Vivre et travailler au Maroc : exploiter un riad à Marrakech

23 Août 2013 by Marie-Aude

Vivre et travailler au Maroc : exploiter un riad à Marrakech

Bonjour Yolande, nous nous sommes rencontrées il y a pas mal de temps sur un forum de voyage, mais peux-tu te présenter brièvement pour les lecteurs d’O-Maroc ?

Bonjour, je suis arrivée au Maroc il y a 5 ans pour y vivre définitivement. Changer de vie nous travaillait depuis longtemps, mon mari et moi, mais n’ayant pas encore l’âge de la retraite il nous fallait trouver une activité professionnelle en attendant.

Nous venions au Maroc en vacances chaque année, et donc ce pays s’est imposé naturellement à nous. Les enfants étaient indépendants, c’était le bon moment pour le faire.

L’achat d’une maison d’hôtes allait nous permettre d’allier une activité et le plaisir de pouvoir vivre enfin dans ce pays. Nous avons acheté un riad dans la médina de Marrakech dans lequel nous habitons toute l’année ( nous occupons un étage rien que pour nous ) puis un deuxième dans le même derb, juste en face, un an après.

Et avons créé une SARL pour en gérer l’activité commerciale.

Pourquoi as tu choisi le Maroc, et, au Maroc, précisément Marrakech ?

On a choisi le Maroc car nous avons eu le coup de coeur pour ce pays en y venant en vacances il y a 25 ans. Depuis, on y revenait chaque année, sous différentes formes.

J’ai toujours aimé les villes et en particulier les médinas, et l’architecture et les décorations de ces maisons s’articulant autour du patio nous attiraient particulièrement.

On a d’abord prospecté à Fès, car on y trouve de très belles maisons, mais la plupart ne sont pas titrées compliquant les transactions. On a donc atterri à Marrakech où les formalités d’achat ont été bien plus simples.

Le Maroc a beaucoup d’atouts pour nous Français car c’est un pays francophone, à 3 heures d’avion de France sans décalage horaire. Marrakech est une ville très touristique, dont on parle dans les médias en Europe, donc se prête mieux qu’une autre à ce type d’activité.

Le climat sec est très agréable, et la ville est suffisamment importante pour trouver à peu près tout ce dont peut avoir besoin un expatrié, notamment l’offre de soins médicaux, les commerces, et les liaisons aériennes avec la France facilitant la venue à un coût raisonnable de la famille.

Personnellement je ne suis pas concernée par les problèmes de scolarité, mais il y a aussi un lycée français.

En plus l’emplacement de cette ville, à une heure de la montagne et à 2 h 30 de la mer, est un atout indéniable.

Quels sont ton pire et ton meilleur souvenir, l’année de ton installation ?

Venir vivre dans un pays est bien évidemment très différent d’y venir en touriste… On découvre ça sur place. Il faut comprendre et s’adapter à la mentalité des habitants du pays. C’est peut être ça qui déroute le plus la première année. Indiscutablement le temps n’a pas la même valeur ici au Maroc qu’en Europe, ça agace beaucoup au début, mais on s’y fait, et je dirais même qu’on prend le même rythme !

Mon pire souvenir ? Les premières démarches pour obtenir ma carte de résidente ! Tous les documents de ma société n’étaient pas encore totalement établis et il m’a fallu revenir un nombre incalculable de fois : il manquait toujours quelque chose, ou avec le temps une copie devenait périmée, il fallait la refaire avec les queues à chaque fois pour les faire certifier !

Je n’y étais pas préparée et ça a été une véritable épreuve pour moi !

Mon meilleur souvenir ? La gentillesse et la chaleur de l’accueil des habitants de mon derb. C’est sûrement une des choses que j’aime le plus au Maroc : la simplicité des relations. Ici pas besoin de connaître son voisin pour lui parler ! Toujours un bonjour, un sourire et les déplacements à pied en médina facilitent cela.

Et être français à Marrakech, c’est comment ? Est-ce qu’on ressent une ambiance « anti européen » ? Est-ce que tu vis « entre Français », ou est ce que tu as pu faire des vraies rencontres avec des marocains ?

Je crois qu’il y a plusieurs façons de vivre à Marrakech… Certains habitent dans des quartiers européens ( Guéliz, Palmeraie par exemple ) sans jamais venir en médina et ont donc forcément des relations différentes avec les habitants.

Moi je vis totalement immergée en médina puisque j’y travaille et j’y habite, et je n’ai jamais ressenti d’ambiance anti français..

Il me semble que les riads transformés en maison d’hôtes sont plutôt bien perçus par le voisinage, car la nécessité d’améliorer l’éclairage des rues, la voirie, leur profite aussi. Je vis en parfaite entente avec mes voisins, avec les commerçants de proximité, mais la différence de niveau de vie et de culture fait que nos principaux amis restent français.

Les Marocains avec lesquels nous sommes plus amis, vivent à l’européenne et y ont souvent séjourné, et ils habitent, eux, en ville nouvelle.

Vous avez un « riad », considères tu que vous êtes arrivés à une époque où tout était facile, ou bien est ce que c’était déjà difficile ? Et maintenant, est ce encore une bonne idée d’ouvrir un riad à Marrakech ?

