Marcelline découvre Marrakech

8 Fév 2013 par Marie-Aude

Marcelline découvre Marrakech

Petit préambule : Marcelline n’est pas la femme de Marcel, mais son double féminin. Marcelline peut avoir n’importe quel âge : soit très jeune, adolescente, jusqu’à 23 – 25 ans, environ, soit nettement plus mûre. Entre les deux, elle est souvent la cible de choix de beaux jeunes hommes bleus, à la recherche de financement de leur entreprise, ou d’un visa.

Notre Marcelline du jour est québecoise, originaire de Chicoutimi. Une « grande petite ville » de province, au fond du lac Saint Jean. Il y fait particulièrement froid l’hiver, et Marcelline a décidé de se réchauffer au soleil marocain. C’est un grand voyage, d’habitude les nord-américains descendent plutôt passer l’hiver en Floride ou en Californie, mais Marcelline est curieuse, et à la recherche d’exotisme. Pour leurs dix ans de mariage, elle et son Jean s’offrent donc ce grand voyage, laissent les enfants chez les grand-parents, et embarquent à Dorval pour un second voyage de noces. Délestés de plus de « deux mille piasses », ils mettent enfin le pied, heureux, sur le tarmac de l’aéroport à Marrakech, découvrant avec délices à quel point il y fait chaud.

Comme prévu sur internet, le chauffeur du riad les attend les voilà partis pour des vacances de rêve.

Hélas, les choses se dégradent très vite.

Est-ce le changement de climat, la fatigue des huit heures de vol, trois heures de transit à Casablanca qui se sont transformées en six heures à cause de quelques retards d’Air Maroc, ou tout simplement le changement alimentaire ? Jean est cloué dans la chambre au bout de quelques heures par une tourista sévère qui lui interdit de s’éloigner des commodités.

Il envoie donc Marcelline explorer seule Marrakech. Ils feront la romantique promenade à calèche au retour, c’est tout.

Marcelline est un peu plus résistante que Jean à la nourriture locale. En revanche, sa peau de blonde nordique, mal protégée, résiste mal au soleil, et elle se retrouve extrêmement rapidement avec des épaules rouge vif, nuance homard étouffé, et très douloureuses.

Marcelline fait aussi la découverte de la drague à Marrakech. Sa culture de nord-américaine est choquée par la brutalité du Marrakchi de base, les attouchements qu’on lui impose dans les rues bondées des souks, autour de Jemaa Fna, et les propositions incessantes. Ca l’a amusée qu’on l’appelle « la gazelle » exactement trois minutes et demie, et maintenant elle en a assez. Elle ne peut pas profiter de la ville, elle se sont obligée de courir quasiment, pour ne pas être abordée en permanence. Il n’y a finalement que dans les musées et les monuments qu’elle se sent tranquille.

Mais Jean et Marcelline ne sont pas vraiment des « intellectuels », leur truc c’est la nature, et ils ont choisi le Maroc pour comparer leur désert blanc avec les dunes du Sahara.

Heureusement, le soir, au riad, leur hôtesse les rassure. C’est comme ça à Marrakech, mais dès qu’ils sortiront de la ville, et qu’ils descendront, comme prévu, vers Ouarzazate et Merzouga, ils verront tout autre chose. Le « vrai » Maroc, celui où les gens sont chaleureux et hospitaliers. Elle étale généreusement de la biafine sur les épaules quasiment à vif de Marcelline, en lui donnant des conseils pour le reste du voyage, plus se couvrir, ça protège à la fois du soleil et la pudeur des marocains, et les rassure.

Le matin, ils avaient pensé décaler le début de leur excursion d’une journée, pour permettre à Jean d’être complètement d’attaque. Mais Marcelline n’a aucune envie de revivre une seconde journée seule à Marrakech, et puis le riad est plein. Lesté d’imodium, de Coca Cola, d’Oulmès au sirop de menthe et de pastilles contre la nausée, à cause des tournants de la route, Jean et Marcelline vont donc partir à l’assaut du désert !

Le lendemain matin, Jean est reposé, et dans un état stable. Il n’a vraiment pas faim, et s’autorise juste un thé avant de partir. Abdul, leur chauffeur, est venu les chercher à la porte du riad. Il fait un joli compliment à la gazelle, ça commence déjà à énerver Marcelline, mais pour le reste il est discret et réservé, et finalement, enfin, le second voyage de noces de Jean et Marcelline devient agréable !

 

La semaine prochaine, la suite des aventures de Jean et surtout de Marcelline, dans le sud…

Articles liés
Mots clés
Partager

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères disponibles (vous êtes en train de faire un commentaire, pas un article de blog, soyez concis pour conserver le plaisir de la lecture)