Quatre business à ne pas monter au Maroc

17 Juil 2015 par Marie-Aude

Quatre business à ne pas monter au Maroc

Vivre au Maroc, c’est bien, mais encore faut-il gagner sa vie (sauf si on est retraité ou expat envoyé par sa boîte).

Face à cette dure réalité, et à l’évolution économique actuelle, voici la liste des quatre idées d’activité à mettre à la poubelle dès qu’elles font surface.

Pour certaines « ça eu marché » pour d’autres mais c’est trop tard, ça n’a jamais marché, et voilà pourquoi.

Un riad à Marrakech (ou ailleurs)

Un jour, un mec a fait une émission sur M6 en expliquant à quel point les riads augmentaient de valeur, d’année en année, le marché était florissant, les touristes nombreux, etc.

Cette émission et ses petites soeurs ont alimenté la bulle immobilière. Celle-ci a commencé à se fissurer vers 2010, sans que cela se voit trop, les nouveaux candidats au rêve marocain permettant aux déçus d’absorber leurs pertes, de transmettre leur affaire sans que cela s’effondre. Mais cela devenait déjà difficile. Nous avions fait en 2011 le fixage d’une émission de Capital, un « follow up » du reportage initial, et les riads mettaient du temps à se vendre, certains étaient depuis plusieurs mois, voire un an sur le marché.

Les propriétaires de riad en venaient à demander des loyers irréalistes à leur gérant, que le chiffre d’affaires moyen peinait à couvrir, en retour, de nombreux propriétaires se sont fait arnaquer par leurs gérants (j’ai encore quelques histoires de Marcel à raconter).

Depuis, avec une chute régulière de la fréquentation touristique, que même les proclamations irréalistes du Ministère du Tourisme, choisissant avec soin « la quinzaine dans la ville où ça a bien marché » n’arrivent plus à masquer, la situation s’est encore tendue.

Patio intérieur d'un riad

Cour d’un riad de luxe (à Fès)

Avec une baisse de -45% sur les six premiers mois de 2015, les menaces daechiennes qui font fuir de nombreux touristes, le marché touristique au Maroc est en berne.

Aujourd’hui, investir dans un riad (ou une maison d’hôtes ou un hôtel) c’est arriver sur un marché en décroissance, avec une concurrence énorme dont une grande partie est nettement plus professionnelle que vous.

Investir dans un endroit « magique à découvrir » en se disant que la concurrence est moindre n’est pas une bonne idée non plus : parce qu’en pratique, personne ne viendra le découvrir. Etant donné le marché touristique, dites-vous une chose : s’il n’y a pas d’hébergement, c’est qu’il n’y a pas de client. Je ne connais AUCUN endroit au Maroc qui ne soit pas, actuellement, en surcapacité touristique.

Les conditions pour que ça marche, si vous y tenez vraiment  :

  • avoir beaucoup d’argent pour pouvoir investir sans être étranglé par les remboursements d’emprunts
  • avoir encore plus d’argent pour pouvoir faire un produit de luxe, les seuls qui tiennent bien face à la crise, et qui continueront
  • avoir une suffisamment bonne connaissance du Maroc pour pouvoir acheter une réelle bonne affaire
  • être un professionnel du tourisme (avant on n’avait pas besoin, maintenant si)

Ouvrir un call-center

Juste derrière « riad à Marrakech », il y a « call-center ».

Avec donc, les mêmes problématiques quant à l’abondance de l’offre.

Mais une grosse différence… alors que le gouvernement français n’a aucune réticence à laisser partir des touristes, ça l’ennuie fortement de voir le chômage augmenter avec un outsourcing régulier des fonctions de call-center.

Donc, depuis deux ans, le gouvernement français lutte pour le rapatriement des call-centers, et ça ne marche pas si mal.

Opératrice dans un call-center

Opératrice dans un call-center

La qualité de la main d’oeuvre marocaine est aussi un problème. Ces boulots épuisants, relativement mal payés, ne motivent absolument pas les marocains ayant fait des études, qui vous abandonnent à la première occasion. Or même les marocains ayant fait des études ne sont pas parfaitement bilingues. Autrement dit, un personnel suffisamment qualifié coûte très cher, car il est difficile à fidéliser. Et les contrats avec les personnels peu qualifiés intéressent de moins en moins d’entreprises.