Nous avons commencé notre activité un an avant le début de « la crise ». C’est vrai que tout était plus facile, les réservations tombaient toutes seules. L’offre d’hébergement en riad est devenue maintenant supérieure à la demande, l’effet de mode se tasse aussi, la concurrence est rude ( plus de 700 riads déclarés en médina de Marrakech ! ) tout cela rend l’activité dans ce domaine plus difficile à l’heure actuelle.

Un nouveau venu peut toujours faire sa place dans ce créneau s’il privilégie la situation et le service, l’accueil en particulier qui fait, je pense la différence. Car le produit « riad » est dans ce domaine différent de l’hôtel classique plus impersonnel.

Si tu devais donner cinq conseils à quelqu’un qui veut s’installer maintenant, ce serait lesquels ?

S’installer au Maroc en général ?

  1. Déjà prendre le temps de choisir son lieu de vie, c’est à dire la ville où on va se poser en louant pour quelques mois, au moins pour voir si on se plait à cet endroit ( accès, climat, environnement, infrastructures, distractions ).
    Séjourner éventuellement dans plusieurs endroits pour les découvrir à différentes saisons.
  2. Si on vient pour y travailler, faire une étude de marché, voir si il y a des besoins réels dans le domaine où on veut s’installer. Cela concerne le choix de la ville d’exercice, mais aussi du quartier ! Pour cela, il faut être quelques mois sur place permet de prendre contact avec la réalité du marché local, de discuter avec des gens qui font la même chose, de se renseigner sur les formalités administratives à venir et des contraintes qu’on aura.
  3. Ne pas se précipiter pour acheter son habitation, pour voir si on s’adapte au pays, à la ville, pour découvrir les différents quartiers, pour étudier les opportunités et découvrir les problèmes propres au Maroc ( titrage, copropriété ) Donc louer un an au départ me parait sage. 
  4. Essayer de comprendre comment fonctionnent les Marocains et accepter qu’ils aient une mentalité différente. Une société peut fonctionner avec la rigueur européenne, mais des adaptations locales sont obligatoirement nécessaires. Rien ne sert d’imposer, il faut composer.
  5. Le temps ici n’a pas la même valeur, mais tout finit par se faire ! Quand on a compris ça, tout devient plus facile… Mais il faut aussi soi même prendre le temps de bien préparer son expatriation.

Ne pas s’expatrier parce qu’on est mal en Europe, mais parce que on se sent bien au Maroc !

Maintenant que tu connais bien le Maroc, est ce qu’il y a encore des choses dans la culture marocaine qui te surprennent ?

Je m’étonne moins maintenant, et heureusement ! Ça prouve que je commence à connaître un peu ce pays que j’aime. Mais j’ai encore beaucoup de choses à découvrir et à comprendre. Alors oui, je suis encore parfois surprise ! Ne serait ce que par leur débrouillardise et leur imagination sans bornes …

 

Merci beaucoup !

Pour ceux qui voudraient suivre ton conseil, et venir faire des visites de reconnaissance à Marrakech, voici l’adresse et les coordonnées de ton riad au coeur de Marrakech :

Dar Maison Do et Riad Maison Do

Téléphone pour te joindre : +212(0) 6 10 40 31 93
Email : jakcoeur@gmail.com

1 et 21 Derb Hajjama, Ben Salah, à environ 10-12 minutes de la place Jemaa Fnaa

Sur la carte

Related Posts
Share This
4 Comments
  1. Pizzi Lidia

    bonjour mon nom est lidia, je suis heureux d’avoir lu ce que vous avez écrit, pense comme vous. J’espère être bientôt en mesure de faire quelque chose comme ça aussi, peut-être de commencer à louer une maison hôtels.Je vis en Italie, il ya une crise, mais les vrais Maroc raison et amour, ma situation financière n’est pas forte, mais le désir et l’enthousiasme pour essayer de forte. Ciao grazie. Merci

  2. Abdellatif

    Bonjour LiDIA
    Je suis très content,d’entendre des gens comme vous de parler bien sur mon pays le Maroc
    C’est vraie qu’ici ,la vie est différente pas comme en Europe,
    Mentalité ,habitudes,climat,infrastructure ,mais des que tu reste plus longtemps ,tu ne pensera plus de retourner à ton pays ,surtout c’est tu implante a marrakech ,
    Moi je suis originaire de cette ville,
    J’ai passé 6ans en Espagne ,à cause de la crise je me suis retourne à mon pays pour vivre avec ma famille
    Actuellement je travaille dans un Riad,avec une française ,très sympathique,elle eu ce Riad même. Pas un An ,ça marche bien ,et avec un peu d’argent ,c’est un contrat de gerence ,
    Elle est contente de rester ici ,maintenant elle a commencé d’apprendre notre dialecte

  3. Sylvie Richard

    Bonjour, je suis québécoise. Je suis une personne handicapée. Je voudrais aller passer environ 6 mois ou plus par année à Marrakech. Je cherche un endroit tranquille avec de la verdure et idéalement une piscine. Ah oui, cela me prendrait un rez de chaussez ou un ascenseur. Je ne suis pas fortunée, mais j’aime la qualité :-) J’aimerais aussi engager une préposée. Auriez-vous des références pour moi ? Merci ! Sylvie

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères disponibles (vous êtes en train de faire un commentaire, pas un article de blog, soyez concis pour conserver le plaisir de la lecture)