Le premier pont haubané du Maroc traversera le Bouregreg

19 Juil 2014 by Reda Benkhadra

Le premier pont haubané du Maroc traversera le Bouregreg

Prévu en fin 2015, ce pont sur le Bouregreg sera premier pont à haubans au Maroc et le plus grand d’Afrique, après celui du Canal de Suez.

L’autoroute de contournement de Rabat

Depuis plusieurs années, la ville de Rabat a bénéficié de grand travaux visant à désengorger son trafic automobile, et particulièrement la liaison Rabat-Salé par le pont du Bouregreg. Son élargissement, la mise en place de la première ligne de tramway moderne du Maroc ont déjà permis de diminuer de façon notable les embouteillages quotidiens et monstrueux que subissaient les R’batis aux heures de pointe.

La deuxième étape, essentielle, est l’autoroute de contournement, qui permet non seulement de diminuer le trafic intérieur, mais d’éviter en particulier le transit de marchandises, avec des camions qui sont loin d’être écologiques au Maroc !

Ce pont haubané en est un ouvrage essentiel : il va permettre de relier la ville de Rabat aux autres grandes villes du Royaume en faisant la jonction avec les principales autoroutes : Casablanca, avec le prolongement vers El Jadida et Marrakech en direction du sud,  Fès vers l’Est et Tanger vers le nord.

Un ouvrage d’art de 950 mètres de longueur

Alors que le pont du Canal de Suez (qui date des années 90) ne fait « que » 70 mètres de hauteur, le pont à haubans du Bouregreg va culminer à 200 mètres.

En ce qui concerne la longueur, il faut savoir que le point du Canal de Suez est en réalité composé de trois ouvrages, avec deux avant-ponts, qui permettent de monter à 70 mètres avant de traverser le Nil. Si la longueur totale de l’ouvrage fait 3,9 kilomètres, le pont principal ne fait « que » 730 mètres, alors que le pont du Bouregreg quasiment atteindre le kilomètre : il mesurera en effet 950 m de longueur.

Coupe longitudinale du pont du Bouregreg

Le profil du point © Setec-TPI

La différence entre les deux ouvrages s’explique aisément par les conditions géographiques : construit en terrain plat, le pont du Canal de Suez a pour objectif de surélever la route pour permettre le passage des bateaux. Le pont du Bouregreg, lui, est construit dans une région avec du relief, et a pour objectif de traverser une vallée fluviale encaissée et large.

Le pont permettra le passage de trois voies dans chaque sens. En effet, le tablier portera 3 travées de 183 m, 376 m et 183 m de long, dans chaque sens et sera supporté par 2 fois 20 paires de haubans (câbles) espacés de 8 m et est disposé en deux nappes latérales.

Une recherche architecturale et esthétique

Au delà de l’aspect technique, les cabinets d’études ont aussi fait preuve de créativité esthétique. Par rapport à des pylônes classiques, les deux grands pylônes du pont sont sont très aérodynamiques et élancés.

On peut en voir un ici, à la fois en tant que maquette réalisée par Nicolas Rubio, et en cours de construction.

Deux vues des pylones du pont haubané

Pylône du pont à haubans du Bouregreg : maquette et construction

Des délais ambitieux

«On respectera le délai de réalisation fixé à 2015, malgré le fait que ce genre d’ouvrage connaît souvent des aléas»

a souligné Aziz Rebbah, ministre des transports et de l’équipement et de la logistique.

En réalité, le projet s’inscrit dans le cadre d’un contrat-programme de longue durée, de 2008 à 2015. Les études préalables ont commencé en 2008. Le marché de la construction a été attribué au groupement d’entreprises chinoises Covec & Mbec, qui devaient commencer la construction à la moitié de l’année 2010, ont pris un certain retard, puisque l’inauguration du chantier a eu lieu de 18 février 2011.

De nombreux obstacles, à la fois techniques et budgétaires – les deux vont généralement de concert – ont donc conduit à une réévaluation des plannings, avec un nouvel objectif pour fin 2015, alors que la livraison initiale était prévue en 2013.

L’assistance technique est franco-marocaine, avec le laboratoire LPEE. Le budet initial est de 56,5 millions d’euros, il atteindra finalement les 700 millions de dirhams (hors expropriation). Le reste du projet autoroutier, quant à lui, avait pour budget initial 165 millions d’euros.

La vidéo est en arabe (elle est reprise du journal d’Al Aoula), mais elle permet de voir les dimensions impressionnantes de l’ouvrage !

 

Plus d'informations

Sur la carte

1 Comment
  1. Bernadette

    je trouve que ce pont est d’une beauté extraordinaire et l’architecture est passionnante.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères disponibles (vous êtes en train de faire un commentaire, pas un article de blog, soyez concis pour conserver le plaisir de la lecture)