Les gros marchés (assurances, caisses de retraites) sont déjà pris. Les sociétés qui n’ont pas les mêmes volumes ont des difficultés à séparer un call-center en deux, entre « qualitatif traité en France » et « non qualitatif en off-shore« , la logique économique n’est pas là face à la complexité de l’organisation.

Le manque de marocains parlant bien anglais ne permet pas d’ouvrir le call-center sur les marchés anglophones (où Malte, l’Égypte, sont déjà présents).

Par ailleurs, on ne peut pas « tout faire » dans un call-center marocain. En particulier, tout ce qui est lié à la voyance et au sexe, particulièrement rémunérateur, n’est pas conforme à la loi islamique, et des call-centers ont été fermés pour cela, sur l’accusation de prostitution des opératrices.

Enfin, Maroc Télécom n’est pas vraiment le partenaire idéal. Les lignes sont chères, en dehors de Casa la performance n’est pas toujours là. Ça commence toujours bien et un jour, hop, ça chute.

Les conditions pour que ça marche si vous y tenez :

  • être sur Casablanca, le centre économique du pays, ou dans sa grande banlieue pour diminuer le coût du foncier et des salaires (par exemple, à El Jadida)
  • venir avec un contrat en béton, suffisamment long pour que l’opération soit, au pire « blanche »
  • ne pas gérer à distance
  • ou alors faire un « coup » et partir avec la caisse… mais ceci est un autre type d’activité

Vendre des produits marocains en ligne

Idée a priori séduisante, vous êtes sur place, vous pouvez acheter au meilleur prix, sélectionner vous-même les bons artisans, profiter de la vague ethnique, du bio, de l’équitable, de la tendance mode qui valorise l’huile d’argan et le safran.

Assortiment de poteries dans un souk

Poteries traditionnelles marocaines

J’ai fait trois boutiques en ligne, pour trois clients différents, qui ont tous les trois échoués pour les mêmes raisons :

  • l’expédition en Europe est une expédition internationale, chère et pas rapide, avec un passage en douane ; on redécouvre à quel point l’union douanière en Europe, c’est génial !
  • les paiements en ligne au Maroc sont compliqués, par rapport à un contrat VAD en France, c’est cher, les solutions alternatives à Paypal comme Hipay ne sont pas toutes disponibles
  • les douanes coûtent cher, même sans taxes supplémentaires à l’importation, un dossier de transitaire en douane, c’est au minimum 120 €, il faut donc travailler sur des quantités importantes
  • sur certains produits (tout ce qui est bio), les certificats coûtent cher et les dossiers d’importation en Europe sont très complexes
  • et surtout, les clients ont peur de payer au Maroc et d’acheter à une entreprise marocaine face à laquelle ils se sentent impuissants en cas de litige
  • il y aura toujours un marocain pour ramener en douce dans ses bagages les mêmes produits et les proposer à 50% moins cher sur Ebay (normal, c’est au black)
  • la concurrence en ligne est, sur certains produits, aussi rude que pour les riads à Marrakech

Les conditions pour que ça marche si vous y tenez :

  • acheter au Maroc, expédier en Europe et vendre avec une structure française
  • trouver des produits originaux, de qualité, quitte à fabriquer, pour pouvoir vendre cher, sans comparaison directe, et absorber le coût des douanes
  • avoir un site vraiment professionnel et bien référencé, et passer du temps sur internet pour vendre votre marque (là je peux vous y aider)
  • travailler, réellement, en plusieurs langues, pour s’adresser à des marchés où la concurrence est moindre qu’en français et en espagnol
  • surveiller ses fournisseurs de très près, c’est presque comme en Chine, chaque livraison, chaque achat doit être vérifié (là c’est Bernard qui peut vous aider)
  • avoir le temps (et donc l’argent) pour attendre que les problématiques d’infrastructures disparaissent, les choses s’améliorent rapidement.

