C’est le système qui est comme ça, les plaisirs administratifs au Maroc

30 Jan 2019 by Bernard R.

C’est le système qui est comme ça, les plaisirs administratifs au Maroc

Le paiement de mes factures Lydec de ces deux derniers mois a été l’occasion d’une discussion digne de Père Ubu avec l’employé du call center de la Lydec – au demeurant très gentil et conscient de l’absurdité du mode opératoire qu’il m’imposait.

Tout est parti d’un avoir. Lydec revoit ses factures estimatives, je bénéficie donc d’un avoir de 280 dirhams sur ma facture d’électricité, et j’ai une facture d’eau de 38 dirhams, montant net « à payer » : -242 dirhams.

Je range donc tout ça, quand je reçois un SMS de rappel de la Lydec m’enjoignant de payer ma facture. Mais je n’ai rien à payer…

Prudente, j’appelle quand même le service client, qui m’apprend que je dois me déplacer en agence avec une carte d’identité pour demander l’utilisation d’un avoir, et que, en attendant, je dois bien payer mes factures (donc mes 38 dirhams) sous peine de coupure.

C’est le système qui veut ça.

Comme je n’avais absolument pas le temps d’aller en agence, je vais sur le site internet pour « payer », mais le total était bien de -242 dirhams.

Il a donc fallu décocher l’avoir, pour arriver à avoir un montant correct à payer, de 38 dirhams.

 

Ce mois ci, j’ai une facture en tout légèrement supérieure à mon avoir.

Chic, je vais sur le site.

Et là… impossible de « sélectionner » l’avoir pour l’inclure dans le montant à payer.

Donc la Lydec m’oblige à aller en agence pour bénéficier d’un avoir qu’elle a comptabilisé sur mon compte, et dont elle me refuse l’imputation sur une facture qu’elle émet à mon ordre…

Lydec mon amour, mon très cher amour (oui, très cher, parce que la Lydec ça coute cher, article en préparation).

 

Related Posts
Share This

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères disponibles (vous êtes en train de faire un commentaire, pas un article de blog, soyez concis pour conserver le plaisir de la lecture)