Trouver son adresse

10 Jan 2013 par Marie-Aude

Trouver son adresse

Hier j’ai surpris un de mes amis en lui expliquant que j’avais enfin réussi à être sûre de mon adresse, deux mois après avoir emménagé. ça l’a fait beaucoup rire, mais il ne voyait pas comment c’était possible.

En réalité, connaître son adresse exacte dans une ville marocaine peut être assez difficile, et se rendre à une adresse, tourner à l’équipée sauvage !

Les rues changent de noms

Souvent à l’Indépendance, les rues ont changé de nom. C’est normal, après tout pourquoi garder les noms des propriétaires ou hommes célèbres français ? Oui mais… d’abord elles n’ont pas changé de nom qu’une fois. Et puis quand même, comme on connaissait bien leur nom français, on l’a gardé.

Une adresse au Maroc, et particulièrement dans les grandes villes, c’est souvent

L'ancienne rue Ledru Rollin n'est plus la rue du 6 novembre

L’ancienne rue Ledru Rollin n’est plus la rue du 6 novembre (le nom est barré… mais quel est le nouveau nom officiel de la rue ?)

Rue El Khettani, anciennement rue de l’Istliqual, anciennement rue Jean Morin

Angle du Boulevard Très connu et de la rue moyennement connue

Quartier un tel

Tel ville

… sans code postal !

La première épreuve pour les européens, c’est donc d’abandonner le réflexe du « plan ». En dehors des très grandes villes, il n’y a pas de plan.

Il suffit d’ailleurs d’aller sur Google Maps pour se rendre compte des « trous » dans le plan.

Les noms des rues sont écrits en français

Mais le problème, c’est que de nombreux marocains n’écrivent pas très bien le français.

Bon si je devais écrire l’arabe, ça serait pire, bien sûr.

Ils écrivent les noms de rue « comme ils les entendent ». C’est encore plus difficile.

Un exemple : l’adresse de ma banque.

Ma banque est à l’angle d’une grande avenue et d’une petite rue. L’avenue c’est Mohamed V, pas de problème tout le monde écrit ça de la même façon.

En France, il y aurait une adresse avec « Banque Populaire, n° 45 avenue Mohamed V ».

Ici on fait autrement.

« Banque Populaire

Angle Avenue Mohamed V et rue Serkof ».

Quand j’ai vu ça je me suis dit « bizarre un nom russe ».

Et j’ai cherché la rue Serkof sur le plan. Cherché, cherché, cherché, visuellement remonté, redescendu l’avenue dans les deux sens.

Rien trouvé.

J’ai repris la carte de visite de ma banquière, il y avait marqué « Rue Sarcof ».

A Marrakech, la rue Majorelle devient la rue Saint Laurent

A Marrakech, la rue Majorelle devient la rue Saint Laurent

Ça c’est très marocain. La même personne (la banque) va écrire sa rue de deux façons différentes.

Finalement, j’ai pris le point GPS.

Sur le plan, la rue s’appelle Robert Surcouf !

Les nouveaux quartiers : les rues n’ont pas de noms

De Jacques Cartier à Ahmed Faris

De Jacques Cartier à Ahmed Faris

Dans beaucoup de villes, les quartiers sont « lotis » sur plan. Dans ce cas, les parcelles sont numérotées. La plupart du temps, une maison = une parcelle, mais dans certains cas, un propriétaire peut acheter deux parcelles voisines, ou scinder une parcelle avec deux entrées indépendantes.

Les parcelles ne sont pas réellement numérotées par « rue », mais plutôt en suivant un découpage du terrain en quadrillage.

Les maisons sont construites, les habitants entrent chez eux. Le terrain est une alternance de parcelles vides, de constructions en cours, pour longtemps, et de maisons construites.

Il n’y a pas encore beaucoup de commerces, le facteur ne passe pas. Les voies n’ont pas de nom.

Les maisons sont numérotées par rapport à la parcelle. Et cela peut rester comme cela pendant des années.

Quand on a de la chance, les numéros sont inscrits sur les maisons. Mais quand on arrive dans le « quartier », on n’a pas de plan de situation qui dit où se trouve tel numéro…

Dans les grandes villes, les plaques de rues sont souvent selon le modèle français (blanc sur fond bleu) pour les anciens noms de rue, et inversées (bleu sur fond blanc) pour les noms d’après l’indépendance. Cela fait beaucoup à lire !

Quand il y a une plaque de rue. Ce n’est pas toujours le cas !

Les mots pour s’orienter :

Rue de Tours ou Nichakara Rahal

La rue de Tours est devenue la Nichakra Rahal

Les voies, les lotissements :

  • rue : Zenqua
  • boulevard : Sharia
  • voie : Nahj
  • quartier : Hay

Les directions :

  • tout droit : Nishan (souvent dit nishaaaaaaaaaaan ou alors répété nishan, nishan, nishan pour donner une idée de la durée)
  • à gauche : alissen
  • à droite : alimen
  • en arrière : loure

Les points de repère :

  • le feu de circulation : lifeurouge
  • le croisement : croisma
  • le rond-point : ronpa
  • le pont : lkantra
  • la voie de chemin de fer : Saka d Lahdid
  • le panneau : lablaka

Les petits mots :

  • Monsieur : Khoya (en réalité cela veut dire « mon frère »)
  • S’il vous plait : Âafak
  • Merci : Choukran
  • Où est ? Fin ?

Par exemple :

Vous allez tout droit jusqu’au feu rouge et vous prenez la première rue à droite après.

Sir direct (nishan) hattal dow lifeurouge, okhod trik lawla dyal limin

Deux conseils

Ne pas hésiter à demander plusieurs fois son chemin. Il faut naviguer au plus près pour les itinéraires complexes, et redemander toutes les deux ou trois instructions.

Dans une ville, apprendre tout de suite à situer les grands quartiers et les grands axes. A Casablanca, par exemple, les quartiers Gauthier, Racine, Mâarif, Mers Sultan, les boulevard Roudani, Zerktouni, l’avenue des F.A.R. … sont des incontournables.

Articles liés
Partager
2 Commentaires
  1. Marcel P

    C’est déjà pas mal que le nom des rues soit inscrit en alphabet « européen » ( je ne sais même pas comment notre alphabet s’appelle tiens, quel inculte je fait ! ), parceque je me vois mal taper une adresse sur un gps en caractères arabes, ça doit être tout simplement un casse tête énorme !!!

  2. Bernard

    Ça c’est clair : Je n’ose même pas imaginer :)

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères disponibles (vous êtes en train de faire un commentaire, pas un article de blog, soyez concis pour conserver le plaisir de la lecture)