Agence immobilière ou promoteur immobilier

Beaucoup d’agences ont été montées par des immigrés français, qui avaient l’avantage de faire réellement l’intermédiaire entre

  • des clients européens complètement déboussolés face aux modes de négociations locaux, aux particularités juridiques, aux notions de terrains titrés ou pas, etc…
  • des vendeurs marocains pas toujours à même d’expliquer tout cela de façon claire, de vendre « à l’européenne », ou même préférant simplement profiter de la « caution » d’un agent immobilier dont le passeport rassurait

(ce qui, vu le nombre d’escroqueries et de marcellisation, n’était pas toujours justifié). En plus, la profession, au moins au début, n’était absolument pas réglementée, n’importe qui pouvant s’intituler samsar (intermédiaire) et mettre en ligne des annonces.

J’ai hésité à rajouter cette quatrième activité, car le marché de l’immobilier au Maroc ne connaît absolument pas la même crise que le marché du tourisme.

Main donnant des clés sur fond de medina de Chefchaouen

Agence immobilière au Maroc, une gageure

Néanmoins, dans le cas particulier d’une agence qui se tourne principalement vers une clientèle européenne :

  • le segment « touristique » du marché est en berne (cf « riad à Marrakech »)
  • les nouveaux arrivants n’ont pas le même pouvoir d’achat qu’avant ; il y a quelques années, on venait au Maroc pour « bien vivre », aujourd’hui on voit de nombreux européens chassés par la crise qui viennent au Maroc parce qu’ils ne peuvent plus se permettre de vivre en Europe ; par conséquent, ils achètent beaucoup plus rarement, se contentent de locations nettement moins luxueuses…. le marché se rétrécit sur ce segment
  • le segment le plus dynamique, c’est celui qui s’adresse aux marocains, de plus en plus demandeurs de logements de qualités, et aux MRE. Mais là, le fait d’être français n’apporte aucun avantage compétitif.

En bref, l’immobilier au Maroc est à la fois un secteur intéressant et un secteur très difficile, avec beaucoup d’arnaques, de difficultés juridiques et de concurrence. Un nouvel arrivant doit avoir une réelle compétence et quelque chose de plus pour arriver à faire sa place. « Contracté » par la crise, l’immobilier redeviendra sûrement un secteur intéressant, mais ce n’est pas le cas aujourd’hui.

 

Ne désespérez pas… il est toujours possible de bien gagner sa vie au Maroc. Dans le prochain article, quatre idées de business qui ont de très grandes chances de réussir !

24 Commentaires
  1. Gaspar

    Bonjour Marie-Aude.
    J envisagé de quitter la France et ouvrir une petit entreprise à agadir de sanitaire climatisation et chauffage, est que c est un nom marche, avez vous des conseils à me donner?
    Merci gaspar

    • Marie-Aude

      Bonjour Gaspar, il est vraiment difficile de répondre ainsi, en deux minutes. Par contre, bien que nous ne l’ayons pas encore annoncé sur le blog, nous proposons un service pour une analyse plus poussée pour répondre à ces questions récurrentes. Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter via notre formulaire !

  2. ahmed bouich

    Bonjour, c’est la premier fois que je découvre votre blog, vraiment intéressant. Je voulais vous dire que j’était intéresser par la création d’une boutique en ligne vue que sa avait déjà fonctionné sur ebay… mais je ne comprend pas se que vous dites sur la douane .. par exemple prenons en compte un produits comme l’huile d’argan si j’envoi une bouteille d’huile d’argan de 1L pour quoi mon clients vas t’il devoir payé des frais de douane ?

    • Marie-Aude

      Si vous envoyez la bouteille en France, elle est soumise à la TVA française lors de l’importation en France. Le plus simple est d’en parler directement, envoyez moi un message via le formulaire de contact.

  3. sanou

    Bonjour,
    Votre site est tres instructif! Le style est Tacite et clair.
    Thx

  4. David C

    Bonjour,
    Tout d’abord, merci pour cet article…
    2 questions :
    1. Dans votre proposition de conditions pour que ça marche, quand vous dites qu’aujourd’hui il « faut être professionnel du secteur et avant pas », cela veut-il dire que la présentation d’un diplôme est requis? Je veux dire, si demain j’ouvre une société avec une ouverture à 360 degrés sur les activités possibles (événementiel, horeca, immobilier, construction, informatique,… Bref tout et n’importe quoi) est-ce qu’on va me demander un diplôme de gestion en hôtellerie ou même un diplôme d’un autre secteur ??
    2. Quand pensez vous poster l’article sur les 4 idées business à succès sur Marrakech ?
    Merci et bonne journée.

    • Marie-Aude

      Bonjour et merci,

      être professionnel, cela veut dire avoir de l’expérience et du savoir faire dans ce métier, et non ouvrir un riad en expliquant qu’on a toujours adoré recevoir ses amis et que c’est la même chose. En dehors des professions réglementées, non on ne vous demandera pas de diplôme.

      Nous n’avons jamais parlé de « 4 idées de business spécifiquement sur Marrakech ». En réalité, en rédigeant nos idées, nous nous sommes aperçus que chacune méritait un article (et il y en a plus que quatre de prévus), le premier est sorti, sur les technomades, le second est dans le tuyau

  5. Anouar Ouali Alami

    Bonjoru,

    je suis tombe par hazard sur votre site, je pense que vous avez raison de soulever les problemes que rencontre les entrepreneurs mais c’est injuste de ne citer que les problemes , les solutions sont souvent des fausses solutions: quand l’idee du business est originale , unique je vosi mal pourquoi elle ne marchera pas, pour l’huile d’argan, je vis au Qatar don’t 85% de la population ets expat hautement interessee par l’huile d’argan…je ne parle pas des francais, je parle des indiens, chinois….le problem des entreprise au maroc est l’orientation vers le marche francais…alors que le marche international est beacoup plus interessant!
    Avoir un site en anglais est un must , parler l’anglais est un must …ce sont des pre-requisites importants pour reussir toute entreprise…
    cordialelemt,

    Anouar Ouali ALami

  6. nait lahcen el mehdi

    Bonjour , comment allez vous
    Etant jeune entrepreneur diplomed une grande ecole francaise dans le secteur du tourisme , je souhaite monter une petite entreprise dans le secteur des excursions afin de proposer une etroite collaboration avec plusieurs riads de luxe.
    En effet le secteur du tourisme ets certes impacte mais j ai realise une etude de marche et vu qu il restait un petit creneau pour ces journees par exemple a Ourika
    Je souheterai donc beneficier de vos conseils d experte en ce domaine afin d affuter ma strategie Tres cordialement

    • Marie-Aude

      Bonjour et merci pour votre demande. Pouvez vous nous envoyer un mail via le formulaire de contact avec un peu plus de détails, et en particulier un numéro de téléphone pour vous contacter ?

      Bien cordialement

  7. Zara

    onjour,

    Mon mari et moi sommes un jeune couple marocain canadien, nous sommes né et avons grandit au Canada. Mon mari et moi pensons aller vivre au maroc et ouvrir un restaurant de sandwicherie. Mon mari aurait potentiellement un local appartenant à son grand père, mais qu’ il faudra rénové. Je suis salariée au canada je travaille comme infirmière mais mon mari n’ arrive pas à trouver de l ‘ emploi donc nous aimerions nous lancer au maroc en plus du désir de rejoindre son père qui est installé depuis lontemps. J’ aimerais connaître surtout les différents types de financement pour la renovation du local et pour le restaurant. Le lieu serait Casa blanca. J’ aimerais connaitre les chances de succes aussi et tout autre conseils.
    Merci infiniment

    • Marie-Aude

      Bonjour Zara,
      désolée de ne pas vous avoir répondu plus tôt, nous étions absents. L’aide au retour au MRE est plutôt orientée vers les projets innovants, mais certaines choses sont possibles. Je vous envoie un mail.

  8. Marzouk

    Je suis marocain canadien installé au maroc depuis 6ans je fait le négoce des matériaux de construction. Je souhaite démarrer un site de vente des produits artisanale marocain.J ai besoin des conseil. Merci

  9. GD

    Bjr,
    En 2006 j’ai délocalisé mon entreprise (crée en 1990) de la France au Maroc.
    C’est une TPE industrielle (usinage en CN & moulage plastique).
    Cela fonctionne bien pour 3 raisons principales :
    1/ Nous sommes des professionnels avec une grande expérience dans nos spécialités. Pour cela il faut avoir étudié et travaillé beaucoup et encore . On ne s’improvise évidemment pas chef d’entreprise ici ou là. Il est bien préférable d’être sois-même un expert dans le domaine d’activité envisagé, n’être qu’un bon gestionnaire ne suffit pas.
    2/ Les salaires(+ charges) sont infiniment moindres qu’en France ; c’est donc profitable si l’entreprise a besoin d’employer des Personnels au Maroc. Attention, l’impôt / entreprise est élevé au Maroc : 38% !!!)
    3/ Nous exportons à 100% vers nos Clients européens.
    Bonne « chance » à toutes et à tous.

  10. Gdani foued

    Bonjour J ai un projet D ouverture de machine a laver automatique automatisée type lavomatiue sur les parking des grands magasins type Morjane àvec paiement par CB ou espèces .
    Est ce str ce type d activitée pourrais marcher au maroc ?

    • Marie-Aude

      Bonjour,
      non absolument pas. Vous entrez en compétition avec une main d’oeuvre abondante et pas chère. Il y a quelques stations de ce genre, mais ça ne marche pas vraiment. De plus, vous devriez payer un loyer à Marjane qui a déjà des accords avec des partenaires.

  11. CDC

    Bonjour Marie-Aude,

    Nous aimerions développer un marketing relationnel au Maroc dans le domaine de la santé et du bien-être.
    Serait-il possible de vous contacter pour avoir plus d’informations ou pourriez-vous nous aiguiller vers une personne à même de nous renseigner ?!
    Un grand merci d’avance.
    Meilleures salutations.

    • Marie-Aude

      Bonjour
      le plus simple est de m’envoyer un mail via le formulaire de contact, ou à mon adresse professionnelle, contact [at] lumieredelune.com

  12. Ludo

    Bonjour à tous.je vais bien tôt partir au Maroc et je cherche activement du travail ou des idées d’investissement.
    « GD »,vous avez une boîte en usinage,cherchez vous du personnel?j’ai un BEP usinage et niveau bac pro.pourrions nous rentrer en contact?merci. Beaucoup

    • Bernard R.

      Bonjour Ludo,
      je ne sais pas si et ce que GD vous répondra, mais n’oubliez pas que, pour avoir un contrat de travail d’étranger, vous devez passer par une autorisation du Ministère du Travail. Le dossier doit comprendre une attestation Anapec que vous ne prenez pas un poste qui aurait pu être occupé par un marocain, l’entreprise doit donc passer une annonce, la publier dans plusieurs journaux, etc. cout approximatif : 25.000 dirhams. Je vous conseille plutôt de vous tourner vers l’investissement :)

  13. salah T

    Bonjour à tout le monde,
    je suis étudiant en Master Management en France, franchement je n’ai marre mn Legorba,… je compte rentrer d’ici 1 an ou 2 ans au Maroc et je suis entrain de réfléchir de créer une petite entreprise dans l’agriculture. mes parents ont un petit terrain dans le région de Meknès mais il font de l’agriculture traditionnelle( blé, farine,…), pourriez vous m’aider. merci d’avance :)

    • Marie-Aude

      Bonjour Salah, l’agriculture est un secteur très porteur et très aidé au Maroc (plan Maroc vert), avec beaucoup de débouchés pour les productions de qualité. Nous pouvons bien sûr vous aider, mais en quoi ?

  14. Adele

    Mme marie-Aude, je voudrai savoir si votre prestation de conseil et d’évaluation est payante ou gratuite ? Merci

    • Marie-Aude

      Tout dépend de la « prestation ». Mais ce qui demande du temps est payant.
      Bien cordialement

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères disponibles (vous êtes en train de faire un commentaire, pas un article de blog, soyez concis pour conserver le plaisir de la lecture)