Agadir, la citadelle blanche

0

Une ville moderne

Agadir tire son nom d’un mot berbère signifiant village ou grenier fortifié.

Au départ c’est un village de pêcheurs berbères, fortifié, et utilisé par la tribu des Ksimas. Dans ce « Porto Meseguinam », les marins portugais se livrent alors à la piraterie et à la contrebande. En 1505, João Lopes de Sequeira construit un fortin au pied de la colline, pour interdire l’accès à la rade, et en 1513 le roi Manuel I° officialise cette prise de pouvoir en rachetant le fort, et en installant une garnison. Agadir s’appelle alors Santa Cruz de Cabo de Aguer (du Cap du Gué), et sécurise les routes terrestres et maritimes du trafic de l’or et des esclaves (Soudan, Guinée…)

Kasbah agadir

L’ancienne Kasbah d’Agadir Ouellfa, avant le tremblement de terre

Mais les tribus de la régions s’unissent, sous l’autorité des Saâdiens, et, le 12 mars 1541, après six mois de siège, les portugais capitulent et abandonnent Agadir. La région passera en dissidence à l’arrivée des Alaouites qui, en représailles, une fois leur autorité restaurée, fermeront Agadir.

La ville renaîtra à l’entrée des Français, en 1913. La station touristique la plus fréquentée du Maroc compte alors moins de 7.000 habitants ! Avec l’Aéropostale, et surtout avec la pêche (Agadir dispute à Safi le titre de premier port sardinier du monde), la ville prend son essor, brutalement arrêté le 29 février 1960 avec un tremblement de terre meurtrier (plus de quinze mille morts) et destructeur.

Agadir a été presque entièrement détruite, et reconstruite à neuf, à partir de 1962, sur un terrain sismiquement sûr. La reconstruction a été planifiée, organisée, et le patrimoine architectural d’Agadir, méconnu, reflète cette planification, avec de nombreux bâtiments typiques de l’architecture brute des années 1960.

Poste centrale agadir

La poste centrale d’Agadir, bâtiment de Jean-Michel Zevaco

C’est aujourd’hui une station balnéaire moderne, internationale, où les enseignes allemandes, anglais et même russes se mêlent aux panneaux en français et en arabe, animée, qui se différencie peu de celles qu’on pourrait trouver partout en France ou en Espagne. Il ne reste rien des constructions portugaises, et seulement quelques fortifications de l’ancien agadir berbère.

Tikida beach agadir

Un des hôtels du front de mer

Agadir a d’autres activités que le tourisme : c’est un grand port de pêche, notamment sardinier. C’est aussi le centre commercial du Sous, où arrivent les productions des grandes fermes de la région (tomates, fruits, légumes), qui sont ensuite envoyées par camion en Europe. Enfin, c’est une ville universitaire importante. Tout cela lui donne une réelle animation, et il est possible de vivre aussi à la marocaine à Agadir.

Photos d’Agadir et des environs

 

A visiter à Agadir et autour :

La citadelle

Les remparts anciens ont été reconstrits sur les hauteurs d’Agadir, la citadelle rappelle l’ancienne medina. De là haut, on a une vue superbe sur la baie et sur les 6 kilomètres de plage. Le reste du site a été aplani au bulldozer après le tremblement de terre, et est en fait une immense nécropole.

La medina

Entièrement reconstituée dans les années 1990, la medina d’Agadir est une reconstitution réussie qui abrite une centaine d’artisans de qualité. A visiter, en évitant les cars des voyages organisés.

La medina reconstituée de Coco Pollizzi

La “medina” est une reconstitution touristique, elle n’est pas habitée

Le Crocoparc

Lieu original et unique au Maroc, le Crocoparc d’Agadir regroupe des centaines de sauriens, d’iguanes, de tortues, de pythons, d’anacondas et même de ouistitis. Il propose aussi des promenades dans un immense jardin botanique organisé par thèmes (cactus, succulentes bleues, etc.) et des activités comme de l’accro-branche.

Un iguane vert et jaune en position de surveillance dans le jardin des cactus

Un iguane surveille les visiteurs

Tiznit et Aglou

A environ une heure d’Agadir se trouve Tiznit, la capitale des orfèvres en argent du Maroc. Une petite ville tranquille qui a peu de véritable intérêt en dehors des échoppes des bijoutiers. Mais à 15 km au nord se trouve la petite ville d’Aglou, avec sa superbe côte, et les petites cabanes de pêcheurs accrochées au bord de la plage.

La plage et les cabanes de pêcheurs d'Aglou

En dehors de la haute saison, Aglou est une plage agréable et vide

Imouzzer des Ida Touatane

En hauteur, dans l’Anti-Atlas, Imouzzer est un petit village berbère qui abrite de superbes cascades. Le chemin est facile, aménagé (et bien encombré le week-end). Les cascades elle-mêmes sont très belles, et cette excursion, qui se fait en une demi-journée, permet de sortir agréablement de l’ambiance balnéaire d’Agadir.

La réserve du Sous Massa

Réserve ornithologique où passent de nombreux oiseaux migrateurs, elle se visite de préférence avec un guide. A certaines époques (notamment en période de nidification) l’accès peut être limité.

Agadir : informations pratiques

Venir à Agadir

Agadir est une des deux plus grandes destinations touristiques au Maroc, avec Marrakech. Il est donc facile de trouver des vols pas chers pour Agadir, surtout en basse saison, les compagnies régulières, comme la RAM et Air France étant fortement concurrencées par les lows-costs, Corsair, TUI, Easy-Jet, Transavia, Atlas-Blue… organisez vous à l’avance, et prenez le temps de chercher la bonne affaire.

Le trajet en voiture peut être assez long, l’embranchement autoroutier à partir de Marrakech a été ouvert, néanmoins la traversée de la France à Agadir, vie l’Espagne et Tanger doit se faire en plusieurs jours.

Les bus de la CTM desservent bien Agadir. C’est d’ailleurs la seule possibilité en transport en communs, puisque le train ne descend pas au sud de Marrakech. Mais un jour le TGV vous permettra de faire Tanger – Agadir en direct !

Shopping, restaurants et hôtels à Agadir

Des sardines dans un panier de pêcheur

Fraîchement pêchées, des sardines dans leur panier, sur le port

On trouve de tout à Agadir, les hôtels de luxe, les hôtels-golf, le long de la corniche, les petits hôtels pas cher, et les hôtels-appartement où on peut louer une grande chambre avec salle de bain et kitchenette pour environ 250 dirhams / jour en morte saison. Il est aussi relativement facile de trouver des appartements chez les particuliers, souvent loués au noir, là aussi à des prix assez bas.

Pour les restaurants, notre préférence va aux petites grillades de poisson, au port. Attention… quelques restaurants se sont installés juste à l’entrée, il faut les dépasser pour entrer dans un grand espace remplis de tables avec des bancs. Chaque échoppe propose ses grillades, “samak mechoua” (poissons grillés ou frits) à des prix très bas. Il suffit de choisir une table qui vous plait, et de commander… le plat sera abondant.

Il y a peu de shopping typique à Agadir. Sauf peut être justement dans la medina, qui regroupe des artisans de qualité.

Météo et climat d’Agadir

(C° et mm)Temp. minTemp. maxPluiesHeures de soleil
Janvier920468
Février922438
Mars1122309
Avril12242510
Mai1524310
Juin1626010
Juillet182709
Août182709
Septembre172739
Octobre1526258
Novembre1223538
Décembre820617

Déjà bien au sud, Agadir bénéficie d’un climat remarquable, avec une moyenne de plus de 300 jours de soleil par an, un hiver doux et ensoleillé…

On peut s’y baigner même en hiver, si ses eaux ne sont pas tropicales, elles sont nettement plus chaudes que celles d’Essaouira !

Agadir a tout pour séduire, sauf peut être ses fréquents brouillards en été, et les coups de froids qui peuvent surprendre, au mois de juillet ou au mois d’août. En bord de mer, elle connait rarement les chaleurs écrasantes qu’on peut subir à Fès ou Marrakech.

Partager.

A propos de l'auteur

Avatar

Marie-Aude Koiransky est arrivée au Maroc en 2004. Elle s'est installée à Ouarzazate, avec son mari qui travaillait alors dans le tourisme, puis à El Jadida, enfin Casablanca. Pendant 10 ans, elle a parcouru le Maroc dans tous les sens "géographiques et sociaux". Elle gère une agence web qui propose des services de référencement et de création de sites et une société qui aide les lecteurs d'O-Maroc (et d'autres personnes) à s'installer au Maroc ou à y développer un projet professionnel. Elle intervient souvent sur des forums de voyage, et a voulu faire ce site pour centraliser les conseils aux expatriés. Diplômée de Sciences Po Paris en 1985, a a travaillé pendant plus de vingt ans dans des grands groupes internationaux (Apple, Ernst&Young et Bertelsmann) avant de s'installer au Maroc.

Répondre

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :