahia ou aux volets intérieurs.

Le monde se modernise, le Maroc aussi. Le protectorat apporte un changement irréversible. Les architectes européens s’expatrient volontiers au Maroc, où ils ont plus de liberté pour créer. Ils construisent des immeubles aux lignes épurées, qui respectent le plus souvent les grandes bases de la décoration marocaine, avec toujours ces sols de carreaux ou de céramiques, ces immenses hauteurs sous plafond, cette recherche de la semi-obscurité qui protège elle aussi de la chaleur.

La modernisation s’accélère. Comme partout, la qualité artisanale se perd. Un beau sol en zellige est recouvert d’un parquet flottant rapidement clipsé, les villas touristiques jouent les immenses baies vitrées…

La décoration marocaine s’exporte. Aux Etats-Unis, au Mexique, en France, en Espagne, on construit des maisons “marocaines”, on décore des lofts comme des salons marocains.

Salon en marqueterie de nacre

Ce salon en marqueterie de nacre est vendu aux Etats-Unis

Les designers marocains actuels créent des objets superbes, jouent sur les codes décoratifs, entre tradition et modernité. C’est ce monde que nous vous proposons de découvrir avec nous !

Partager.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :